Outils médiatiques éducatifs pour apprenants de langue seconde anglaise d’âge préscolaire


New York University, États-Unis

Version PDF

Introduction

Les médias éducatifs pourraient faciliter l’éveil et l’acquisition des compétences en littératie chez les enfants bien avant leur entrée à l’école, ce qui peut être particulièrement important pour les jeunes apprenants de langue seconde anglaise. Ceux-ci, qui représentent dix pour cent de la population d’apprenants aux États-Unis,1 rencontrent des difficultés, car leur langue maternelle ne correspond habituellement pas à celle utilisée à l’école. Selon des études portant sur la manière dont les jeunes apprenants de langue seconde anglaise acquièrent une deuxième langue, la connaissance du vocabulaire est jugée indispensable au développement de la littératie pendant la petite enfance.2 Le présent article se veut une synthèse des études récentes traitant de la manière dont les médias éducatifs peuvent servir de plateforme pour l’apprentissage du vocabulaire chez les jeunes apprenants de langue seconde anglaise.3 

Sujet

De nos jours, les enfants sont plus que jamais exposés aux médias éducatifs. En effet, environ 83 % des enfants de 6 mois à 6 ans utilisent chaque jour une forme ou une autre de média sur écran.4  L’utilisation des médias par les jeunes enfants est donc une réalité que l’on ne peut ignorer. Dans cette optique, il est impératif de comprendre comment les médias peuvent contribuer à l’apprentissage du vocabulaire chez les enfants et conséquemment, à leur maturité scolaire.

Problèmes

La compréhension des moyens qui peuvent renforcer les fondements de la littératie en langue seconde anglaise chez les jeunes enfants en prévision de leur entrée à l’école constitue un défi qui concerne les parents, les éducateurs et les chercheurs. Les médias éducatifs pourraient être une solution à ce problème, en facilitant l’acquisition de la langue seconde et simplifiant la transition de la maison à l’école.

Contexte de la recherche

On désigne par l’expression « médias éducatifs » les vidéos et les programmes conçus et commercialisés délibérément et systématiquement dans le but d’améliorer la maturité scolaire et d’enrichir le cheminement pédagogique des enfants.5,6  Bien que l’apprentissage du vocabulaire à l’aide des médias ait été documenté dès 1990,7 ce n’est qu’aux environs de 2006,8,9  que des études se sont tournées vers les populations d’apprenants de langue seconde anglaise, pour examiner l’efficacité des médias éducatifs dans les contextes familial et scolaire. Au foyer, on demande souvent aux parents et gardiens de noter les habitudes de visionnement des enfants,8 tandis qu’à l’école, les médias ont été intégrés dans les méthodes d’enseignement,3,10 en plus d’être utilisés séparément, dans le cadre d’activités pédagogiques distinctes.9

Question de recherche principale

La question de recherche principale à examiner est la suivante : Comment s’effectue l’acquisition du vocabulaire par les apprenants de langue seconde anglaise d’âge préscolaire à l’aide des médias éducatifs?

Résultats récents de la recherche

L’enseignement ciblant expressément le vocabulaire est un élément qui fait défaut à beaucoup de programmes éducatifs,11 et ce, malgré l’importance de favoriser l’enrichissement du vocabulaire pendant la petite enfance – en particulier chez les enfants présentant des facteurs de risque comme la pauvreté, un retard de langage ou une langue maternelle autre que l’anglais.12 Il a été démontré que l’exposition au vocabulaire riche que permettent les médias éducatifs constitue l’un des moyens les plus efficaces de favoriser l’apprentissage des mots chez ces enfants. De plus, puisque ces enfants commencent à apprendre la langue dominante selon le processus d’acquisition d’une seconde langue propre au bilinguisme séquentiel,13 les études mettent principalement l’accent sur l’utilisation de la langue dominante pour favoriser l’acquisition de vocabulaire dans les médias éducatifs.3,14,15 Bien que cette hypothèse soit répandue dans la littérature récente, un certain nombre d’études empiriques et théoriques, non fondées sur les médias, documentent l’importance de la pertinence culturelle16,17  et du trans-apprentissage linguistique (translanguaging)18,19 dans les classes d’enseignement de la langue seconde, afin de favoriser l’acquisition de vocabulaire. Le trans-apprentissage linguistique est une méthode pédagogique qui consiste à utiliser en parallèle la langue minoritaire (utilisée à la maison) et la langue majoritaire (utilisée à l’école) dans le cadre de l’enseignement en classe. Les technologies multimédia sont particulièrement bien adaptées pour soutenir ces méthodes d’enseignement, car le contenu verbal qui accompagne les illustrations des dictionnaires ou des histoires sur support numérique est souvent présenté dans plusieurs langues. Ces technologies peuvent également comprendre une fonction permettant d’enregistrer une narration personnalisée. Les livres personnalisés sont particulièrement adaptables afin d’être pertinents sur le plan culturel.

À l’heure actuelle, il existe deux théories dominantes sur l’apprentissage du vocabulaire à l’aide des médias éducatifs. La théorie du double codage de Paivio20 suggère que le cerveau traite séparément l’information verbale et l’information non verbale. Selon cette théorie, lorsque l’information est transmise sous la forme de stimuli verbaux (p. ex., la parole) et non verbaux (p. ex., les images), les deux systèmes de codage s’appuient pour former une représentation plus complète du concept, ce qui entraîne une meilleure compréhension et facilite la récupération de l’information.21 Ce système forme une base adéquate à l’apprentissage du vocabulaire chez l’enfant.

La deuxième théorie, la théorie de Neuman,22,23 sur la synergie, avance que les présentations multimédia peuvent créer des représentations fiables du contenu qui facilitent la récupération et approfondissent la compréhension. Effectivement, les éléments multimédia comme les effets sonores, les sous-titres et les gros plans rehaussent la pertinence des actions et attirent l’attention de l’enfant sur des détails qui permettent une compréhension approfondie de l’information livrée par le contenu.24 Conjointement, ces théories prétendent que les médias éducatifs peuvent contribuer à l’acquisition de vocabulaire chez les enfants de langue seconde anglaise d’âge préscolaire par l’exposition à une information riche sur un sujet précis. Ainsi, les éléments multimédia peuvent aider les enfants à développer une compréhension multidimensionnelle et étendue des nouveaux mots et de leur signification, donc permettre aux apprenants d’une langue d’acquérir un vocabulaire plus riche et une compréhension plus profonde. 

Quelques études importantes ont examiné l’intersection entre les médias éducatifs et le développement du vocabulaire chez les jeunes apprenants de langue seconde anglaise. Leurs constatations sont les suivantes : Premièrement, les médias éducatifs peuvent influer différemment sur le vocabulaire expressif et le vocabulaire réceptif des apprenants de langue seconde anglaise et les programmes axés sur les aptitudes en littératie sont ceux qui procurent le plus d’avantages sur les deux plans.8 Deuxièmement, les études démontrent que lorsque les médias sont intégrés dans les cours, les jeunes apprenants de langue seconde anglaise acquièrent davantage de vocabulaire tandis que les autres (n’étant pas de langue seconde anglaise) n’en tirent aucun avantage additionnel.10 Troisièmement, lorsque des apprenants de langue seconde anglaise et d’autres n’étant pas de langue seconde anglaise visionnent des vidéos, qu’il s’agisse d’un visionnement unique ou multiple, on ne note aucune différence entre les deux groupes sur le plan du vocabulaire réceptif. Cependant, chez les apprenants de langue seconde anglaise qui visionnent une même vidéo à plusieurs reprises, on remarque une amélioration du vocabulaire expressif.3

Lacunes de la recherche

Deux points importants demeurent inexplorés. En premier lieu, bien que les effets des éléments multimédia chez les apprenants de langue seconde anglaise aient été documentés dans les études, bon nombre de ces dernières s’inscrivent dans le contexte du cycle élémentaire ou intermédiaire. Pourtant, l’âge préscolaire est une période cruciale qu’il faut étudier davantage, compte tenu de l’importance d’établir à un jeune âge une base solide en littératie dans la langue qui sera employée à l’école.2 En second lieu, après avoir déterminé si les médias éducatifs sont avantageux pour les jeunes apprenants, les études doivent permettre de comprendre comment ces programmes contribuent efficacement à l’éveil à la littératie : Quels sont, à l’écran, les stimuli pédagogiques précis qui favorisent le développement du vocabulaire? Quelles seraient les différences entre les effets de ces stimuli sur les apprenants de langue seconde anglaise et les autres apprenants, à l’âge préscolaire? De plus, la pertinence culturelle et la méthode pédagogique axée sur le trans-apprentissage linguistique contribuent-elles au développement du vocabulaire dans la langue seconde par le recours à un écran?

Conclusions

En ce qui concerne l’utilisation d’éléments multimédia pour favoriser l’acquisition de vocabulaire, trois constatations ressortent :

  1. Le potentiel des médias éducatifs est élevé relativement à l’enseignement des mots du vocabulaire aux apprenants de langue seconde anglaise d’âge préscolaire; ces outils aident des enfants aux expériences linguistiques diverses en vue de leur entrée à l’école, afin qu’ils soient prêts à apprendre dans leur langue seconde. 
  2. Les médias éducatifs peuvent contribuer à l’éveil à la littératie dans plusieurs contextes : visionnement à la maison, intégration dans les cours et utilisation dans le cadre d’activités distinctes à l’école. Cependant, pour comprendre comment utiliser de manière optimale les médias dans ces situations, il faudra poursuivre les recherches.
  3. Les éventuelles études devraient examiner les processus développementaux et cognitifs qui facilitent l’apprentissage des mots grâce aux éléments multimédia, en s’intéressant autant au vocabulaire expressif qu’au vocabulaire réceptif.

Implications pour les parents, les services et les politiques

Premièrement, les parents peuvent choisir un contenu éducatif qui est conçu spécialement pour contribuer à l’apprentissage du langage et à la littératie – et par conséquent, à la maturité scolaire de leur enfant apprenant de langue seconde anglaise. Deuxièmement, des études ont démontré que les enfants apprennent davantage des vidéos éducatives lorsqu’un parent ou un gardien les accompagne.25 Une conversation avec l’enfant qui met en pratique ce qui est enseigné à l’écran maximisera les avantages de la plateforme numérique et préparera mieux l’enfant à l’école. Enfin, les éducateurs devraient examiner comment utiliser les programmes éducatifs pour favoriser l’acquisition du vocabulaire pendant la petite enfance, que ce soit par l’intégration dans la routine ou dans les cours, ou dans le contexte d’un centre d’alphabétisation.

Références

  1. U.S. Department of Education. The condition of education 2016 (NCES 2016-144), English language learners in public schools. National Center for Education Statistics. http://nces.ed.gov/fastfacts/display.asp?id=96. Published 2015. Accessed December 20, 2015.
  2. August D, Shanahan T, ed. Developing literacy in second- language learners: Report of the National Literacy Panel on Language-Minority Children and Youth. Mahwah, NJ: Erlbaum; 2006.
  3. Silverman R. Investigating video as a means to promote vocabulary for at-risk children. Contemporary Educational Psychology. 2013;38(3):170-179.
  4. Rideout V. Zero to eight: Children's media use in America 2013. San Francisco: Common Sense Media; 2013.
  5. Cohen M. The role of research and evaluation in educational media. In: Singer DG, Singer JL, eds. Handbook of children and the media. 2nd ed., Thousand Oaks, CA: SAGE Publications; 2011:527-552.
  6. Rideout, VJ. Learning at home: Families’ educational media use in America. New York: The Joan Ganz Cooney Center; 2014.
  7. Rice ML, Huston, AC, Truglio, R, Wright, J. Words from “Sesame Street”: Learning vocabulary while viewing. Developmental Psychology. 1990;26:421–428.
  8. Uchikoshi, Y. Early reading in bilingual kindergartners: Can educational television help? Scientific Studies of Reading. 2006;10(1):89-120.
  9. Verhallen MJ, Bus AG, de Jong MT. The promise of multimedia stories for kindergarten children at risk. Journal of Educational Psychology. 2006;98(2):410.
  10. Silverman R, Hines S. The effects of multimedia-enhanced instruction on the vocabulary of English-language learners and non-English-language learners in pre-kindergarten through second grade. Journal of Educational Psychology. 2009;101(2):305.
  11. Neuman SB, Dwyer J. Missing in action: Vocabulary instruction in pre-K. The Reading Teacher. 2009;62(5):384-392.
  12. Marulis LM, Neuman SB. How vocabulary interventions affect young children at risk: A meta-analytic review. Journal of Research on Educational Effectiveness. 2013;6(3):223-262.
  13. Gleason BJ, Ratner BN, eds. The development of language. 8th ed. New York: Pearson; 2013.
  14. Verhallen MJ, Bus AG. Low-income immigrant pupils learning vocabulary through digital picture storybooks. Journal of Educational Psychology. 2010;102(1):54.
  15. Stolwijk D, Peters S. Taallijn VVE. Investeren in woordenschat [The language intervention in early education: Investing in vocabulary]. De Wereld van het Jonge Kind. 2006;34:51-53.
  16. Méndez LI, Crais ER, Castro DC, Kainz K. A culturally and linguistically responsive vocabulary approach for young Latino dual language learners. Journal of Speech, Language, and Hearing Research. 2015;58(1):93-106.
  17. Hammer CS, Sawyer B. Effects of a culturally responsive interactive book-reading intervention on the language abilities of preschool dual language learners: A pilot study. National Head Start Association Dialog. 2016;18(4):59-79.
  18. García O, ed. Bilingual education in the 21st century: A global perspective. Malden, MA: John Wiley & Sons; 2011.
  19. Pontier R, Gort M. Coordinated translanguaging pedagogy as distributed cognition: A case study of two dual language bilingual education preschool coteachers’ languaging practices during shared book readings. International Multilingual Research Journal. 2016;10(2):89-106.
  20. Paivio A. Mental representations. A dual coding approach. Oxford, UK: Oxford University Press; 1986.
  21. Mayer RE. Multimedia learning: Are we asking the right questions? Educational Psychologist. 1997;32(1):1-19.
  22. Neuman SB. Literacy in the television age: The myth of the TV effect. Norwood, NJ: Ablex; 1991.
  23. Neuman SB. Television as a learning environment: A theory of synergy. In: Flood J, Heath SB, Lapp D, eds. Handbook of research on teaching literacy through the communicative and visual arts. New York; Simon & Schuster; 1997:15-30.
  24. Kamil ML, Intrator SM, Kim HS. The effects of other technologies on literacy and literacy learning. In: Kamil, ML, Mosenthal, PB, Pearson, PD, Barr, R. Barr, ed. Handbook of reading research. Mahwah, NJ: Erlbaum; 2000; 3rd volume:771-788.
  25. Uchikoshi Y. English vocabulary development in bilingual kindergarteners: What are the best predictors? Bilingualism: Language and Cognition. 2006;9:33-49.

Pour citer cet article :

Wong KM, Neuman SB. Outils médiatiques éducatifs pour apprenants de langue seconde anglaise d’âge préscolaire. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Rvachew S, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. https://www.enfant-encyclopedie.com/technologie-en-education-de-la-petite-enfance/selon-experts/outils-mediatiques-educatifs-pour. Publié : Novembre 2016. Consulté le 5 février 2023.

Texte copié dans le presse-papier ✓