Partager:

La violence sociale affecte les enfants tant sur le plan physique, social qu’émotionnel, et ce à différents niveaux.

Les enfants touchés sont plus susceptibles d’éprouver un stress important, incontrôlable et chronique, qui affecte leur capacité à réagir aux situations stressantes. Lorsque les enfants vivent continuellement dans la peur, ils deviennent très sensibles aux stimuli extérieurs (p. ex., les sons) et ont de la difficulté à se remettre de leurs émotions négatives. 

Au fil du temps, ces réactions peuvent mener à des troubles de santé mentale, dont la dépression, l’anxiété et le trouble de stress post-traumatique, ainsi qu’à des problèmes de santé, sociaux et scolaires. Elles peuvent également rendre les enfants plus susceptibles d’adopter des comportements à risque (p. ex., agressivité, abus de substance) tout au long de leur enfance et à l’âge adulte. 

Il est clair que la violence est préjudiciable aux enfants. Il faut faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les en protéger et pour trouver des manières efficaces de soutenir ceux qui y ont été exposés.