Retour aux publications récentes

Interventions visant à promouvoir l’activité physique chez les jeunes enfants

Stewart G. Trost, Ph.D.

Oregon State University, États-Unis

Janvier 2011

Introduction

Il est essentiel d’effectuer suffisamment d’activité physique au cours de la petite enfance pour grandir et se développer normalement.1 L’activité physique est également un facteur qui contribue à la prévention du surpoids et de l’obésité chez les jeunes enfants.2,3 Afin de reconnaître l’importance d’exercer de l’activité physique régulièrement, la National Association for Sport and Physical Education (NASPE) des États-Unis a émis des recommandations pour que tous les enfants, de la naissance à cinq ans, pratiquent quotidiennement des activités physiques encourageant la mise en forme liée à la santé et le développement des habiletés motrices.4 Des cliniciens, des chercheurs et des représentants du secteur de l’éducation des jeunes enfants ont formulé des recommandations similaires au Canada, en Australie et au Royaume-Uni. Malgré l’importance d’effectuer de l’activité physique régulièrement, des études de suivi objectives menées en Amérique du Nord, en Australie et au Royaume-Uni montrent que les jeunes enfants pratiquent très peu d’activité physique de nature modérée à vigoureuse sur une base quotidienne.5

Sujet

Le problème répandu de l’inactivité physique, conjugué à la hausse continue de la prévalence de l’obésité chez les enfants de moins de cinq ans, montre l’urgence d’élaborer des politiques et des programmes efficaces, mais facilement transférables, visant à encourager l’activité physique chez les jeunes enfants. Ce bilan résumera ce que nous savons actuellement sur les interventions visant à promouvoir l’activité physique dans les milieux de vie des jeunes enfants.

Problème

Très peu d’interventions visant à promouvoir l’activité physique chez les enfants de moins de cinq ans ont été évaluées de manière rigoureuse et systématique. Par conséquent, nous avons très peu d’appuis scientifiques pour informer les décideurs, les planificateurs de services et les fournisseurs de services au sujet de ce qui est efficace ou non pour inciter les jeunes enfants à être plus actifs.

Contexte de la recherche

Puisqu’une grande proportion d’enfants de moins de cinq ans fréquente régulièrement une garderie, les études d’intervention sur le sujet ont été effectuées principalement dans les centres de la petite enfance.6 Toutefois, les interventions en activité physique ciblant d’autres types de garderies, comme les garderies en milieu familial, commencent à être abordées dans la littérature scientifique.7

Questions clés pour la recherche

Les études publiées dans ce domaine ont principalement évalué si les programmes éducatifs axés sur l’activité physique structurée, l’entraînement aux habiletés motrices ou la diminution du nombre d’heures d’écoute de la télévision sont efficaces pour augmenter l’activité physique. D’autres études ont examiné les répercussions de changements environnementaux ou politiques particuliers sur le degré d’activité physique en garderie.

Récents résultats de recherche

Jusqu’à présent, huit études ont utilisé des devis expérimentaux pour évaluer des interventions visant à inciter les jeunes enfants à effectuer de l’activité physique. Cinq d’entre elles ont examiné l’efficacité de programmes éducatifs spécialisés en activité physique ou de programmes d’entraînement moteur,8-12 tandis que les trois autres ont évalué les répercussions de changements environnementaux ou politiques sur le degré d’activité physique.13-15

Dans les cinq études qui portaient sur les programmes éducatifs, les séances d’activité pouvaient comporter des exercices très directifs et normatifs (sauts, sautillements, sauts à la corde et entraînement en circuit) ou des jeux et des sketchs d’imagination adaptés au niveau de développement et exigeant une certaine activation physique. Deux des études incluaient des stratégies pour améliorer les habiletés motrices fondamentales.9,12 Le personnel de recherche et/ou les enseignants ayant reçu une formation appropriée mettaient en place les séances ou les leçons d’activité planifiées. Les enfants participaient de 3 à 6 fois par semaine aux séances d’activité. Les programmes duraient de 14 semaines à 12 mois.

En général, les programmes éducatifs n’ont pas permis de promouvoir l’activité physique chez les jeunes enfants. Parmi les cinq études portant sur les programmes éducatifs, seules deux d’entre elles ont rapporté des améliorations significatives en matière d’activité physique.8,9 Toutefois, ces deux études étaient axées sur l’exercice contrôlé et ont mis en place des séances d’activité physique très structurées et répétitives. Il n’est donc pas étonnant qu’elles aient rapporté une augmentation de l’activité physique. Dans les trois études non concluantes, le personnel des garderies était formé pour mettre en place des jeux et des activités adaptés au stade de développement qui permettaient d’effectuer de l’activité physique de nature modérée à vigoureuse et de développer des habiletés motrices.10-12 L’incapacité de ces études à inciter les jeunes enfants à effectuer plus d’activité physique pourrait être liée au fait que leurs programmes étaient axés sur la prévention de l’obésité et non sur l’activité physique en soi. Il est aussi possible que les interventions n’aient pas été assez longues et intenses pour changer le comportement de manière significative. Deux des trois études ont toutefois rapporté une réduction significative de la masse adipeuse des enfants. Considérant l’effet positif sur l’adiposité, il est possible que les protocoles de mesure utilisés pour quantifier le comportement d’activité physique n’aient pas été assez sensibles pour détecter les changements effectués.

Bien qu’il existe peu d’études ayant évalué des interventions environnementales ou politiques pour promouvoir l’activité physique, celles qui ont été effectuées ont rapporté des résultats positifs. L’ajout d’équipements de terrain de jeux portatifs dans les garderies et la formation des enseignants afin d’intégrer l’activité physique à leurs leçons en classe habituelles ont entraîné une hausse significative de l’activité physique quotidienne mesurée de manière objective.13,14 Il est important de mentionner qu’accorder 60 minutes additionnelles de récréation à l’extérieur ou de jeux libres n’a pas incité les jeunes enfants à effectuer plus d’activité physique de nature modérée à vigoureuse.15

Lacunes de la recherche

Afin d’approfondir notre compréhension dans ce domaine, voici quelques questions de recherche clés à aborder : 1) quelles sont les caractéristiques des milieux de vie qui favorisent l’activité physique chez les jeunes enfants? 2) les programmes visant à promouvoir le développement moteur ou l’activité physique chez les nourrissons et les tout-petits sont-ils garantis et, le cas échéant, quels paramètres et stratégies seraient efficaces? 3) des changements apportés en garderie comme l’intégration d’un terrain de jeu naturel et l’amélioration des aptitudes de leadership du fournisseur de services en matière d’activité physique permettent-ils d’inciter les jeunes enfants à effectuer plus d’activité physique? 4) les programmes d’activité physique structurée gérés par des spécialistes en éducation physique ou des fournisseurs d’activité physique en milieu communautaire sont-ils réalistes, viables à long terme et efficaces en matière de promotion de l’activité physique dans les différents milieux de vie des enfants? 5) comment les fournisseurs de soins à l’enfance peuvent-ils inciter et motiver les parents et les autres fournisseurs de soins à promouvoir et à appuyer l’activité physique à la maison?

Conclusions

Très peu d’interventions visant à promouvoir l’activité physique chez les enfants de moins de cinq ans ont été évaluées avec rigueur. Les appuis empiriques actuels, bien qu’ils soient limités, suggèrent que de simples modifications apportées à l’environnement de jeu extérieur, comme l’accessibilité à un équipement de jeu portatif toujours prêt à être utilisé, peuvent inciter les jeunes à effectuer plus d’activité physique. De plus, former les enseignants afin qu’ils intègrent le mouvement dans leur programme de classe habituel semble efficace pour augmenter le niveau d’activité physique des jeunes d’âge préscolaire. Néanmoins, parce que ces résultats découlent d’études de faisabilité à petite échelle, de telles conclusions doivent être confirmées dans le cadre d’études aléatoires contrôlées de plus grande envergure.

Jusqu’à présent, les programmes éducatifs offrant des opportunités de jeux modérément à vigoureusement actifs adaptés au stade de développement et des occasions de développement des habiletés motrices fondamentales n’a pas permis de promouvoir l’activité physique. De telles méthodes sont peut-être tout simplement inefficaces; dans ce cas, d’autres stratégies devraient être envisagées. Néanmoins, il ne faudrait pas oublier que ces études : 1) portaient sur la prévention de l’obésité plutôt que sur l’activité physique en soi, 2) offraient des séances d’activité relativement courtes (environ 30 minutes) et peu fréquentes (trois jours par semaine), 3) ont été effectuées sur une courte période (de 12 à 24 semaines) et 4) ont utilisé des protocoles de mesure de l’activité physique dont la sensibilité était limitée.

Les programmes d’activité physique menés par des adultes et comprenant des séances d’exercice quotidiennes très structurées ont amené des niveaux plus élevés d’activité physique. Toutefois, il est important de noter que ces études portaient fondamentalement sur l’entraînement physique; l’accroissement de l’activité physique représentait le facteur modifié (la variable indépendante), et non le résultat d’un changement (la variable dépendante). Pour cette raison, la généralisation de ces résultats dans un contexte de santé publique plus souple, où il faut promouvoir et non imposer l’activité physique chez les jeunes enfants, est limitée.

Implications pour les parents, les services et les politiques

Pour les législateurs et les fournisseurs de services, la littérature scientifique actuelle contient peu d’information en ce qui a trait aux méthodes efficaces pour promouvoir l’activité physique chez les jeunes enfants. La recherche suggère que le fait de former le personnel en service de garde à accroître les occasions d’effectuer de l’activité physique en classe et pendant la récréation peut être une stratégie efficace. Du point de vue de la santé publique, former le personnel en service de garde est particulièrement attirant, puisque les formations pourraient être obligatoires pour obtenir un permis et être offertes par le biais des réseaux déjà existants d’éducation et de formation du personnel.

Selon les études disponibles, les décideurs et les fournisseurs de services devraient hésiter à adopter des programmes éducatifs autonomes axés sur l’activité physique structurée et l’entraînement aux habiletés motrices, puisqu’actuellement, l’efficacité de ces programmes n’a pas reçu d’appui empirique. Toutefois, il est important de noter que les programmes structurés ne sont pas susceptibles de nuire aux jeunes enfants. En pratique, de tels programmes peuvent être très bénéfiques pour les jeunes enfants lorsqu’ils sont mis en place de manière responsable et qu’ils sont adaptés au stade de développement.

Bien que les appuis scientifiques portant sur les interventions en matière d’activité physique en garderie ne soient pas définitifs, il ne fait aucun doute que les parents jouent un rôle très important dans le développement et le support des comportements de leurs enfants par rapport à l’activité physique.16,17 En l’absence de programmes basés sur des appuis empiriques pour promouvoir l’activité physique en garderie, les parents doivent prendre la responsabilité d’encourager et d’appuyer l’activité physique chez leurs enfants. En conséquence, l’élaboration de programmes visant à éduquer et à appuyer les parents en la matière est une priorité.

Références

  1. Burdette HL, Whitaker RC. Resurrecting free play in young children: looking beyond fitness and fatness to attention, affiliation, and affect. Archives of Pediatric and Adolescent Medicine 2005;159:46-50.
  2. Janz KF, Kwon S, Letuchy EM, Eichenberger Gilmore JM, Burns TL, Torner JC, Willing MC, Levy SM. Sustained effect of early physical activity on body fat mass in older children. American Journal of Preventive Medicine 2009;37:35-40.
  3. Moore LL, Gao D, Bradlee ML, Cupples LA, Sundarajan-Ramamurti A, Proctor MH, Hood MY, Singer MR, Ellison RC. Does early physical activity predict body fat change throughout childhood? Preventive Medicine 2003;37:10-17.
  4. National Association for Sport and Physical Education. Active start: a statement of physical activity guidelines for children birth to five years. Reston, VA: NASPE Publications; 2002.
  5. Reilly JJ. Low levels of objectively measured physical activity in preschoolers in child care. Medicine & Science in Sports & Exercise 2010;42:502-7.
  6. Ward DS, Vaughn A, McWilliams C, Hales D. Interventions for increasing physical activity at child care. Medicine & Science in Sports & Exercise 2010;42:526-34.
  7. Trost SG, Messner L, Fitzgerald K, Roths B. Evaluation of a nutrition and physical activity intervention program for family child care homes. Obesity 2008;16(suppl):S163.
  8. Specker B, Binkley T. Randomized trial of physical activity and calcium supplementation on bone mineral content in 3- to 5-year-old children. Journal of Bone Mineral Resource 2003;18:885-92.
  9. Eliakim A, Nemet D, Balakirski Y, Epstein Y. The effects of nutritional-physical activity school-based intervention on fatness and fitness in preschool children. Journal of Pediatric Endocrinology & Metabolism 2007;20:711-8.
  10. Fitzgibbon ML, Stolley MR, Schiffer L, Van Horn L, Kaufer-Christoffel K, Dyer A. Two-year follow-up results for Hip-Hop to Health Jr.: a randomized controlled trial for overweight prevention in preschool minority children. Journal of Pediatric 2005;146:618-25.
  11. Fitzgibbon ML, Stolley MR, Schiffer L, Van Horn L, Kaufer-Christoffel K, Dyer A. Hip-Hop to Health Jr. for Latino preschool children. Obesity 2006;14:1616-25.
  12. Reilly JJ, Kelly L, Montgomery C, Williamson A, Fisher A, McColl JH, Lo Conte R, Paton JY, Grant S. Physical activity to prevent obesity in young children: cluster randomised controlled trial. BMJ 2006;333(7577):1041.
  13. Hannon JC, Brown BB. Increasing preschoolers' physical activity intensities: An activity-friendly preschool playground intervention. Preventive Medicine 2008;46:532-6.
  14. Trost SG, Fees B, Dzewaltowski D. Feasibility and efficacy of a "move and learn" physical activity curriculum in preschool children. Journal of Physical Activity and Health 2008;5:88-103.
  15. Alhassan S, Sirard JR, Robinson TN. The effects of increasing outdoor play time on physical activity in Latino preschool children. International Journal of Pediatric Obesity 2007;2:153-8.
  16. Loprinzi PD, Trost SG. Parental influences on physical activity behavior in preschool children. Preventive Medicine 2010;50:129-33.
  17. Hinkley T, Crawford D, Salmon J, Okely AD, Hesketh K. Preschool children and physical activity: a review of correlates. American of Journal of Preventive Medicine 2008;34:435-41.

Pour citer cet article :

Trost SG. Interventions visant à promouvoir l’activité physique chez les jeunes enfants. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Reilly JJ, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/activite-physique/selon-experts/interventions-visant-promouvoir-lactivite-physique-chez-les-jeunes. Publié : Janvier 2011. Consulté le 23 août 2019.