Recherches actuelles sur les effets des services à la petite enfance


Harvard University, États-Unis
, 2e éd.

Version PDF

Introduction

On peut définir les services à la petite enfance comme des soins destinés aux jeunes enfants, fournis par des adultes qui ne sont pas leurs parents. Les services informels par les membres de la famille, les nourrices ou les pourvoyeurs de soins à domicile se déroulent habituellement à la maison (soit chez l’enfant ou chez l’adulte), alors que les services formels dispensés par du personnel formé ou non formé ont lieu à l’école ou dans des services en installation.

Sujet

Dans la plupart des pays occidentaux, les services à la petite enfance font maintenant partie de la vie quotidienne des enfants. Plus de la moitié des nourrissons sont placés dans un type de service ou un autre pendant au moins 10 heures la première année de leur vie, et plus des trois quarts des familles avec de jeunes enfants dépendent de ces services en appui à l’emploi maternel. Les services formels peuvent aussi fournir de l’éducation aux jeunes enfants. En fait, les services en général, les écoles maternelles et les programmes préscolaires souvent se distinguent à peine pour ce qui est de leurs activités.1

Problème

L’augmentation rapide de l’emploi maternel au cours des 25 dernières années s’est traduite par une dépendance accrue envers les services pour les jeunes enfants, de la naissance à l’âge de cinq ans. Cette augmentation représente un changement spectaculaire dans les styles d’éducation de l’enfant et a suscité des inquiétudes concernant les risques éventuels des services sur le développement sain de l’enfant.

Contexte de la recherche

Il y a eu trois vagues de recherche sur les services à la petite enfance. La première s’est centrée sur des comparaisons simplistes entre les enfants qui fréquentent des services et ceux qui reçoivent exclusivement des soins par leur mère. Ces études présentaient deux problèmes : les chercheurs ne pouvaient pas tirer de conclusions définitives sur les effets des services parce que les deux groupes d’enfants étaient extrêmement différents; et l’expérience en service était considérée comme uniforme. La seconde vague s’est concentrée sur les variations de qualité des services et a statistiquement contrôlé les différences préexistantes chez les familles. La troisième vague a élargi la recherche en modélisant la façon dont les deux contextes (famille et environnement préscolaire) influençaient concurremment le développement de l’enfant.

Questions clés pour la recherche

Au cours des 10 dernières années, la recherche sur les services s’est penchée sur quatre questions. La principale consiste à savoir si de longues heures de soins non parentaux pendant la première année de vie perturbe la relation d’attachement entre la mère et l’enfant. Par exemple, les théoriciens2 ont émis l’hypothèse selon laquelle les séparations quotidiennes peuvent entraîner la perte de confiance de l’enfant envers la disponibilité des parents et leur capacité à répondre, et ces séparations peuvent réduire les occasions d’interactions. Le second domaine d’enquête concerne l’impact des variations de la qualité sur le développement de l’enfant, particulièrement en ce qui concerne les aptitudes nécessaires pour être bien préparé pour l’école. La troisième question porte sur les heures passées dans les services en tant que facteur de risque de problèmes de comportement comme l’agressivité. Le quatrième domaine d’étude concerne les effets des types de services qui ont été examinés.

Récents résultats de la recherche

Attachement mère-enfant

Les premières études ont produit des résultats contradictoires concernant le risque possible représenté par de longues heures en service pour le développement de relations d’attachement de style sécurisant. C’est pourquoi le National Institute of Child Health and Human Development (NICHD) a entrepris l’étude longitudinale appelée Study of Early Child Care and Youth Development qui porte sur 1 350 enfants de la naissance à la sixième année scolaire. Les chercheurs ont utilisé une procédure appelée La situation étrangère (Strange Situation) pour évaluer les relations d’attachement des enfants à leur mère. Cette procédure consiste en une série de séparations et de réunions entre le bébé et la mère en présence d’un étranger.3 Tous les enfants vivent du stress pendant les séparations. Cependant, les enfants qui se sentent en sécurité sont apaisés par le retour de leur mère. Les chercheurs ont examiné les associations entre le sentiment de sécurité de l’enfant et cinq critères des services, notamment l’âge à l’entrée en service, la continuité des soins, le type, la qualité et la quantité du service. Aucune de ces associations ne s’est révélée significative. Comme on pouvait s’y attendre, la sensibilité maternelle prédisait le niveau de sécurité de l’enfant avec sa mère.

Qualité des services de garde

On peut évaluer la qualité des services en examinant les caractéristiques structurelles de l’environnement. Par exemple, le ratio enfant-personnel, la taille du groupe et la formation et l’éducation du pourvoyeur de services. Ces types de variables sont pertinentes pour les politiques parce que les gouvernements peuvent réglementer les programmes de services et ils le font. Par exemple, dans les pays occidentaux, un ratio de trois ou quatre enfants par éducateur est généralement considéré comme un seuil de qualité. On peut aussi évaluer la qualité des services en se basant sur les observations des comportements qui reflètent les interactions positives entre les enfants et leurs éducateurs ainsi qu’avec leurs pairs. Dans les centres de qualité, les éducateurs sont sensibles et réceptifs aux besoins des enfants, offrent des environnements riches pour ce qui est du langage, organisent des activités qui favorisent le développement et encouragent les enfants à se comporter de façon prosociale.

Dans les études de pointe qui ont recours à des groupes contrôles, les effets des différences inhérentes au contexte familial sont contrôlés statistiquement afin d’isoler l’importance des services. Les résultats d’un grand nombre d’études montrent que la qualité du service est importante. En fait, l’importance de la qualité des services est une des découvertes les plus solides en psychologie développementale. Les enfants qui fréquentent les services de grande qualité obtiennent des résultats plus élevés aux tests mesurant leur rendement académique et leurs aptitudes langagières, font preuve de meilleures habiletés sociales et manifestent moins de problèmes de comportement.4 Les services à la petite enfance peuvent aussi agir en tant qu’intervention pour les enfants provenant de familles à risque. Les enfants de familles qui ont moins de ressources financières et qui fréquentent des programmes de qualité commencent l’école avec des habiletés qui peuvent augmenter leurs chances de réussite scolaire.

Nombre d’heures passées en service

Bien que les écrits scientifiques soient contradictoires, il y a de plus en plus de preuves qui démontrent que les heures passées en service peuvent constituer un facteur de risque pour le développement de problèmes de comportement, y compris l’agressivité. Certains chercheurs associent ce risque particulièrement aux services prodigués aux nourrissons,5 cependant, d’autres chercheurs n’ont pas réussi à reproduire ce résultat, même en utilisant la même série de données.6 Les chercheurs de la NICHD ont découvert que plus les enfants passent du temps dans divers services non parentaux au cours des quatre premières années et demie de la vie, plus ils manifestent des problèmes de comportements d’extériorisation (c’est-à-dire agressivité et désobéissance) et de conflits avec les adultes à 54 mois et à la maternelle.7 Étonnamment, ces découvertes ne varient pas en fonction de la qualité des services. Il est important de nuancer en précisant que les effets sont relativement petits, que la plupart des enfants qui fréquentent les services pendant de longues heures n’ont pas de problèmes de comportement et que le sens de ces effets n’est pas clair. En d’autres mots, les parents qui ont des enfants plus difficiles peuvent placer leurs enfants dans les services pendant davantage d’heures que les autres. Dans les travaux futurs, il sera important d’identifier les processus par lesquels les heures passées en service peuvent représenter un risque. Par exemple, certains chercheurs ont spéculé que des groupes de grande taille (exposition à de nombreux pairs) peuvent augmenter la fréquence de comportements d’extériorisation que les pourvoyeurs de services ne remarquent pas et donc qu’ils ne corrigent pas.

Type de services

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients associés à l’organisation formelle des services comme les centres de la petite enfance. Il existe des preuves solides indiquant que les services plus formels avec davantage d’enfants présentent un risque pour la santé. Les enfants qui fréquentent les services en installation et en milieu familial ont des taux plus élevés de maladies contagieuses précoces, y compris otites, les maladies gastro-intestinales et de l’appareil respiratoire supérieur.8 Les services plus formels favorisent aussi les aptitudes nécessaires pour l’entrée à l’école.9

Conclusions

La conclusion principale en matière de services à la petite enfance est que leurs effets sont complexes et varient principalement en fonction de la qualité du service fourni. En d’autres termes, le risque représenté par les services pour les enfants, la protection contre les foyers défavorisés ou les bons résultats développementaux sont reliés à la qualité du service. Il y a certaines indications à l’effet que les différences individuelles des enfants en matière de caractéristiques comme le tempérament, la curiosité, les aptitudes cognitives et le sexe influencent la façon dont les enfants vivent leur expérience en service, bien que davantage de recherches concernant ces variables soient nécessaires. Dans la plupart des études, les variables familiales sont généralement de meilleurs prédicteurs du développement de l’enfant que celles des services. D’ailleurs, leurs effets dépendent souvent des facteurs familiaux. Par exemple, les services de qualité peuvent atténuer l’effet négatif de la dépression maternelle en ce qui concerne le développement social et émotif des enfants. Les familles devant prendre une décision concernant les services à la petite enfance devraient être encouragées par le fait que, tout bien considéré, ce sont les soins qu’elles prodiguent à leurs enfants qui comptent le plus.

Implications

Les programmes de qualité favorisent le développement intellectuel, langagier et social des enfants. Cependant, la plupart des enfants n’ont pas accès à des programmes de qualité parce que les parents ne peuvent pas se les payer.10 Les chercheurs continuent à s’inquiéter du fait que la plupart des environnements ne sont pas conformes aux normes de qualité. Par exemple, dans la NICHD Study of Early Child Care, on a découvert que 56 % des services observés étaient de faible qualité.11 Les preuves de faible qualité ne sont pas surprenantes, étant donné que les membres du personnel des services n’ont généralement pas de formation et reçoivent des salaires peu élevés. Les efforts en matière de politique sociale destinée à améliorer la qualité des services sont en cours dans la plupart des pays industrialisés. Ces efforts comprennent la formation des enseignants,  des règlements plus sévères et des programmes subventionnés, particulièrement pour les enfants de familles qui ont moins de ressources financières. Si l’on veut que ces programmes réussissent, les gouvernements doivent avoir la volonté d’investir dans l’éducation précoce et dans les services pour les jeunes enfants. Les analyses de coûts-bénéfices suggèrent que ces investissements se traduiront par des meilleures performances scolaires dans les années à venir.12

Références

  1. National Research Council. Eager to learn: Educating our preschoolers. Washington, DC: National Academy Press; 2001.
  2. Sroufe LA. A developmental perspective on daycare. Early Childhood Research Quarterly 1988;3(3):283-291.
  3. NICHD Early Child Care Research Network. The effects of child care on infant-mother attachment security: Results of the NICHD study of early child care. Child Development 1997;68(5):860-879.
  4. Lamb M. Nonparental child care: Context, quality, correlates, and consequences. In: I. Sigel I, Renniger K, eds. Handbook of child psychology: Vol. 4. Child psychology in practice. 5th ed. New York, NY: Wiley; 1998:73-134.
  5. Baydar N, Brooks-Gunn J. Effects of maternal employment and child care arrangements on preschoolers’ cognitive and behavioral outcomes: Evidence from the children of the national longitudinal survey of youth. Developmental Psychology 1991;27(6):932-945.
  6. Ketterlinus RD, Henderson SH, Lamb ME. Les effets du type de garde de l’emploi maternel et de l’estime de soi sur le comportement des enfants [The effect of type of child care and maternal employment on children’s behavioral adjustment and self esteem]. In: Pierrehumbert B ed. L’accueil du jeune enfant: Politiques et recherches dans les différents pays [Child care in infancy: Policy and research issues in different countries]. Paris, France: Les Editions Sociales; 1992:150-163.
  7. NICHD Early Child Care Research Network. Does amount of time spent in child care predict socioemotional adjustment during the transition to kindergarten? Child Development 2003;74(4); 976-1005.
  8. Johansen A, Leibowitz A, Waite L. Child care and children’s illnesses. The American Journal of Public Health 1988; 78: 1175-1177.
  9. NICHD Early Child Care Research Network. Early child care and children’s development prior to school entry: Results from the NICHD Study of Early Child Care. American Educational Research Journal 2002;39(1):133-164.
  10. Helburn SW, Bergmann BR. America's Child Care Problem. New York, NY: Palgrave; 2002.
  11. NICHD Early Child Care Research Network. The interaction of child care and family risk in relation to child development at 24 and 36 months. Applied Developmental Science 2002;6(3):144-156.
  12. Barnett WS. Long-term effects on cognitive development and school success. In: Barnett WS, Boocock SS, eds. Early care and education for children in poverty: Promises, programs, and long-term results. Albany, NY: State University of New York; 1998:11-44.

Pour citer cet article :

McCartney K. Recherches actuelles sur les effets des services à la petite enfance. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Bennett J, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. https://www.enfant-encyclopedie.com/services-la-petite-enfance-education-et-accueil-des-jeunes-enfants/selon-experts/recherches. Actualisé : Février 2007. Consulté le 19 août 2022.

Texte copié dans le presse-papier ✓