[Archivé] Les services à la petite enfance et leurs impacts sur les enfants de 0 à 2 ans Commentaires sur les articles de Belsky , Howes, et Owen


Stockholm Institute of Education, Suède

Version PDF

Introduction

Trois chercheurs très respectés ont écrit des articles pour le CEDJE concernant les soins et la garde des enfants et leurs impacts sur les jeunes enfants de 0 à 2 ans. Ce sujet a fait l’objet de vigoureux débats tant de la part du grand public que des chercheurs, puisqu’une grande proportion de mères qui ont de jeunes enfants travaillent à l’extérieur de la maison, certaines par choix, d’autres par nécessité. La plupart des parents sont préoccupés par les questions suivantes :

  • Que devrais-je faire de mon enfant quand je ne suis pas à la maison?
  • Si je travaille à l’extérieur de la maison, est-ce que cela va nuire à mon enfant?

Cela fait 50 ans que les scientifiques et les parents s’interrogent sur ce sujet et à ce jour, aucune réponse claire n’est disponible. Un auteur a passé vingt-cinq ans à recenser la recherche dans de domaine.1-7 Si l’on se fie à la recherche effectuée dans les premières années, l’information fournie aux parents se basait davantage sur la théorie que sur des faits scientifiques.8,9 Selon ces théories, le fait de séparer un jeune enfant de sa mère avant l’âge de trois ans était jugé préjudiciable pour l’enfant.

Les chercheurs d’un certain nombre de pays n’étaient pas satisfaits des réponses aux préoccupations des parents. Ils ont donc effectué plusieurs études afin de trouver des informations plus concluantes. Malgré leurs efforts, pendant longtemps ils n’ont découvert aucune preuve permettant de justifier les affirmations selon lesquelles les services à la petite enfance nuisaient aux enfants ou étaient bénéfiques pour eux.

À la fin des années 80 et au début des années 90, des données publiées provenant de la Suède ont révélé que les expériences précoces en services à la petite enfance pouvaient en fait être bénéfiques pour les jeunes enfants.10-13 Les résultats étaient contraires à la plupart des attentes, et les chercheurs, surtout les américains, se sont vus contraints d’adopter une vision plus écologique des services. Il n’était plus seulement question de soutenir ou non ces services, ni simplement de l’âge auquel on pouvait confier son enfant à un service. Si l’on voulait comprendre les différences de résultats entre la recherche américaine et suédoise, il fallait tenir compte d’autres variables. Les chercheurs américains évoquaient la réputation de qualité élevée des services suédois pour expliquer les différences de résultats. Cependant, il y a d’autres explications possibles que j’aborderai plus loin.

Recherche et conclusions

La plupart des recherches ont été effectuées auprès de très petits groupes d’enfants qui ont été suivis pendant quelques années seulement. Malheureusement, ce type de recherche pose de sérieux problèmes. Premièrement, lorsque l’on effectue des enquêtes auprès de petits groupes, il est difficile de savoir quoi que ce soit sur la façon dont les résultats peuvent s’appliquer à la population générale. Deuxièmement, il est impossible de conclure quoi que ce soit sur les effets des services à long terme.

Le National Institute of Child Health and Human Development (NICHD) a entrepris un projet de recherche à grande échelle dans le but de surmonter ces problèmes. L’étude a suivi 1 274 mères et le développement de leurs enfants qui avaient expérimenté plusieurs types de services. Chaque enfant avait reçu des services tôt dans sa vie. Les données publiées couvrent une période allant jusqu’à l’âge de 4½ à 5 ans. Une équipe très impressionnante participe à cette recherche : 25 chercheurs américains parmi les plus reconnus. D’autres projets de recherche ont aussi eu recours à un nombre considérable de sujets. Par exemple, une étude14 a suivi 733 enfants de 4 à 8 ans et une autre a observé de près 414 enfants de 14 à 54 mois.15

Les articles de deux des auteurs - Belskya et Tresch Owen – s’en remettent fortement aux données de l’étude NICHD, alors que Howes se réfère aussi à d’autres sources. Leurs conclusions sont relativement semblables. Tous s’entendent pour déclarer que les expériences précoces en service peuvent être positives pour le développement cognitif et linguistique de l’enfant. Par ailleurs, la qualité des interactions avec la mère peut être compromise par des services de faible qualité et de longues périodes de temps passé en service. Belsky insiste particulièrement sur ces points et mentionne un risque développemental notable, bien que modeste. Cette opinion est conforme à ses publications antérieures. Cependant, dans cet article, les mises en garde de Belsky sur les risques développementaux sont bien moins strictes que dans les précédents. Les trois auteurs s’entendent sur le fait que les services de grande qualité sont importants, mais aucun ne tente de définir ce que signifie grande qualité.

À vrai dire, ces articles comportent quelques problèmes. D’une part, les auteurs se réfèrent uniquement à des études américaines. En conséquence, nous n’apprenons rien à propos de la signification des services à la petite enfance sur le développement des enfants dans les pays qui ont choisi de soutenir les familles autrement, et avec d’autres types de services. Par exemple, en Suède, les services sont considérés comme faisant partie du système d’éducation à partir des premières années de la vie, et les employés sont des enseignants préscolaires qui possèdent une formation universitaire de trois ans ou des pourvoyeurs de soins qui ont suivi une formation professionnelle de trois ans. De cette façon, le système suédois assure des services de qualité élevée.

Dans les études citées par les auteurs, les courtes périodes de suivi constituent un autre problème. Même si certains des enfants ont manifesté des problèmes de comportement ou de discipline après avoir passé du temps en service, nous ne savons rien sur la durabilité de ces effets. De plus, certains effets peuvent survenir des années plus tard. Ces effets d’incubation peuvent être positifs ou négatifs. Au cours de mes propres recherches, j’ai découvert que les effets positifs sur le développement social ne se manifestaient pas avant le début de l’adolescence, et ils s’avéraient très importants.

Implications pour les politiques et pour les services

Tous les auteurs soulignent l’importance d’augmenter la qualité des services. Belsky recommande aussi que d’autres démarches soient entreprises (par exemple, étendre les congés parentaux et introduire des politiques fiscales propices à des services abordables et de bonne qualité). Je suis tout à fait d’accord avec ces recommandations, mais j’y ajouterais d’autres suggestions basées sur mon expérience du système suédois.

En Suède, la notion du soutien à la famille a une connotation étendue. Un des aspects importants de cette notion est que les parents devraient être capables de rester à la maison avec leurs enfants lorsque ces derniers ont le plus besoin d’une mère ou d’un père à domicile (c’est à dire lorsqu’ils sont très jeunes ou malades). En conséquence, le congé parental (dont 80 % du salaire est payé par l’État) dure 12 mois. De plus, un parent a la possibilité de rester à la maison si l’enfant tombe malade pendant les années préscolaires, tout en recevant le même paiement que pour un congé parental. Cela signifie que les parents peuvent être confiants et détendus pour ce qui est des soins prodigués à leurs enfants et donc être de meilleurs parents à la maison. Je tiens à souligner également que les soins médicaux sont gratuits pour les enfants, ainsi qu’un certain nombre d’autres mesures.

Certains lecteurs pourraient se demander si l’on peut vraiment se permettre de dépenser tant d’argent pour nos enfants. Je répondrais que soit nous dépensons cet argent maintenant, soit nous devrons dépenser dix fois plus dans le futur pour s’occuper de tous les problèmes créés par un mauvais système de soutien à la famille.13

Références

  1. Belsky J. Two waves of day care research: Developmental effects and conditions of quality. In: Ainslie RC, ed. The child and the day care setting: qualitative variations and development. New York, NY: Praeger; 1984:1-34.
  2. Belsky J. Infant day care: A cause for concern? Zero to Three 1986;7(1):1-7.
  3. Belsky J. Risks remain. Zero to Three 1987;7(3):22-24.
  4. Belsky J. The "effects" of infant day care reconsidered. Early Childhood Research Quarterly 1988;3(3):235-272.
  5. Belsky J. Emanuel Miller Lecture: Developmental risks (still) associated with early child care. Journal of Child Psychology and Psychiatry and Allied Disciplines 2001;42(7):845-859.
  6. Belsky J, Steinberg LD. The effects of day care: A critical review. Child Development 1978;49(4):929-949.
  7. Belsky J, Steinberg LD, Walker A. The ecology of day care. In: Lamb M, ed. Child rearing in nontraditional families. Hillsdale, NJ: Erlbaum; 1981:71-116.
  8. Ainsworth MDS, Blehar MC, Waters E, Wall S. Patterns of Attachment. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associations; 1978.
  9. Mahler MS, Pine F, Bergman A. The psychological birth of the human infant: symbiosis and individuation. London, England: Hutchinson; 1975.
  10. Andersson BE. Effects of public day-care: A longitudinal study. Child Development 1989;60(4):857-866.
  11. Andersson BE. Effects of day-care on cognitive and socioemotional competence of thirteen-year-old Swedish schoolchildren. Child Development 1992;63(1):20-36.
  12. Andersson BE. Long-term effects of early day care in relation to family type and children's gender. In: Borge AIH, Hartmann E, Strøm S, eds. Day care centers: Quality and provision. Oslo, Norway: National Institute of Public Health; 1994:102-113.
  13. Andersson BE. Public policies and early childhood education. European Early Childhood Education Research Journal 1994;2(2):19-32.
  14. Peisner-Feinberg ES, Burchinal MR, Clifford RM, Culkin ML, Howes C, Kagan SL, Yazejian N. The relation of preschool child care quality to children's cognitive and social developmental trajectories through second grade. Child Development 2001;72(5):1534-1553.
  15. Howes C, Phillips DA, Whitebook M. Thresholds of quality: Implications for the social-development of children in center-based child care. Child Development 1992;63(2):449-460.

Note:

a Commentaires sur l’article original publié par Jay Belsky en 2004. Pour consulter cet article, contactez-nous à cedje-ceecd@umontreal.ca.

Pour citer cet article :

Andersson BE. [Archivé] Les services à la petite enfance et leurs impacts sur les enfants de 0 à 2 ans Commentaires sur les articles de Belsky , Howes, et Owen. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Bennett J, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. https://www.enfant-encyclopedie.com/services-la-petite-enfance-education-et-accueil-des-jeunes-enfants/selon-experts/les-services-la-1. Publié : Février 2004. Consulté le 24 février 2024.

Texte copié dans le presse-papier ✓