Partager:

Le fait que l’apparition de troubles neurologiques coïncide souvent avec la période où les enfants reçoivent leurs vaccins amène plusieurs parents et professionnels de la santé à craindre que les vaccins puissent être la cause de ces troubles. 

Cependant, un nombre considérable de recherches montrent que la majorité des troubles neurologiques que l’on a attribués aux vaccins ont en réalité d’autres causes. Par exemple, de nombreuses études menées depuis 14 ans ont réfuté le lien entre l’autisme et le vaccin RRO (rougeole, rubéole, oreillons). La recherche n’a pas non plus démontré de lien entre le vaccin contre la coqueluche et l’encéphalopathie. 

Malgré cela, pour plusieurs parents, la sécurité des vaccins n’est pas une question scientifique, mais plutôt émotive difficile à surmonter. Étant donné la résurgence de certaines maladies, en raison de la sous-vaccination, que l’on croyait presque éradiquées, il reste encore beaucoup de travail à faire pour venir à bout des mythes sur les vaccins.