Partager:

Est-ce important?

Les services de garde et d’éducation à la petite enfance (SGEPE) sont devenus très communs dans plusieurs pays européens et nord-américains, où la plupart des enfants de trois ans et plus fréquentent un service de garde éducatif réglementé. De plus, les services à la petite enfance représentent beaucoup plus que des endroits où les parents déposent les enfants pour pouvoir aller travailler. Ces services jouent un rôle important dans le développement des enfants en leur offrant l’opportunité de participer à un éventail d’activités éducatives et sociales. Le nombre croissant d’enfants dans les SGEPE officiels est largement attribuable, d’une part, à la convergence des recherches qui montrent l’influence positive d’une éducation précoce sur la préparation à l’école et, d’autre part, à la présence accrue des mères sur le marché du travail. Il faut toutefois mentionner que même les enfants des mères qui restent à la maison risquent de fréquenter un type quelconque de service de garde. Aux États-Unis, la majorité (63 %) des femmes ayant des enfants de moins de 3 ans consacrent une partie de leur temps à un emploi rémunéré et leurs enfants reçoivent une quantité considérable de soins non-maternels. 

Malgré la popularité grandissante des SGEPE, leur qualité est fréquemment faible à cause des coûts associés au maintien de la qualité. Des services de haute qualité sont caractérisés par un personnel qualifié, bien rémunéré et stable, un ratio adulte-enfants bas et une gestion efficace. La recherche suggère, cependant, que beaucoup de SGEPE officiels aux États-Unis sont de pauvre qualité. La fréquentation de ces services est associée à quelques risques développementaux, certes modestes mais visibles à long terme, particulièrement pour les enfants très jeunes (de moins de 18 mois) qui y passent beaucoup de temps. Ces conséquences adverses ne résultent pas seulement de la fréquentation de services de garde de faible qualité, mais aussi du stress causé par la séparation d’avec les parents. Ceci suggère donc que la durée des congés parentaux devrait être allongée à une année, ce qui constitue la pratique croissante dans les pays européens.

Que savons-nous?

La société et les services à la petite enfance

Il y a plusieurs différences entre les pays en ce qui concerne l’organisation des services de garde et d’éducation à la petite enfance. Dans la plupart des pays de l’OCDE, l’éducation des enfants de 3-6 ans est une responsabilité partagée entre la famille et l’État et elle est souvent gratuite et entièrement subventionnée. La situation est plus variée en ce qui concerne les services à la petite enfance pour les enfants de moins de 3 ans : plusieurs gouvernements subventionnent généreusement ces services et supportent les parents pour que leurs enfants y aient accès, mais d’autres considèrent que la garde des enfants est d’abord une responsabilité parentale. Une approche de type laissez-faire envers les jeunes enfants et les familles, caractérisée par un faible support de l’État et la prédominance des contributions privées, peut produire des inégalités considérables sur le plan de l’accès aux services. Le recrutement d’éducatrices temporaires dans les services de garde peut aussi générer des déséquilibres entre les rôles joués par l’État, les familles et le marché dans le secteur de la garde des enfants, dans le Nord et dans le Sud. Les gouvernements qui considèrent que la garde et l’éducation des enfants sont une responsabilité publique intègrent de plus en plus leurs systèmes de garde et d’éducation et peuvent, en conséquence, assurer une meilleure réglementation, un accès plus équitable et des services de plus haute qualité à tous les enfants. 

Le discours actuel sur l’importance du choix offert aux parents doit faire l’objet d’une évaluation réaliste. Même si on assume que les parents sont libres de choisir les services qu’ils considèrent les plus appropriés pour leurs enfants, l’accès à des services de haute qualité est, en fait, souvent limité et inégal. Ceci est un défi particulier dans les systèmes dominés par les organismes privés à but lucratif. Les parents ayant de faibles revenus peuvent « choisir » seulement ce qui leur est accessible et doivent souvent se résigner à un choix restreint et à des services de pauvre qualité. En bref, alors que les services à la petite enfance devraient être considérés comme un élément central des politiques d’intégration, ces services contribuent en réalité, dans trop de pays, à creuser le fossé de l’éducation entre les pauvres et les riches. Ceci est particulièrement vrai pour les immigrants et les enfants de communautés ethniques, dont le choix de services est grandement limité par des contraintes environnementales et économiques.

La démocratie devrait être le principe fondamental guidant l’élaboration et l’offre des services à la petite enfance, non seulement au niveau local, avec une prise de décision concertée, mais aussi aux niveaux communautaire et politique, où l’éducation à la petite enfance doit être une question de débat public et de responsabilité collective. Dans une démocratie, les individus ne font pas qu’exprimer leurs préférences personnelles; ils font aussi des choix publics et collectifs reliés au bien commun de leur société.

L’impact des services à la petite enfance sur le développement de l’enfant

Les services à la petite enfance ont été associés à des conséquences à la fois positives et négatives sur le développement de l’enfant. Malgré des premiers résultats contradictoires quant aux effets de ces services sur le développement cognitif et linguistique, la recherche plus récente documente systématiquement les effets positifs durables des services de haute qualité. Beaucoup de résultats de recherche montrent qu’une éducation précoce de haute qualité constitue un fondement solide de la préparation à l’école et du succès scolaire. Toutefois, les biais de sélection constituent une limite potentielle à la plupart de ces recherches, car ils peuvent faire en sorte que l’on confonde des variations dans les caractéristiques de l’enfant et de la famille avec des variations dans les services de garde. Les expériences d’apprentissage dans les services à la petite enfance peuvent aussi aider les enfants à développer des valeurs démocratiques de même que des habiletés sociales. Un lien étroit avec un éducateur du centre est aussi un indice de la qualité des relations interpersonnelles ultérieures. La fréquentation d’un milieu où les soins sont adéquats est particulièrement souhaitable pour les enfants qui reçoivent des soins insensibles à la maison, car elle constitue un facteur de protection contre le développement de problèmes comportementaux. Un tel milieu offre aussi des opportunités d’améliorer le développement cognitif et langagier. Par contre, lorsqu’ils sont combinés à des stresseurs sociaux et économiques à la maison, des services à la petite enfance inadéquats (services de faible qualité, durée de fréquentation excessive et instabilité) forment une double menace à la sécurité de l’attachement des enfants. Par ailleurs, il est souvent difficile de tirer des inférences causales quant au lien entre les services à la petite enfance et des conséquences développementales variées, à cause de facteurs confusionnels impossibles à départager comme des problèmes de stabilité dans la dispensation des soins et les caractéristiques des enfants et de leur famille. L’effet des services à la petite enfance est susceptible de varier, non seulement en fonction de ces caractéristiques, mais aussi en fonction des traits personnels de l’enfant et des idéologies qui supportent les services à l’enfance dans chaque contexte culturel spécifique.

Que peut-on faire?

L’amélioration des services à la petite enfance requière que les familles, le personnel, les administrateurs et les législateurs travaillent ensemble pour affronter les défis actuels. Dans les services à la petite enfance, il faut privilégier une pédagogie appropriée qui renforce le bien-être et l’implication des jeunes enfants. Dans la famille, les parents sont encouragés à combler les besoins de leurs enfants en matière d’interactions proximales fortes et à créer des liens entre la vie à la maison et le service de garde.

L’expérience des enfants peut aussi être bonifiée avec une amélioration de la qualité des services à la petite enfance qu’ils fréquentent. Une installation de haute qualité comprend du personnel qualifié, bien rémunéré et régulier, un ratio adulte-enfant raisonnable et une gestion appropriée. Les éducatrices des services à la petite enfance peuvent renforcer la qualité de leurs services en étant sensibles et empathiques envers les enfants, par exemple en les aidant à gérer la transition entre la maison et le service de garde et en offrant des activités qui stimulent la participation et la communication. Leur objectif devrait être d’offrir des interactions enrichies qui encouragent l’échange d’idées et un apprentissage en profondeur, plutôt que superficiel. L’implication des enfants peut être accrue avec des projets qui supportent leur autonomie (par exemple, introduire de nouvelles activités stimulantes; tenir compte des idées et intérêts des enfants; encourager les mouvements et l’exploration; permettre aux enfants d’avoir leur mot à dire dans l’établissement des règles). Les législateurs et les éducateurs sont aussi responsables de s’assurer que tous les enfants aient accès à la même qualité et à la même quantité de soins. Une attention particulière devrait être accordée aux problèmes émotifs et développementaux de façon à ce que des interventions précoces puissent être intégrées dans la routine de l’enfant. Le milieu de garde devrait aussi offrir un environnement physique sain et sécuritaire, avec un ratio adulte-enfant élevé, pour assurer le bien-être des enfants.

L’administration démocratique des services de garde peut jouer un rôle clé dans l’amélioration des installations par l’implication de la communauté, du personnel, des parents et des enfants dans le processus de prise de décisions. Un bon programme de soins et d’éducation reconnaît la diversité, n’est pas biaisé et offre des services de haute qualité abordables aux enfants défavorisés et à risque. Une rémunération appropriée, une éducation solide et une formation continue pour tous les intervenants sont essentielles pour promouvoir l’importance du secteur de la petite enfance.

L’amélioration du système de services de garde est hautement tributaire de l’appui du gouvernement. Voici des actions législatives concrètes pouvant favoriser cette amélioration qui ont déjà été observées dans plusieurs pays : permettre des congés parentaux payés d’une durée et au taux salarial similaires à ce qui est appliqué dans les pays scandinaves; offrir un financement public adéquat et développer des politiques fiscales permettant aux parents de faire des choix appropriés pour l’éducation de leurs enfants; accorder plus d’attention aux enfants issus de milieux pauvres ou diversifiés; intégrer la garde et l’éducation des jeunes enfants sous un seul ministère ou organisation et ainsi améliorer les exigences de qualification du personnel et la qualité, l’accessibilité et les coûts des services.

Pour citer cet article :

Services à la petite enfance – Éducation et accueil des jeunes enfants : Synthèse. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Bennett J, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/services-la-petite-enfance-education-et-accueil-des-jeunes-enfants/synthese. Actualisé : Septembre 2018. Consulté le 24 juin 2019.