Retour aux publications récentes

Les transitions commencent tôt

John M. Love, Ph.D., Helen H. Raikes, Ph.D.

Mathematica Policy Research, États-Unis, The Gallup Organization/University of Nebraska-Lincoln, États-Unisa

Juin 2009, 2e éd.

Introduction

Généralement, les décideurs politiques pensent que les transitions vers l’école sont des expériences que les enfants acquièrent entre la fin de leurs années préscolaires ou prématernelles et l’entrée à la maternelle. Cependant, les preuves s’accumulent et indiquent que desinterventions réaliséesplus tôt dans la vie (dans les trois premières années) contribuent à améliorer le développement ainsi que les chances d’une transition réussie. En plus des services particuliers prônant la continuité décrite par Early,1 Pianta et al.,2 et d’autres,3 les enfants ont besoin des bienfaits des programmes d’éducation précoce de qualité.

Sujet

Dans cet article, nous décrirons tout d’abord les qualités développementales importantes pour réussir la transition vers l’école, et ensuite, la façon dont les programmes de qualité destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants contribuent aux caractéristiques du développement et de l’apprentissage précoce des enfants.

Contexte de la recherche

Qu’est-ce qui est important pour réussir la transition entre le préscolaire et l’école?

Quand le National Education Goals Panel a décrit le premier objectif éducatif aux États-Unis, le Goal One Technical Planning Group a innové en définissant non seulement les importantes dimensions des « aptitudes à l’entrée à l'école », mais aussi les conditions essentielles pour soutenir ces dimensions.4 Les cinq dimensions du développement et de l'apprentissage précoces (les développements physique et moteur, le développement socio-affectif, les approches del'apprentissage, le langage, ainsi que le développement cognitif et celui des connaissances générales) sont largement acceptées, sous une forme ou une autre. Les trois conditions de soutien identifiées incluent l'accès à des programmes préscolaires de qualité, les parents comme premiers enseignants des enfants, ainsi qu'une alimentation et des soins appropriés. On a démontré que les programmes de bonne qualité, destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants, étaient efficaces pour changer les environnements dans lesquels les bébés vivent pendant leur prime enfance, en promouvant les conditions de soutien, et qu'ils amélioraient le développement de l'enfant.

Récents résultats de recherche

À quoi contribuent les programmes efficaces destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants?

Entre 1972 et 1977, le Carolina Abecedarian Project a intégré 120 familles afro-américaines à haut risque àquatre cohortes. Cent onze enfants ont été assignés aléatoirement, soit à un programme comprenant des services préscolaires à plein temps, débutantau cours des trois premiers mois de la vie, soità un groupe témoin. Les familles et les enfants ont continué à recevoir des services jusqu’à ce que les enfants aient cinq ans. Le programme, qui a aussi fourni du soutien social aux familles, a réussi à améliorer le développement cognitif des enfants lorsque comparé aux enfants du groupe témoin, avec des différences importantes à 18, à 24 et à 36 mois.5,6 Les études de suivi ont montré qu’à chaque période d’évaluation, les effets du programme persistaient jusqu’à 16 et même 20 ans.

Le Infant Health and Development Program (IHDP) a combiné les visites à domicile, les programmes préscolaires dans des centres, et les services à la famille aux bébés prématurés et à leur famille pendant les trois premières années de leur vie. À trois ans, le groupe qui participait au programme a eu des résultats beaucoup plus élevés au test d’intelligence de Stanford Binet et moins de problèmes de comportement. Les enfants de petitpoids à la naissance, mais dont le poids était parmi les plus élevésà la naissance, ont obtenu des résultats supérieurs à l’âge de deux et trois ans que ceux dont le poids était très faible à la naissance. 7 Les effets se sont maintenus jusqu’à l’âge de huit ans pour ces premiers.8

En 1989 et en 1990, le Comprehensive Child Development Program (CCDP) a été mis en œuvre en tant que programme pilote dans 24 sites très diversifiés. Les programmes comprenaient des services sociaux intensifs et de l’éducation parentale, mais les services directs pour le développement de l’enfant et les programmes de soins financés étaient bien moins intensifs que dans les programmes IHDP et Abecedarian. Quand les enfants ont eu deux ans, l’évaluation nationale a découvert que les CCDP avaient considérablement amélioré 1) les habiletés de parentage et les attitudes des mères, 2) l’autosuffisance économique des parents et 3) le développement cognitif des enfants. Cependant, ces effets ont largement disparu vers l’âge de trois ans et étaient absents à l’âge de cinq ans.9

L’évaluation nationale du programme fédéral Early Head Start10 a permis de découvrirque cette intervention destinée à deux générations était bénéfique pour les enfants de deux et de trois ans (en comparaison avec le groupe témoin à la suite d’une assignation aléatoire) sur un certain nombre de dimensions importantes : développement cognitif, comportement social et vocabulaire (réduction des problèmes de comportement agressif, augmentation de l’engagement des parents et de l’attention soutenue envers les objets dans une situation de jeu). Le programme a aussi effectué des changements importants dans les environnements des enfants ou dans les conditions qui soutiennent le développement. Parmi celles-ci, on retrouve des changements dans les pratiques de parentage des parents qui ont participé au programme Early Head Start. Ces parents fournissaient plus de soutien à l’apprentissage et à l’alphabétisation à la maison et ils étaient plus susceptibles de lire tous les jours à leurs enfants.

L’intervention de Head Start a aussi amélioré les environnements des enfants en augmentant l’accès aux services de garde de bonne qualité.11 Aux âges de 14 et de 24 mois, les enfants participant à ce programme avaient trois fois plus de chance d’être dans des centres de petite enfance de bonne qualité que leurs pairs du groupe témoin. Les enfants du programme étaient aussi deux fois plus susceptibles d’être dans des environnements préscolaires de qualité à l’âge de 36 mois.

Conclusions

Est-ce que les enfants participant aux programmes destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants sont avantagés dès le départ?

Malheureusement, il n’y a pas beaucoup de preuves qui montrent que les effets positifs des programmes destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants se traduisent par une plus grande réussite à l’âge scolaire. Les résultats du Abecedarian et du IHDP suggèrent que les enfants sont avantagés, mais ces programmes ont été mis en œuvre uniquement auprès de deux populations spéciales (des enfants afro-américains et des bébés de petit poids à la naissance). Cependant, l’évaluation de Early Start a démontré des impacts significatifs dans tous les domaines du développement considérés importants pour la réussite scolaire selon le National Education Goals Panel.4 Si les enfants continuent à bénéficier de Early Head Start quand ils quittent ce programme entre trois et cinq ans, on aura effectivement démontré que ces enfants auront été avantagés dès le départ pour réussir leur transition vers l’école.

Implications

Les parents, les enseignants, les directeurs de programmes et les décideurs politiques doivent penser au processus de transition qui commence au cours des premières annéesde la vie afin de bâtir les fondations de la réussite scolaire future. Davantage de recherche est nécessaire pour comprendre ce processus plus en détail.

Références

  1. Early D. Services et programmes qui influencent les transitions des jeunes enfants vers l’école.In: Tremblay RE, Barr RG, Peters RDeV, eds. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. Montréal, Québec: Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants; 2004:1-5. Disponible sur le site: http://www.enfant-encyclopedie.com/documents/EarlyFRxp.pdf. Page consultée le 31 janvier 2005.
  2. Pianta RC, Cox MJ, Taylor L, Early D. Kindergarten teachers’ practices related to the transition to school: Results of a national survey. Elementary School Journal 1999;100(1):71-86.
  3. Love JM, Logue ME, Trudeau J, Thayer K. Transitions to kindergarten in American schools: Final report of the National Transition Study : Report submitted to U.S. Department of Education . Portsmouth, NH: RMC Research Corporation; 1992.
  4. Kagan SL, Moore E, Bredekamp S, eds. Reconsidering children’s early development and learning: toward common views and vocabulary . Washington, DC: National Education Goals Panel; 1995.
  5. Campbell FA, Ramey CT. Effects of early intervention on intellectual and academic achievement: A follow-up study of children from low-income families. Child Development 1994;65(2):684-698.
  6. Ramey CT, Campbell FA. Poverty, early childhood education, and academic competence: The Abecedarian experiment. In: Huston AC, ed. Children in poverty: Child development and public policy . New York, NY: Cambridge University Press; 1994:190-221.
  7. Brooks-Gunn J, Klebanov PK, Liaw F, Spiker D. Enhancing the development of low-birthweight, premature infants: Changes in cognition and behavior over the first three years. Child Development 1993;64(3):736-753.
  8. McCarton CM, Brooks-Gunn J, Wallace IF, Bauer CR, Bennet FC, Bernbaum JC, Broyles RS, Casey PH, McCormick MC, Scott DT, Tyson J, Tonascia J, Meinert CL. Results at age 8 years of early intervention for low-birth-weight premature infants: The Infant Health and Development Program. JAMA - Journal of the American Medical Association 1997;277(2):126-132.
  9. St. Pierre RG, Layzer JI, Goodson BD, Bernstein LS. National impact evaluation of the Comprehensive Child Development Program: Final report . Cambridge, Mass: Abt Associates Inc; 1997. Disponible sur le site: http://www.abtassociates.com/reports/D19970050.pdf. Page consultée le 31 janvier 2005.
  10. U.S. Department of Health and Human Services. Making a difference in the lives of infants and toddlers and their families: The impacts of Early Head Start . Washington, DC: U.S. Department of Health and Human Services; 2002. Disponible sur le site: http://www.mathematica-mpr.com/earlycare/ehstoc.asp. Page consultée le 31 janvier 2005.
  11. Love JM, Constantine J, Paulsell D, Boller K, Ross C, Raikes H, Brady-Smith C, Brooks-Gunn J. The role of Early Head Start Programs in addressing the child care needs of low-income families with infants and toddlers: Influences on child care use and quality . Washington, DC: U.S. Department of Health and Human Services; 2004. Disponible sur le site: http://www.headstartinfo.org/pdf/ChildCare.pdf. Page consultée le 31 janvier 2005.

Note:

a Raikes était membre de la Society for Research in Child Development, Administration for Children and Families, U.S. Department of Health and Human Services, pendant le projet de recherche et d’évalutation de Early Head Start.

Pour citer cet article :

Love JM, Raikes HH. Les transitions commencent tôt. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/preparation-lecole/selon-experts/les-transitions-commencent-tot. Actualisé : Juin 2009. Consulté le 25 février 2021.