Partager:

Plusieurs personnes croient que le TDAH apparaît durant les années préscolaires et que les symptômes qui y sont reliés sont évidents, c’est-à-dire que toute personne arriverait à la même conclusion. Or, cette perspective n’est pas toujours vraie.

Bien que chez les enfants d’âge préscolaire le diagnostic relève de la responsabilité des spécialistes, au quotidien, les parents sont les experts en ce qui a trait à leurs enfants. S’ils perçoivent que leur enfant est agité, inattentif ou impulsif, qu’il a du mal à contrôler ses réactions, a besoin de bouger ou a de la difficulté à attendre son tour, alors les intervenants devraient les écouter attentivement.

Dans des conditions idéales, les spécialistes travailleront avec les parents pour observer le comportement de l’enfant dans différents contextes et évaluer également si le problème vient d’ailleurs (p. ex., dans les attentes parentales, les stratégies d’adaptation, le niveau de stress ou la situation socio-économique).

Dans certains cas, le TDAH peut aussi devenir symptomatique beaucoup plus tard au cours du développement, après l’entrée à l’école ou même plus tard à l’âge scolaire.

Dans tous les cas, l’arbitre ultime pour poser un diagnostic est la présence de difficultés, que ce soit au plan social, scolaire ou émotionnel.