Retour aux publications récentes

Le rôle des parents dans l’apprentissage des jeunes enfants

Susan H. Landry, Ph.D.

Children’s Learning Institute; University of Texas Health Science Center, États-Unis

Décembre 2014, Éd. rév.

Introduction

Les conduites parentales dites « sensibles » sont celles qui soutiennent le mieux, chez les enfants, le développement des habiletés sociales et cognitives qui leur permettront de réussir plus tard à l’école.1 Différents cadres théoriques et de recherche (p. ex. la théorie de l’attachement, l’approche socioculturelle) décrivent la sensibilité comme un aspect important des conduites parentales, qui procure une fondation solide aux enfants pour faciliter leur développement optimal.2-4 Les conduites parentales affectueuses, chaleureuses, et qui répondent d’une manière contingente (c.-à-d., prévisible et adaptée) aux signaux du jeune enfant (ce que l’on nomme la « sensibilité contingente ») sont les aspects affectifs-émotifs d’un style parental sensible.5 Ces aspects, combinés aux comportements qui sont sensibles aux besoins de l'enfant sur le plan cognitif, y compris lui fournir un riche apport verbal et maintenir et développer ses intérêts, fournissent la gamme de soutien nécessaire aux multiples aspects de son apprentissage.6

Le fait de reconnaître les besoins de l'enfant en réagissant promptement et de façon adaptée à ses signaux soutient l’apprentissage, en partie en facilitant le développement de mécanismes lui permettant de faire face au stress et à la nouveauté dans son environnement.2 La répétition d’expériences positives permet de bâtir un lien de confiance entre l'enfant et le parent, qui permet à l’enfant d’internaliser en fin de compte cette confiance puis de généraliser ses apprentissages à ses nouvelles expériences. Le soutien sensible du parent favorise aussi l’implication continue de l’enfant dans les activités d’apprentissage que propose le parent.7.8 Ainsi, les comportements affectifs-émotifs du parent communiquent son intérêt et son acceptation et favorisent chez l’enfant l’autorégulation et la coopération, qui sont essentielles à un apprentissage efficace. D’un point de vue socioculturel, on pense que les comportements sensibles sur le plan cognitif (p. ex., maintenir les intérêts plutôt que les rediriger, fournir un apport verbal riche) entraînent des niveaux plus élevés d’apprentissage parce qu’ils procurent une structure ou un fondement pour les habiletés émergentes du jeune enfant, notamment, sur les plans cognitif et attentionnel.9 Selon ce point de vue, les comportements sensibles favorisent une implication conjointe et une réciprocité dans les interactions parent-enfant et aident l’enfant à développer un rôle plus actif et ultimement plus indépendant dans le processus d’apprentissage.10 Le soutien sensible des parents lorsque l’enfant s’engage activement dans la résolution de problèmes est souvent désigné comme « l’échafaudage parental » (parental scaffolding); on pense qu’il s’agit d’un aspect clé pour faciliter le développement de l’autorégulation et des fonctions exécutives chez l’enfant, des habiletés qui lui permettront ultimement d’assumer la responsabilité de son propre bien-être.11,12

Sujet

La sensibilité est l’un des aspects des conduites parentales les plus fréquemment décrits pour comprendre le rôle de l’environnement dans le développement des jeunes enfants. La recherche montre qu’elle peut favoriser des trajectoires développementales normales chez les enfants à risque élevé, comme ceux qui vivent dans des familles à faible revenu ou qui sont très prématurés.13 En revanche, les conduites parentales non sensibles peuvent compromettre le développement, surtout celui d’enfants qui sont plus à risque de problèmes développementaux.14 L’importance critique de la sensibilité parentale est mise en lumière par des résultats de recherche récents qui ont révélé des liens entre une sensibilité parentale élevée et un volume accru de l’hippocampe chez des enfants d’âge préscolaire se développant normalement. Un volume accru de cette région du cerveau est associé à un développement plus optimal de certaines habiletés psychosociales (par ex., la réactivité au stress).15 Ces liens entre des conduites parentales sensibles et un volume accru de l’hippocampe suggèrent également que la petite enfance est une période critique pour promouvoir la sensibilité parentale, particulièrement dans les familles à risque, afin d’améliorer la relation parent-enfant. Étant donné l’importance potentielle de la sensibilité parentale, des connaissances plus précises des types de comportements qui sont les plus importants pour soutenir les différents domaines de l’apprentissage de l'enfant pourraient nous aider à mieux comprendre comment favoriser des pratiques parentales efficaces.

Problème

Malgré le rôle central de la sensibilité parentale dans différents cadres de recherche, la plupart de nos connaissances sur ce style parental proviennent d’études descriptives. Ceci signifie que nous pouvons uniquement déduire l’importance de ce type de conduites parentales. Pour conclure à un lien de cause à effet entre les conduites parentales sensibles et le développement de l'enfant, il faudrait disposer de données d’études expérimentales avec répartition aléatoire. La disponibilité d’un bon nombre d’études expérimentales démontrant que des conduites parentales plus sensibles favorisent l’apprentissage chez l'enfant pourrait nous aider à mieux comprendre le mécanisme qui régit ce lien. Heureusement, de plus en plus d’études d’intervention ciblant la sensibilité parentale présentent des résultats positifs et quelques-unes ont montré que les habiletés cognitives, sociales et émotionnelles des enfants s’améliorent, du moins à court terme, lorsque les comportements sensibles des parents s’accroissent.16-17 Cependant, plusieurs questions doivent encore faire l’objet d’investigations. Notamment, on ignore s’il existe une spécificité entre des comportements sensibles particuliers et le soutien de certains aspects du développement de l’enfant, et si certains types de comportements sensibles sont particulièrement utiles pendant des périodes spécifiques de la petite enfance. 

Contexte de la recherche 

Les interactions entre les jeunes enfants et les parents facilitent l’acquisition des habiletés langagières, socio-émotionnelles et liées à la résolution de problème. Certaines données indiquent que les mécanismes par lesquels la sensibilité parentale soutient le développement cognitif de l’enfant peuvent dépendre de la constance de cette sensibilité tout au long du développement.13,18 Étant donné que l'enfant et le parent font partie d’un contexte social plus large, de nombreux facteurs peuvent soutenir ou nuire à la constance des comportements sensibles. Parmi les facteurs personnels qui peuvent compromettre la sensibilité du parent, on compte la dépression, une perception négative de sa propre éducation, ou des croyances et attitudes qui diminuent le sentiment du parent d’être important dans la vie de son enfant.19 Cependant, d’autres facteurs, comme un niveau plus élevé de soutien social par les amis et la famille, peuvent exercer un effet tampon sur certains de ces facteurs sociaux ou personnels négatifs13 et permettent de prédire quels parents passeront d’un style insensible à un style sensible suite à une intervention.20 C’est une découverte encourageante puisque l’on peut mettre au point des interventions qui apportent aux mères de milieux à risque le niveau de soutien social dont elles ont besoin pour développer des comportements sensibles.21

Questions clés pour la recherche 

  1. L’augmentation des comportements parentaux sensibles entraîne-t-elle une augmentation de l’apprentissage chez les jeunes enfants?
  2. Les interventions qui ciblent la sensibilité parentale peuvent-elles fonctionner auprès de différents types de parents à risque? 
  3. L’amélioration des divers aspects de la sensibilité parentale explique-t-elle les changements positifs dans les différents aspects du développement cognitif et social?
  4. Y a-t-il un moment optimal au cours du développement de l'enfant où la sensibilité parentale est particulièrement importante, ou est-ce que la constance de cette sensibilité tout au long du développement est nécessaire à un apprentissage optimal?
  5. La sensibilité parentale est-elle universellement efficace, ou son efficacité varie-t-elle selon les caractéristiques des enfants (par exemple, le statut socio-économique, l’ethnie, les facteurs de risque biologiques)?

Récents résultats de recherche 

Dans une récente étude d’intervention avec répartition aléatoire, on a cherché à savoir s’il était possible de faciliter les comportements sensibles des mères et si ces comportements stimulaient l’apprentissage des jeunes enfants.6 Afin d’examiner, en plus, quel est le meilleur moment pour intervenir (p. ex. lorsque l’enfant a moins d’un an, ou plutôt entre un et cinq ans, ou les deux), les familles du groupe d’intervention et celles du groupe contrôle ont été de nouveau réparties aléatoirement à la fin de la première phase (lorsque l’enfant avait environ un an), pour bénéficier ou non de l’intervention pendant la période de 1 à 5 ans.22 L’intervention a été conçue pour encourager les mères à adopter des comportements clés qui procurent un soutien affectif-émotif et des comportements sensibles sur le plan cognitif, étant donné que l’on s’attendait à ce que les deux types de soutien soient nécessaires pour promouvoir l’apprentissage. Après la première phase, les mères qui ont bénéficié de l’intervention ont démontré une augmentation considérable de tous les comportements sensibles et leurs nourrissons ont manifesté des niveaux plus élevés et une augmentation plus rapide de plusieurs habiletés.

Par exemple, les nourrissons dont les mères avaient bénéficié de l’intervention ont vu augmenter plus rapidement leur capacité à résoudre un problème tout seul quand ils jouaient avec des jouets, comparativement aux nourrissons dont les mères n’avaient pas bénéficié de l’intervention. Les comportements sensibles tant sur le plan affectif-émotif  que sur le plan cognitif étaient médiateurs de l’effet de l’intervention sur l’apprentissage des enfants. Cela démontre qu’on peut mieux comprendre l’efficacité de la sensibilité parentale lorsqu’on la définit de façon globale. De plus, certains comportements sensibles particuliers ont amélioré de façon spécifique différents aspects de l’apprentissage chez les enfants. Par exemple, la multiplication de réactions bien adaptées aux signaux de l’enfant chez les mères, un recours accru à l’encouragement verbal et une restriction moins fréquente des activités des enfants ont entraîné une amélioration de la coopération de ceux-ci. D’autre part, les enfants des mères qui arrivaient plus fréquemment à maintenir l’attention de leur enfant sur un objet d’intérêt et qui nommaient davantage les objets et les actions ont démontré une meilleure utilisation des mots que les enfants dont les mères n’avaient pas amélioré ces types de comportement.

L’examen des données sur le moment optimal de l’intervention montre que celui-ci dépend de facteurs comme le type de soutien que procure un comportement sensible donné et son lien avec les besoins développementaux de l'enfant. Par exemple, les comportements comme la sensibilité chaleureuse (proposée dans la théorie de l’attachement) étaient davantage facilités pendant la première année de vie de l’enfant, alors que les comportements plus complexes, puisque devant être sensibles au développement changeant de l'enfant (sensibilité contingente, c.-à-d., adaptée aux signaux de l’enfant), nécessitaient les deux phases de l’intervention. Les effets de l’intervention se sont aussi généralisés pour influencer positivement les comportements du parent et de l’enfant pendant une activité de lecture à deux, même si cette activité n’était pas spécifiquement ciblée par l’intervention.23 Par ailleurs, l’intervention a eu autant de succès auprès des enfants à risque biologique élevé que des autres.13,22 Ceci appuie la notion selon laquelle la sensibilité parentale facilite l’apprentissage grâce aux comportements sensibles sur le plan affectif-émotif et à la volonté des parents de répondre aux besoins individuels de leurs enfants. Enfin, les interventions ciblant la sensibilité parentale montrent également des effets similaires positifs auprès de parents qui présentent différents facteurs de risque (par exemple, des parents adolescents).24 

Lacunes de la recherche 

Les résultats récents d’études expérimentales démontrent que l’apprentissage des enfants dans certains domaines est mieux soutenu par certains comportements sensibles particuliers ou des combinaisons de ces derniers. Des recherches sont maintenant nécessaires pour éclaircir davantage la relation spécifique entre différents types de comportements sensibles et des objectifs développementaux particuliers.

Améliorer notre compréhension des conduites parentales sensibles et de leur fonctionnement en relation avec les caractéristiques propres à différentes familles et enfants permettrait d’élaborer un modèle plus précis des conduites parentales sensibles. Enfin, déterminer les mesures de soutien qui sont nécessaires pour aider les parents dans leurs efforts pour agir de façon plus sensible améliorerait l’efficacité des interventions parentales en ce sens.

Conclusions

Selon plusieurs études descriptives et de moins nombreuses études expérimentales, les conduites parentales sensibles jouent un rôle important dans le soutien de l’apprentissage des jeunes enfants. On peut désormais affirmer que la sensibilité parentale joue un rôle causal, puisque l’augmentation des comportements sensibles des parents est responsable des effets positifs de plusieurs interventions sur l’apprentissage de l'enfant.6,22,24 De plus, des résultats récents qui montrent des liens entre une sensibilité parentale élevée pendant la petite enfance et un volume accru des régions cérébrales responsables de la régulation du stress suggèrent l’importance critique de cette qualité parentale pendant le développement des jeunes enfants.15 

Puisque les enfants normaux et à risque élevé ont profité des comportements sensibles sur le plan affectif-émotif et sur le plan cognitif, l’efficacité de la sensibilité semble mieux comprise quand elle est définie comme un concept global. Des données récentes montrent que certains comportements sensibles peuvent fournir différents types de soutien à l’apprentissage des enfants et que ce soutien peut varier selon ses besoins développementaux. Il y a plusieurs nouvelles possibilités de recherche à explorer et les questions abordées dans des études récentes doivent être examinées plus en profondeur.

Implications

L’importance des conduites parentales sensibles pour le bien-être des jeunes enfants a de nombreuses conséquences pour les politiques publiques. Les décideurs politiques et les planificateurs de programmes doivent porter une attention particulière aux parents qui sont le plus à risque : ils doivent utiliser des moyens pour faciliter la modification des comportements parentaux en tenant compte des facteurs comme les croyances parentales, le soutien social, la santé mentale, afin de maximiser l’efficacité des politiques et des pratiques. La synthèse des recherches pertinentes devrait orienter les nouveaux investissements dans les programmes destinés aux parents et la création d’initiatives de recherche sur les conduites parentales sensibles. La science développementale n’est souvent pas bien intégrée à l’application des politiques et des programmes. Étant donné le rôle essentiel des premières expériences de l’enfant pour le développement de son cerveau, les décideurs politiques ont intérêt à s’assurer que l’environnement des jeunes enfants (p. ex. le domicile, les services de garde) est de qualité suffisamment élevée pour promouvoir leur développement. Quand on finance de nouveaux services publics destinés aux enfants et aux familles, on insiste souvent sur la reddition de compte. Ceci devrait entraîner une plus grande considération des données fournies par la recherche, qui peuvent mieux assurer l’efficacité des programmes.

Références

  1. Bornstein MH, Tamis-Lemonda CS. Maternal responsiveness and cognitive development in children. In:  Bornstein MH, ed. Maternal responsiveness: Characteristics and consequences. San Francisco, CA: Jossey-Bass;1989:49-61.
  2. Ainsworth M, Blehar M, Waters E, Wall S. Patterns of attachment: A psychological study of the Strange Situation. Hillsdale, NJ: Erlbaum; 1978. 
  3. Grusec JE, Goodnow JJ. Impact of parental discipline methods on the child's internalization of values: A reconceptualization of current points of view. Developmental Psychology 1994;30(1):1-19.
  4. Rogoff B. Apprenticeship in Thinking. New York, NY: Oxford University Press; 1990.
  5. Stroufe LA. Infant-caregiver attachment and patterns of adaptation in preschool: The roots of maladaptation and competence. In: Perlmutter M, ed. Minnesota Symposia in Child Psychology. Hillsdale, NJ: Erlbaum; 1983:41-83. Vol. 16.
  6. Landry SH, Smith KE, Swank PR. Responsive parenting: Establishing early foundations for social, communication, and independent problem solving. Developmental Psychology 2006;42(4):627-642.
  7. Maccoby EE, Martin JA. Socialization in the context of the family: Parent-child interactions. In: Mussen PH, Hetherington EM, eds. Handbook of child psychology. 4th ed. New York, NY: Wiley; 1983:1-101. Socialization, personality, and social development; vol.  4.
  8. Baumrind D. Rearing competent children. In: Damon W, ed. Child development today and tomorrow. San Francisco, CA: Jossy-Bass; 1989:349-378.
  9. Tomasello M, Farrar JM. Joint attention and early language. Child Development 1986;57(6):1454-1463.
  10. Vygotsky LS. Mind in society: The development of higher psychological processes. Cambridge, United Kingdom: Harvard University Press; 1978.
  11. Bernier A, Carlson SM, Whipple N. From external regulation to self-regulation: Early parenting precursors of young children’s executive functioning. Child Development 2010;81:326-339.
  12. Hammond SI, Muller U, Carpendale JIM, Bibok MB, Liebermann-Finestone DP. Developmental Psychology 2012;48(1):271-281.
  13. Landry SH, Smith KE, Swank PR, Assel MA, Vellet S. Does early responsive parenting have a special importance for children's development or is consistency across early childhood necessary? Developmental Psychology 2001;37(3):387-403.
  14. Landry SH, Smith KE, Miller-Loncar CL, Swank PR. Predicting cognitive-linguistic and social growth curves from early maternal behaviors in children at varying degrees of biological risk. Developmental Psychology 1997;33(6): 1040-1053.
  15. Luby JL, Barch DM, Belden A, Gaffrey MS, Tillman R, Casey B, Tomoyuki N, Suzuki H, Botteron KN. Maternal support in early childhood predicts larger hippocampal volumes at school age. Proceedings of the National Academy of Science 2012;109(8):2854-5849.
  16. Van Zeijl J, Mesman J, Van IJzendoorn MH, Bakermans-Kraneburg MJ, Juffer F, …, Alink LRA. Attachment-based intervention for enhancing sensitive discipline in mothers of 1- to 3-year-old children at risk for externalizing behavior problems: A randomized controlled trial. Journal of Consulting and Clinical Psychology 2006;74:994-1005.
  17. Dunst CJ, Kassow DZ. Caregiver sensitivity, contingent social responsiveness, and secure infant attachment. Journal of Early and Intensive Behavior Intervention  2008;5:40-56.
  18. Bradley RH, Caldwell BM, Rock S. Home environment and school performance: A ten year followup and examination of three models of environmental action. Child Development 1988;59(4):852-867.
  19. Belsky J, Hertzog C, Rovine M. Causal analyses of multiple determinants of parenting: Empirical and methodological advances. In: Lamb M, Brown A, Rugoff B, eds. Advances in Developmental Psychology. Hillsdale, N.J.: Lawrence Erlbaum Associates;1986:153-202. Vol 4.
  20. Guttentag C, Pedrosa-Josic C, Landry SH, Smith KE, Swank PR. Individual variability in parenting profiles and predictors of change: Effects of an intervention with disadvantaged mothers. Journal of Applied Developmental Psychology 2006; 27(4):349-369.
  21. Dieterich SE, Landry SH, Smith KE, Swank PR. Impact of community mentors on maternal behaviors and child outcomes. Journal of Early Intervention 2006; 28(2):111-124.
  22. Landry SH, Smith KE, Swank PR, Guttentag C. A responsive parenting intervention: The optimal timing across early childhood for impacting maternal behaviors and child outcomes. Developmental Psychology 2008;44(5):1335-1353.
  23. Landry SH, Smith KE, Swank PR, Zucker T, Crawford AD, Solari EF. The effects of a responsive parenting intervention on parent-child interactions during shared book reading. Developmental Psychology.  2012;48(4), 366-392
  24. Guttentag CL, Landry SH, Williams JM, Baggett KM, Noria CW, Borkowski  JG, Swank PR, Farris JR, Crawford AD, Lanzi RG, Carta JJ, Warren SF, Ramey SL. “My baby & me”: Effects of an early comprehensive parenting intervention on at-risk mothers and their children. Developmental Psychology 2014;50(5), 1482-1496. 
Note :

La première édition de ce texte a été financée par le Conseil Canadien sur l'apprentissage - Centre du savoir sur l'apprentissage chez les jeunes enfants

Pour citer cet article :

Landry SH. Le rôle des parents dans l’apprentissage des jeunes enfants. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Tremblay RE, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/habiletes-parentales/selon-experts/le-role-des-parents-dans-lapprentissage-des-jeunes-enfants. Actualisé : Décembre 2014. Consulté le 15 octobre 2018.