Retour aux publications récentes

Relations des jeunes enfants avec leurs pairs : Liens avec l'anxiété et la dépression précoces

Robert J. Coplan, Ph.D., Laura Ooi, M.A.

Pickering Centre for Research in Human Development, Department of Psychology, Carleton University, Canada

Mars 2013

Introduction

Le groupe de pairs constitue un milieu important et unique pour le développement d’une large gamme d’habiletés et de compétences pendant la petite enfance.1 En termes simples, l’activité de « jouer avec les amis » aide les jeunes enfants à acquérir et pratiquer leurs compétences sociales (par ex. résoudre des conflits), cognitives (par ex., entendre différents points de vue), affectives (s’autoréguler) et communicationnelles, qui forment la base du développement subséquent. Cependant, le groupe de pairs peut aussi représenter le premier milieu où plusieurs jeunes enfants manifestent les signes les plus précoces de problèmes d’internalisation, comme l’anxiété et la dépression. Dans le groupe de pairs, les enfants anxieux peuvent vivre des émotions comme la peur, l’inquiétude, l’inconfort et la conscience de soi. Quant aux symptômes de dépression, ils peuvent inclure l’anhédonie (incapacité de ressentir du plaisir), la culpabilité excessive, ainsi que des changements dans l’appétit et le niveau d’activité.2,3,4 Il est à noter que les symptômes d’anxiété et de dépression se manifestent souvent simultanément.5,6

Problèmes

La recherche explorant les liens entre les problèmes d’internalisation et les relations avec les pairs pendant la petite enfance est généralement basée sur des rapports des parents et des enseignants et, moins fréquemment, sur des observations naturalistes. Les parents et les enseignants ont l’avantage d’être en mesure d’observer les comportements des enfants dans une large gamme de contextes et de moments, mais leurs réponses peuvent être biaisées. Les observations offrent potentiellement une perspective plus objective, mais leur contexte est typiquement plus limité et, en comparaison, elles sont coûteuses et exigent beaucoup de temps. Un défi particulier dans l’évaluation des problèmes d’internalisation est leur nature « secrète ». En effet, plusieurs des symptômes affectifs et cognitifs de l’anxiété et de la dépression peuvent ne pas être visibles d’un point de vue extérieur et les jeunes enfants peuvent éprouver des difficultés particulières à exprimer ce qu’ils vivent intérieurement.

Contexte de la recherche

Les relations des enfants avec leurs pairs peuvent être étudiées à de multiples niveaux.1 Par exemple, au niveau des interactions avec les pairs, on s’attarde aux comportements prosociaux (par ex. partage et empathie), antisociaux (par ex. agressivité) et asociaux (par ex. timidité et retrait) des enfants parmi leurs pairs. Le niveau des relations avec les pairs réfère typiquement aux différents aspects des amitiés réciproques (par ex., intimité et conflit), alors que l’analyse au niveau du groupe de pairs porte sur les expériences des enfants au sein d’un cercle social plus large (par ex., rejet, exclusion, victimisation).

Questions clés de la recherche

  1. Les jeunes enfants qui présentent des niveaux élevés d’anxiété et de dépression se comportent-ils de manière caractéristique avec leurs pairs? Les comportements dans les groupes de pairs prédisent-ils le développement ultérieur de problèmes d’internalisation?
  2. Comment les jeunes enfants se comportent-ils et réagissent-ils devant leurs pairs anxieux et dépressifs?
  3. Quel est l’impact des relations avec les pairs sur le développement de l’anxiété et de la dépression pendant l’enfance? Comment les pairs peuvent-ils constituer un facteur exacerbant (qui aggrave les choses) ou protecteur (qui améliore les choses) pour les jeunes enfants vulnérables aux problèmes d’internalisation?

Résultats récents de la recherche

Comportements sociaux des jeunes enfants anxieux et dépressifs

Les résultats d’un nombre croissant d’études suggèrent que les jeunes enfants enclins aux problèmes d’internalisation exhibent des comportements caractéristiques de retrait social parmi leurs pairs.7 Lorsqu’ils ont des opportunités d’interactions sociales, que ce soit à la maternelle, à la garderie ou sur un terrain de jeu, les enfants anxieux et dépressifs ont tendance à rester seuls, à s’abstenir de parler et à n’initier que rarement des échanges sociaux avec les autres enfants. De même, tant les jeunes enfants anxieux que dépressifs présentent des déficits dans leurs compétences sociales (par ex., établir un contact visuel, initier des conversations), qui pourraient nuire encore davantage à leur capacité de participer aux activités du groupe de pairs.8,9,10

Bien que les enfants anxieux puissent être intéressés par les interactions sociales, leur désir d’approcher les autres est souvent inhibé par leur réticence sociale. En conséquence, ils ont tendance à rester plus longtemps spectateurs et à rôder autour des groupes sociaux, observant les autres enfants sans se joindre à eux.8,11 Certains résultats suggèrent que les jeunes enfants dépressifs vivent aussi une mésadaptation sociale.12 Par exemple, les enfants qui présentent des symptômes dépressifs plus importants sont plus susceptibles d’être rejetés par leurs pairs.10 De plus, les déficits dans les habiletés sociales (par ex., participation sociale, leadership) et la victimisation par les pairs prédisent la présence de symptômes dépressifs pendant l’enfance.13,14 D’importants résultats d’études longitudinales lient également le retrait social pendant l’enfance au développement ultérieur de problèmes d’internalisation plus graves.15,16,17 Par exemple, Katz et coll.18 ont suivi plus de 700 enfants de la petite enfance au début de l’âge adulte et ils ont décrit une trajectoire liant le retrait social à 5 ans, les difficultés sociales avec les pairs à 15 ans et le diagnostic de dépression à 20 ans.

Réactions des pairs aux enfants anxieux et dépressifs

Les enfants anxieux et dépressifs ont tendance à susciter des réactions négatives chez leurs pairs dès la petite enfance. Par exemple, les jeunes enfants qui manifestent des symptômes de problèmes d’internalisation sont plus susceptibles de susciter l’antipathie et d’être exclus par leurs pairs.10,16 L’anxiété et la dépression sont toutes deux associées à la victimisation par les pairs pendant la petite enfance.14,19 Des résultats de recherche (obtenus principalement auprès d’enfants plus âgés) montrent aussi que les enfants anxieux et dépressifs ont moins d’amis et que leurs amitiés ont tendance à être de moindre qualité.16,20,21,22,23 En outre, ces enfants ont tendance à sélectionner des amis qui présentent un niveau de symptômes anxieux ou dépressifs similaire au leur, ce qui pourrait exacerber leurs propres difficultés sociales.24 Bien qu’il ait été suggéré que les symptômes d’anxiété et de dépression puissent être difficiles à détecter pendant l’enfance,25 il semble clair que les comportements des enfants anxieux et dépressifs lorsqu’ils sont en groupe ne passent pas inaperçus chez leurs pairs. Il est probable que ce soit les caractéristiques comportementales des enfants anxieux et dépressifs qui suscitent les réactions négatives de leurs pairs : le retrait social et d’autres comportements témoignant de piètres habiletés sociales (qu’ils résultent ou non de l’anxiété ou de la dépression) sont de forts prédicteurs du rejet et de la victimisation actuels et ultérieurs par les pairs.10,15,26,27

Impact des relations avec les pairs sur le développement de l’anxiété et de la dépression

L’exclusion, le rejet et la victimisation des jeunes enfants par leurs pairs peuvent entraîner des conséquences négatives à long terme.1 En particulier, l’expérience d’une victimisation chronique par les pairs pendant la petite enfance peut favoriser le développement ultérieur d’anxiété et de dépression.14 Malheureusement, non seulement les enfants anxieux et dépressifs sont-ils plus susceptibles d’avoir des relations problématiques avec leurs pairs, mais ils semblent aussi particulièrement vulnérables à l’impact négatif de ces expériences.28,29,30 Par exemple, Gazelle et Ladd31 ont montré que des enfants de la maternelle présentant des signes précoces d’anxiété et exclus par leurs pairs étaient plus susceptibles de rester anxieux jusqu’en 4e année et de développer des symptômes dépressifs. En revanche, les jeunes enfants anxieux qui n’étaient pas exclus étaient moins susceptibles de rester anxieux et n’ont pas eu tendance à développer des symptômes dépressifs. Par ailleurs, il existe aussi quelques résultats de recherche suggérant que les enfants retirés socialement, anxieux et dépressifs peuvent bénéficier particulièrement de relations positives avec des pairs.29,32,33,34 Par exemple, Laursen et coll.35 ont rapporté que le fait d’avoir au moins un ami proche atténuait le lien entre l’isolement social et le développement de problèmes d’internalisation pendant la petite enfance.

Lacunes de la recherche

Malgré l’attention croissante accordée aux signes précoces de problèmes d’internalisation chez les jeunes enfants, la recherche examinant spécifiquement le rôle potentiellement important des pairs dans cette problématique reste limitée. Au sein de cette littérature peu abondante, on trouve particulièrement peu d’informations sur les liens entre les symptômes dépressifs et les expériences des jeunes enfants dans leur groupe de pairs. Il sera aussi important d’examiner plus spécifiquement le rôle des habiletés sociales et des relations avec les pairs selon les « sous-types » de problèmes d’internalisation. Par exemple, quelques études ont suggéré que certaines formes d’anxiété (ex., anxiété sociale) pourraient être plus fortement associées que d’autres (ex., anxiété généralisée) aux déficits dans les compétences sociales.36,37 De même, très peu d’études ont exploré explicitement le rôle que peuvent jouer les pairs dans les programmes d’intervention précoces conçus pour aider les jeunes enfants anxieux et dépressifs. 

Conclusion

Les pairs jouent un rôle important et unique dans le développement des jeunes enfants. Le groupe de pairs constitue un milieu dans lequel on observe communément les signes précoces de problèmes d’internalisation, comme l’anxiété et la dépression. Les jeunes enfants anxieux et dépressifs rencontrent souvent des défis importants dans leurs relations avec les pairs. D’abord, ils ont tendance à être silencieux et retirés en leur compagnie et ils peuvent aussi exhiber de piètres habiletés sociales. C’est peut-être pour cette raison qu’ils sont plus fréquemment exclus et victimisés par leurs pairs. De telles expériences négatives font elles-mêmes croître le risque de développer ultérieurement une foule de difficultés sociales, affectives et académiques. Malheureusement, les jeunes enfants sujets aux problèmes d’internalisation semblent aussi particulièrement vulnérables à ces effets négatifs, qui aggravent souvent leurs symptômes d’anxiété et de dépression. Ceci peut créer un cercle vicieux qui exacerbe le risque de mésadaptation à long terme. Cependant, quelques résultats préliminaires (obtenus principalement auprès d’enfants plus âgés) suggèrent que les relations positives avec les pairs (par ex., une amitié étroite) peuvent aider à protéger les enfants anxieux et dépressifs de certaines conséquences négatives des problèmes d’internalisation précoces.

Implications

Certaines implications potentiellement importantes pour les parents, les éducateurs à la petite enfance, les enseignants et les praticiens peuvent être dérivées du présent article. D’abord, il faut poursuivre la sensibilisation quant à l’émergence précoce de l’anxiété et de la dépression chez les jeunes enfants, les symptômes d’internalisation pouvant souvent passer inaperçus. Ensuite, les parents, les enseignants et autres intervenants devraient surveiller les premières interactions sociales des jeunes enfants en les considérant comme une fenêtre potentielle sur leur bien-être affectif. Par exemple, un enfant qui adopte fréquemment des comportements silencieux, réticents et retirés socialement en présence de pairs pourrait requérir une plus grande attention. En outre, il ne devrait pas être permis que les difficultés précoces dans les groupes de pairs, comme l’exclusion ou la victimisation, suivent leur cours sans intervention. À cet égard, les comportements dans le groupe de pairs peuvent servir de « marqueurs » potentiels ou de signes avant-coureurs de problèmes d’internalisation. Finalement, on a montré que des interventions précoces appropriées peuvent efficacement réduire les symptômes de problèmes d’internalisation chez les jeunes enfants.38,39,40 Le groupe de pairs peut constituer un contexte important pour supporter ces interventions précoces. En outre, le renforcement des compétences sociales et la promotion de relations positives avec les pairs peuvent avoir des bénéfices directs pour les jeunes enfants anxieux et dépressifs. 

Références

  1. Rubin KH, Bukowski W, Parker J. Peer interactions, relationships, and groups. In: Eisenberg N, Damon W, Lerner RM, eds. Handbook of child psychology: Volume 3, Social, emotional, and personality development (6th ed). New York: Wiley; 2006:571-645.
  2. Côté SM, Boivin M, Liu X, Nagin DS, Zoccolillo M, Tremblay R. Depression and anxiety symptoms: Onset, developmental course and risk factors during early childhood. Journal of Child Psychology and Psychiatry 2009;50(10):1201-1208.
  3. Luby JL. Preschool depression: The importance of identification of depression early in development. Current Directions in Psychological Science 2010;19(2):91-95.
  4. Rao PA, Beidel DC, Turner SM, Ammerman RT, Crosby LE, Sally FR. Social anxiety disorder in childhood and adolescence: Descriptive psychopathology. Behaviour Research and Therapy 2007;45:1181–1191.
  5. Beesdo K, Bittner A, Pine D, et al. Incidence of social anxiety disorder and the consistent risk for secondary depression in the first three decades of life. Archives of General Psychiatry 2007;64(8):903-912.
  6. Brady EU, Kendall PC. Comorbidity of anxiety and depression in children and adolescents. Personality and Social Psychology Bulletin 1992;111:244–255.
  7. Rubin KH, Coplan RJ, Bowker JC. Social withdrawal in childhood. The Annual Review of Psychology 2009;60:141-171.
  8. Coplan RJ, Arbeau KA, Armer M. Don’t fret, be supportive! Maternal characteristics linking child shyness to psychosocial and school adjustment in kindergarten. Journal of Abnormal Child Psychology 2008;36:359-371.
  9. Duchesne S, Larose S. Vitaro F, Tremblay RE. Trajectories of anxiety in a population sample of children: Clarifying the role of children’s behavioral characteristics and maternal parenting. Development and Psychopathology 2010;22(2):361-373.
  10. Harrist AW, Zaia AF, Bates JE, Dodge KA, Pettit GS. Subtypes of social withdrawal in early childhood: Sociometric status and social-cognitive differences across four years. Child Development 1997;68(2):278-294.
  11. Coplan RJ, Prakash K, O’Neil K, Armer M. Do you “want” to play? Distinguishing between conflicted shyness and social disinterest in early childhood. Developmental Psychology 2004; 40:244-258.
  12. Luby JL, Heffelfinger AK, Mrakotsky C, Hessler MJ, Brown KM, Hildebrand T. Preschool major depressive disorder: Preliminary validation for developmentally modified DSM-IV criteria. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry 2002;41(8):928-937.
  13. Gullone E, Ollendick TH, King NJ. The role of attachment representation in the relationship between depressive symptomatology and social withdrawal in middle childhood. Journal of Child and Family Studies 2006;15(3):263-277.
  14. Perren S, Alsaker FD. Depressive symptoms from kindergarten to early school age: Longitudinal associations with social skills deficits and peer victimization. Child and Adolescent Psychiatry and Mental Health 2009;3(28):1-10.
  15. Ladd GW. Peer rejection, aggressive or withdrawn behavior, and psychological maladjustment from ages 5 to 12: An examination of four predictive models. Child Development 2006;77(4):822-846.
  16. Pedersen S, Vitaro F, Barker ED, Borge AI. The timing of middle-childhood peer rejection and friendship: Linking early behavior to early adolescent adjustment. Child Development 2007;78(4):1037-1051.
  17. Rubin KH, Chen X, McDougall P, Bowker A, McKinnon J. The Waterloo Longitudinal Project:  Predicting adolescent internalizing and externalizing problems from early and mid-childhood. Development and Psychopathology 1995;7:751-764.
  18. Katz SJ, Conway CC, Hammen CL, Brennan PA, Najman JM. Childhood social withdrawal, interpersonal impairment, and young adult depression: A mediate model. Journal of Abnormal Child Psychology 2011;39(8):1227-1238.
  19. Rapee RM, Schniering CA, Hudson JL. Anxiety disorders during childhood and adolescence: Origins and treatment. Annual Review of Clinical Psychology 2009;5:311-341.
  20. Chan A,  Poulin F. Monthly instability in early adolescent friendship networks and depressive symptoms. Social Development 2009;18(1):1-23.
  21. Festa CC, Ginsburg GS. Parental and peer predictors of social anxiety in youth. Child Psychiatry & Human Development 2011;42(3):291-306.
  22. La Greca AM, Harrison HM. Adolescent peer relations, friendships, and romantic relationships: Do they predict social anxiety and depression? Journal of Clinical Child and Adolescent Psychology 2005;34:49–61.
  23. Rose AJ, Carlson W, Luebbe AM, Schwartz-Mette RA. Predicting difficulties in youth’s friendships: Are anxiety symptoms as damaging as depressive symptoms? Merrill-Palmer Quarterly 2011;57(3): 244-262.
  24. Van Zalk MH, Kerr M, Branje SJ, Stattin H, Meeus WH. It takes three: Selection, influence, and de-selection processes of depression in adolescent friendship networks. Developmental Psychology 2010;46(4):927-938.
  25. Berg-Nielsen TS, Solheim E, Belsky J, Wichstrom L. Preschoolers’ psychosocial problems: In the eyes of the beholder? Adding teacher characteristics as determinants of discrepant parent–teacher reports. Child Psychiatry and Human Development 2012;3:393-413.
  26. Klima T, Repetti RL. Children’s peer relations and their psychological adjustment: Differences between close friendships and the larger peer group. Merrill-Palmer Quarterly 2008;54(2):151-178.
  27. Troop-Gordon W, Ladd GW. Trajectories of peer victimization and perceptions of the self and schoolmates: Precursors to internalizing and externalizing problems. Child Development 2005;76(5):1072-1091.
  28. Bond L, Carlin JB, Thomas L, Rubin K, Patton G. Does bullying cause emotional problems? A prospective study of young teenagers. BMJ 2001;323:480–484
  29. Booth-LaForce C, Oxford ML. Trajectories of social withdrawal from Grades 1 to 6: Prediction from early parenting, attachment, and temperament. Developmental Psychology 2008;4:1298–1313.
  30. Oh W, Rubin KH, Bowker JC, Booth-LaForce C, Rose-Krasnor L, Laursen B. Trajectories of social withdrawal from middle  childhood to early adolescence. Journal of Abnormal Child Psychology 2008;36(4):553-566.
  31. Gazelle H, Ladd GW. Anxious solitude and peer exclusion: A diathesis-stress model of internalizing trajectories in childhood. Child Development 2003;74(1):257-278.
  32. Erath SA, Flanagan KS, Bierman KL. Early adolescent school adjustment: Associations with friendship and peer victimization. Social Development 2008;17(4):853-870.
  33. Greco LA, Morris TL. Factors influencing the link between social anxiety and peer acceptance: Contributions of social skills and close friendships during middle childhood. Behavior Therapy 2005;36:197-205.
  34. Schrepferman LM, Eby J, Snyder J, Stropes J. Early affiliation and social engagement with peers: Prospective risk and protective factors for childhood depressive behaviors. Journal of Emotional and Behavioral Disorders 2006;14(1):50-61.
  35. Laursen B, Bukowsko WM, Aunola K, Nurmi J-E. Friendship moderates prospective associations between social isolation and adjustment problems in young children. Child Development 2007;78(4):1395-1404.
  36. Miers AC, Blöte AW, Westenberg PM. Peer perceptions of social skills in socially anxious and nonanxious adolescents. Journal of Abnormal Child Psychology 2010;38:33-41.
  37. Scharfstein L, Alfano C, Beidel D, Wong N. Children with generalized anxiety disorder do not have peer problems, just fewer friends. Child Psychiatry and Human Development 2011;42:712-723.
  38. Lenze SN, Pautsch J, Luby J. Parent-child interaction therapy emotion development: A novel treatment for depression in preschool children. Depression and Anxiety 2011;28:153-159.
  39. Rapee RM. Group treatment of children with anxiety disorders: Outcome and predictors of treatment response. Australian Journal of Psychology 2000;52(3):125-129.
  40. Rapee RM, Kennedy S, Ingram M, Edwards S, Sweeney L. Altering the trajectory of anxiety in at-risk young children. The American Journal of Psychiatry 2010;167(12):1518-1525.

Pour citer cet article :

Coplan RJ, Ooi L. Relations des jeunes enfants avec leurs pairs : Liens avec l'anxiété et la dépression précoces. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Rapee RM, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/anxiete-et-depression/selon-experts/relations-des-jeunes-enfants-avec-leurs-pairs-liens-avec. Publié : Mars 2013. Consulté le 8 décembre 2019.