Retour aux publications récentes

Les visites à domicile et la santé mentale de la mère et de l’enfant

1Robert T. Ammerman, Ph.D., 2S. Darius Tandon, Ph.D.

1Cincinnati Children’s Hospital Medical Center and University of Cincinnati College of Medicine, États-Unis, 2Johns Hopkins University Department of Pediatrics, États-Unis

Septembre 2012

Introduction

La prévalence des problèmes de santé mentale, et particulièrement de la dépression, est très élevée chez les femmes à faible revenu. Ceci n’est pas surprenant étant donné le risque élevé de problèmes de santé mentale couru par ces femmes à cause de facteurs de risque comme les événements de vie stressants, le piètre support social, le stress créé par les obligations parentales, les difficultés maritales et la pauvreté.1,2 Les enfants de mères dépressives, y compris de celles qui présentent un niveau sous-clinique de dépression, peuvent être victimes d’une gamme d’effets négatifs, notamment les retards développementaux, les difficultés cognitives et l’insécurité de l’attachement.3,4 Étant donné le grand nombre de femmes qu’ils desservent pendant la période périnatale, les programmes de visites à domicile offrent une opportunité unique pour cibler la dépression maternelle. Dans ce chapitre, nous élaborerons sur la recherche récente reliée au dépistage de la dépression maternelle dans les programmes de visite à domicile et aux ressources qu’offrent ces programmes pour aborder ce problème, nous identifierons les lacunes dans la recherche existante et nous fournirons des recommandations pour les pratiques et les politiques communautaires afin d’aborder le problème de la dépression maternelle dans le cadre des visites à domicile.

Sujet

Les programmes de visites à domicile sont communs dans les pays développés. Ils résultent d’investissements sociaux et financiers substantiels et témoignent d’une volonté collective d’optimiser le développement des enfants et le parcours de vie des mères. La recherche a démontré qu’une large proportion de mères desservies par les programmes de visites à domicile souffrent de problèmes de santé mentale; jusqu’à 50 % d’entre elles connaissent des niveaux cliniques de dépression au cours des premières années critiques du développement de leur enfant.5 Des études montrent aussi que plusieurs mères dépressives ne parviennent pas à profiter pleinement des visites à domicile.6 Le dépistage des mères dépressives et de celles qui sont à risque de dépression dans le cadre des visites à domicile, ainsi que le traitement et la prévention de cette condition et de ses conséquences néfastes, peuvent améliorer les effets des programmes et favoriser un sain développement des enfants.

Problèmes

La dépression chez les nouvelles mères a des effets négatifs profonds, souvent à long terme, sur le parentage et le développement de l’enfant. Les mères dépressives se sentent souvent dépassées par leur rôle parental, ont des difficultés à comprendre les indices émis par leur nourrisson, peinent à rencontrer les besoins sociaux et émotionnels de leur enfant et sont moins tolérantes envers les mauvaises conduites infantiles.7 Les enfants de mères dépressives, particulièrement s’ils sont exposés à la dépression pendant leur première année de vie, sont plus susceptibles de développer un attachement de piètre qualité envers leurs parents et de présenter des difficultés sur les plans de la régulation émotionnelle et comportementale, de l’attention et de la mémoire; ils sont aussi plus à risque de développer des troubles psychiatriques tout au long de l’enfance.8 Les visites à domicile cherchent principalement à favoriser le développement sain de l’enfant en améliorant les pratiques parentales et le fonctionnement maternel. Lorsque les mères dépressives ont des troubles de l’humeur persistants au cours de leur participation à un programme de visites à domicile, elles peuvent moins bénéficier des services reçus et leurs enfants peuvent ainsi rester plus à risque d’issues développementales négatives. De plus, l’un des objectifs des visites à domicile est d’orienter les mères vers d’autres services professionnels disponibles dans leur communauté, notamment les services de soutien en santé mentale. Cependant, les intervenants à domicile peuvent ne pas détecter le besoin d’une telle référence chez les mères dépressives et, même lorsque la dépression est dépistée et que la mère est référée à un service de soutien en santé mentale, peu de mères reçoivent un traitement efficace.6

Contexte de la recherche

Malgré le nombre croissant d’études sur l’efficacité des visites à domicile, on n’a commencé que récemment à porter attention à la dépression maternelle. Des études ont été menées pour déterminer la prévalence de la dépression maternelle chez les mères recevant des visites à domicile.9,10,11,12 Ces études rapportent des taux de symptômes dépressifs d’environ 50 %. Quelques études, moins nombreuses, ont porté sur le dépistage de la dépression maternelle dans les programmes de visites à domicile9,11 et sur les défis liés à ce dépistage et aux ressources que prévoient les programmes pour affronter ce problème.13,14 Étant donné la forte prévalence de la dépression maternelle et les moyens limités mis en place dans les programmes de visites à domicile pour faire face à ce trouble, des interventions visant à le prévenir et à le traiter ont été développées.

Questions clés de la recherche

Trois questions clés de la recherche peuvent être posées :

  • Premièrement, comment la dépression maternelle affecte-t-elle les issues développementales d’intérêt dans les programmes de visites à domicile, comme le parentage, le parcours de vie maternel, la santé et le développement de l’enfant?
  • Deuxièmement, quelle est la prévalence de la dépression maternelle et comment évolue ce trouble dans le contexte des visites à domicile? Une question en lien avec ceci porte sur la distinction entre la présence de symptômes dépressifs élevés et le diagnostic de dépression majeure : les implications sont-elles les mêmes dans les deux cas?
  • Troisièmement, quelle est la meilleure approche pour prévenir et traiter la dépression chez les nouvelles mères qui participent aux programmes de visites à domicile?

Résultats de recherche récents

Visites à domicile et dépression maternelle

À ce jour, les résultats attestant que les programmes de visites à domicile ont un impact sur la dépression maternelle sont limités. Un essai contrôlé randomisé ayant comparé un groupe de familles participant à un programme de visites à domicile et un groupe témoin recevant d’autres services communautaires a révélé une différence statistiquement significative entre les groupes sur le plan des symptômes dépressifs deux ans après l’inscription au programme, mais cette différence n’était plus significative après trois ans.15 Une seconde étude, portant sur le programme Early Head Start, n’a révélé aucune différence en matière de symptômes dépressifs au post-test entre les participants du groupe intervention et ceux du groupe témoin, bien qu’une différence ait été détectée lors d’un suivi à plus long terme, juste avant l’inscription des enfants en maternelle.10 D’autres essais contrôlés randomisés n’ont révélé aucun effet des visites à domicile sur les symptômes dépressifs maternels.12,16,17

Il existe des résultats selon lesquels la dépression peut avoir un impact négatif sur les effets des programmes de visites à domicile. La dépression a été associée à une vision négative du rôle parental et à des connaissances limitées du développement de l’enfant.18 Dans le Early Head Start Research and Evaluation Project (Projet d’évaluation et de recherche sur le programme Early Head Start),6 les mères dépressives présentaient des déficits lors des interactions avec leur enfant et elles avaient plus de difficultés que les mères non-dépressives à atteindre leurs objectifs en matière de scolarisation et d’emploi. Cependant, elles ont aussi présenté des améliorations sur certains aspects des interactions avec leur enfant lors de tâches structurées. Duggan et al.19 ont montré que la sensibilité aux indices émis par l’enfant s’améliorait suite aux visites à domicile chez les mères dépressives ayant des niveaux plus faibles d’anxiété de l’attachement, comparativement aux mères ayant des niveaux plus élevés d’anxiété de l’attachement ou qui ne recevaient pas de visites à domicile.  La recherche sur le programme Nurse-Family Partnership20 a montré de façon systématique que les mères possédant de faibles ressources psychologiques, un construit qui inclut quelques symptômes de dépression, sont celles qui bénéficient le plus des visites à domicile. Considérant l’ensemble de ces résultats, il est évident que la dépression maternelle a un impact complexe sur les effets des visites à domicile.

Dépistage et réaction à la dépression maternelle 

Généralement, les intervenants à domicile ne détectent pas la dépression maternelle ou n’abordent pas ce problème au cours de leurs visites chez les clients.11,12,17 Plusieurs raisons semblent contribuer au manque d’attention porté à ce problème par les intervenants, notamment le sentiment qu’ils n’ont pas la formation appropriée pour discuter de dépression avec les clientes, la perception qu’il est plus difficile d’interagir avec les clientes dépressives, la difficulté de prioriser la discussion sur la santé mentale dans un contexte où les clientes ont d’autres besoins urgents et le manque de clarté sur la mesure dans laquelle ils devraient aborder le problème de la dépression maternelle.13,14 Un dépistage systématique et une orientation vers des services appropriés lors de l’inscription au programme de visites à domicile pourraient aider à identifier les femmes qui ont besoin de soutien pour la dépression maternelle.

Traitement de la dépression maternelle

Comme les mères dépressives obtiennent rarement un traitement efficace pour la dépression dans leur communauté, deux approches ont été développées pour dispenser un traitement à la maison. Ammerman et coll. ont créé la Thérapie cognitivo-comportementale à domicile (ou In-Home Cognitive Behavioral Therapy, IH-CBT).21 La IH-CBT est une intervention structurée, exposée dans un manuel écrit et offerte par un thérapeute titulaire d’une maîtrise. Cette forme modifiée d’un traitement pour la dépression fondé empiriquement, adaptée au milieu familial, aborde les besoins uniques des nouvelles mères socialement isolées et de faible statut socio-économique et implique l’intervenant visiteur à domicile pour faciliter une forte collaboration et ainsi maximiser les effets sur la mère et l’enfant. Une étude clinique récente22 a révélé que le taux de trouble dépressif majeur diagnostiqué était plus faible chez les mères qui souffraient initialement d’un trouble dépressif majeur et qui avaient reçu la IH-CBT en plus des visites à domicile que chez les mères qui avaient reçu uniquement les visites à domicile; ce résultat a été obtenu au post-test suivant l’intervention (29,3 % vs 69,0 %) et au suivi après trois mois (21,0 % vs 52,6 %). On a aussi observé chez les mères ayant reçu l’intervention une diminution plus importante des symptômes dépressifs autorapportés, un support social accru, des taux plus faibles d’autres symptômes psychiatriques et un meilleur fonctionnement général.

Beeber et al.23 ont mené un essai clinique avec la psychothérapie interpersonnelle (TI), incluant 80 mères d’origine latine ayant récemment immigré, âgées d’au moins 15 ans et qui participaient au programme Early Head Start. Les mères dépressives étaient assignées aléatoirement au traitement par TI ou aux « soins habituels ». Le traitement était dispensé par des infirmières en psychiatrie qui travaillaient en association avec un interprète espagnol. Onze sessions étaient offertes par le duo et cinq séances supplémentaires étaient offertes par l’interprète seul. Les résultats ont révélé une réduction significative des symptômes dépressifs autorapportés dans le groupe traité par TI comparativement au groupe assigné aux soins habituels et ces effets s’étaient maintenus un mois après la fin du traitement.

Interventions pour prévenir la dépression maternelle

Étant donné le grand nombre de mères à risque de développer une dépression de niveau clinique parmi celles rencontrées lors des visites à domicile, Tandon et coll. ont adapté une intervention – la Mothers and Babies Course24 – au contexte des visites à domicile pour l’utiliser comme intervention de prévention de la dépression. Des résultats d’un récent essai contrôlé randomisé25,26 ont révélé que les symptômes dépressifs diminuaient significativement plus rapidement chez les participantes recevant cette intervention que chez celles assignées aux soins habituels entre la mesure de base et les post-tests mesurés une semaine, trois mois et six mois après l’intervention. Les effets les plus forts ont été trouvés six mois après l’intervention. Les participantes ayant reçu l’intervention étaient aussi moins susceptibles de vivre un épisode dépressif six mois après l’intervention que les participantes ayant reçu les soins habituels (14.6 % vs 32.4 %), tel que mesuré par une entrevue clinique structurée.

Lacunes de la recherche

La recherche sur la dépression maternelle dans un contexte de visites à domicile n’en est qu’à ses balbutiements. Il sera nécessaire de mener des études fondées théoriquement pour examiner comment la dépression maternelle affecte la mère et l’enfant dans le cadre des visites à domicile. L’objectif principal de cet effort de recherche devrait être de mieux comprendre comment la sévérité et la trajectoire de la dépression interagissent avec les composantes du programme de visites pour amener des effets positifs ou négatifs. En lien avec ceci, peu d’études ont distingué la présence de symptômes dépressifs élevés et la condition clinique que constitue le trouble dépressif majeur. Il est possible qu’une telle distinction soit importante pour comprendre comment la dépression affecte les visites à domicile et quelle est la meilleure façon de s’y attaquer. L’identification d’influences modératrices et de mécanismes de changement guidera l’amélioration des programmes de visites à domicile pour mieux satisfaire aux besoins de la population concernée. De telles améliorations dans les programmes impliqueront probablement la formation et la supervision des intervenants à domicile, des changements dans le contenu des programmes, un dépistage systématique et une augmentation du nombre d’approches visant à prévenir la dépression ou à offrir un traitement efficace aux mères qui souffrent déjà d’un trouble dépressif majeur. Du côté de la prévention et du traitement, on manque d’informations sur les impacts à long terme de l’ajout aux programmes de composantes ciblant la dépression. Le trouble dépressif majeur est épisodique et les rechutes sont courantes. En conséquence, les approches de prévention et de traitement qui diminuent le risque de rechute ou accroissent l’intervalle entre les épisodes de dépression majeure à long terme sont les plus prometteuses pour la santé de la mère et de l’enfant. Finalement, il sera nécessaire de mieux comprendre comment diffuser à grande échelle les programmes de prévention et de traitement fondés empiriquement et comment les intégrer à différents modèles de programmes de visites à domicile. 

Conclusion

La santé mentale générale des mères et la dépression maternelle en particulier sont de graves préoccupations dans le cadre des programmes de visites à domicile. Des études suggèrent que la prévalence de la dépression est très élevée chez les mères ciblées par ces programmes. Les intervenants à domicile rencontrent souvent des obstacles lorsqu’ils œuvrent auprès des mères dépressives et ils ont de la difficulté à déceler la dépression et à référer les mères à des services de santé mentale efficaces dans la communauté. La recherche évaluant l’impact de la dépression sur les effets des programmes de visites à domicile est contradictoire : certaines études rapportent des résultats négatifs alors que d’autres suggèrent que les mères dépressives pourraient bénéficier de ces programmes. Cependant, les études démontrent que les visites à domicile en elles-mêmes ont peu d’impacts positifs sur les symptômes dépressifs maternels. Il est possible que la présence de dépression maternelle pendant le programme de visites à domicile ait des implications pour la santé et le développement de l’enfant. Plusieurs approches de prévention et de traitement de la dépression fondées empiriquement ont émergé. Bien qu’il soit justifié de poursuivre les recherches dans ce domaine, les résultats préliminaires sont encourageants et suggèrent que les visites à domicile peuvent offrir une opportunité unique pour rejoindre les mères dépressives ou qui sont à risque de dépression. 

Implications pour les parents, les services et les politiques

Comme la prévalence de la dépression est très élevée chez les femmes inscrites à un programme de visites à domicile, des approches multimodales structurées doivent être employées pour dépister et traiter ce trouble de façon efficace et efficiente. Premièrement, un dépistage systématique devrait avoir lieu lors de chaque nouvelle inscription à un programme de visites à domicile. Des outils de dépistage fidèles, valides et rapides sont facilement disponibles et peuvent être intégrés dans le processus d’admission standard des programmes. Deuxièmement, les programmes doivent inclure une formation pour les intervenants à domicile sur la façon d’aborder la dépression maternelle au cours des visites. Les intervenants à domicile doivent comprendre quand et comment la dépression maternelle doit être abordée et quand ils doivent référer la mère à un professionnel de la santé mentale. Cette formation devrait aussi guider les intervenants sur la façon d’équilibrer les conversations entre les besoins spécifiques à la famille visitée et la dépression maternelle ou les autres facteurs de risque psychosociaux qui nuisent à un parentage efficace. Il est primordial de développer les compétences des intervenants à domicile et de s’assurer que ces compétences soient utilisées. La supervision réflective27 et l’entraînement (« coaching »)28 sont deux approches qui ont été utilisées avec succès dans d’autres contextes pour développer et maintenir les compétences du personnel. Troisièmement, les exemples de bonification des services de visites à domicile par des interventions en santé mentale visant à prévenir et traiter la dépression maternelle devraient faire l’objet de plus d’études d’évaluation rigoureuses puis être implantés à plus grande échelle, le cas échéant. Il faut aussi travailler sur l’intégration d’interventions préventives et thérapeutiques dans un même programme de visites à domicile, pour soutenir l’ensemble des femmes ayant besoin d’une intervention pour la dépression maternelle. Dans le cadre de chacune de ces recommandations pour les politiques et les pratiques, toutes les parties prenantes (notamment le personnel de visite à domicile et les clients) doivent être impliquées pour assurer le développement d’approches écologiquement valides que les communautés accepteront et s’approprieront.

Références

  1. Mayberry, L. J., Horowitz, J. A., & Declercq, E. (2007). Depression symptom prevalence and demographic risk factors among US women during the first 2 years postpartum. Journal of Obstetric, Gynecologic, & Neonatal Nursing, 36, 542-549.
  2. Segre, L. S., O’Hara, M. W., Arndt, S., & Stuart, S. (2007). The prevalence of postpartum depression: The relative significance of three social status indices. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 42, 316-321.
  3. Center on the Developing Child. (2009). Maternal depression can undermine the development of young children (Working Paper 8). Boston, MA: Harvard University.
  4. National Research Council and Institute of Medicine. (2009). Depression in parents, parenting and children: Opportunities to improve identification, treatment and prevention. Washington DC: The National Academies Press.
  5. Ammerman, R. T., Putnam, F. W., Bosse, N. R., Teeters, A. R., & Van Ginkel, J. B. (2010). Maternal depression in home visitation: A systematic review. Aggression and Violent Behavior, 15, 191-200.
  6. Administration on Children Youth and Families. (2002). Making a difference in the lives of children and families: The Impacts of Early Head Start Programs on infants and toddlers and their families. Washington, DC: U.S. Department of Health and Human Services.
  7. Goodman, S. H. (2007). Depression in mothers. Annual Review of Clinical Psychology, 3, 107-135.
  8. Hay, D. F., Pawlby, S., Waters, C. S., Perra, O., & Sharp, D. (2010). Mothers’ antenatal depression and their children’s antisocial outcomes. Child Development, 81, 149-165.
  9. Ammerman, R. T., Putnam, F. W. , Altaye, M., Chen, L., Holleb, L., Stevens, J., Short, J., & Van Ginkel, J. B. (2009). Changes in depressive symptoms in first time mothers in home visitation. Child Abuse & Neglect, 33, 127-138.
  10. Chazan-Cohen, R., Ayoub, C., Pan, B. A., Roggman, L., Raikes, H., McKelvey, L., & Hart, A. (2007).  It takes time: Impacts of Early Head Start that lead to reductions in maternal depression two years later. Infant Mental Health Journal, 28, 151-170.
  11. Tandon, S. D., Parillo, K. M, Jenkins, C. J., & Duggan, A. K. (2005). Home visitors’ recognition of and response to malleable risk factors among low-income pregnant and parenting women. Maternal Child Health Journal, 9, 273-283.
  12. Duggan, A., Caldera, D., Rodriguez, K., Burrell, L., Rohde, C., & Crowne, S. S. (2007). Impact of a statewide home visiting program to prevent child abuse. Child Abuse & Neglect, 31, 801-827.
  13. Lecroy, C. W., & Whitaker, K. (2005). Improving the quality of home visitation: An exploratory study of difficult situations. Child Abuse & Neglect, 29, 1003-1013.
  14. Tandon, S. D., Mercer, C., Saylor, E., & Duggan, A. K. (2008). Paraprofessional home visitors’ perceptions of addressing poor mental health, substance abuse, and domestic violence: A qualitative study. Early Childhood Research Quarterly, 23, 419-428.
  15. Landsverk, J., Carrilio, T., Connelly, C. D., Granger, W. C., Slymen, D. J., & Newton R. R. (2002). Healthy Families San Diego clinical trial: Technical report: San Diego, CA: San Diego Children’s Hospital and Health Center.
  16. Mitchell-Herzfeld, S., Izzo, C., Greene, R., Lee, E., & Lowenfels, A.  (2005). Evaluation of Healthy Families New York (HFNY): First year program impacts. Albany, NY: Healthy Families New York.
  17. Duggan, A. K., Fuddy, L., Burrell, L., Higman, S., McFarlane, E., Windham, A., & Sia, C. (2004). Randomized trial of a statewide home visiting program to prevent child abuse: Impact in reducing parental risk factors. Child Abuse & Neglect, 28, 623-643.
  18. Jacobs, S., & Easterbrooks, M. A. (2005). Healthy Familes Massachusetts final evaluation report. 2005; Retrieved from http://www.healthyfamiliesamerica.org/downloads/eval_hfm_tufts_2005.pdf
  19. Duggan, A., Berlin, L., Cassidy, J., Burrell, L., & Tandon, S. (2009). Examining maternal depression and attachment insecurity as moderators of the impacts of home visiting for at-risk mothers and infants. Journal of Consulting Clinical Psychology, 77, 788-799.
  20. Olds, D. L. (2010). The nurse-family partnership: From trials to practice. In A. J. Reynolds, A. J. Rolnick, M. M. Englund, & J. A. Temple (Eds.) (2010). Childhood programs and practices in the first decade of life: A human capital integration (pp.40-75). New York, NY: Cambridge University Press.
  21. Ammerman, R. T., Putnam, F. W., Stevens, J., Bosse, N. R., Short, J. A., Bodley, A. L., & Van Ginkel, J. B. (2011). An open trial of in-home CBT for depressed mothers in home visitation. Maternal and Child Health Journal, 15, 1333-1341.
  22. Ammerman, R. T., Putnam, F. W., Altaye, M., Stevens, J., & Van Ginkel, J. B. (2012). A clinical trial of In-Home CBT for depressed mothers in home visitation. Unpublished manuscript, Cincinnati Children’s Hospital Medical Center, Cincinnati, Ohio,  USA.
  23. Beeber, L. S., Holditch-Davis, D., Perreira, K., Schwartz, T., Lewis, V., Blanchard, H., Canuso, R., & Goldman, B. D. (2010). Short-term in-home intervention reduces depressive symptoms in early head start Latina mothers of infants and toddlers. Research in Nursing & Health, 33, 60-76.
  24. Munoz, R. F., Le, H. N., Ippen, C. G., Diaz, M. A., Urizar, G. G., et al. (2007). Prevention of postpartum depression in low-income women: Development of the Mamas y Bebes/Mothers and Babies Course. Cognitive and Behavioral Practice, 14, 70-83.
  25. Tandon, S. D., Mendelson, T., Kemp, K., Leis, J., Perry, D. (2011). Preventing perinatal depression in low-income home visiting clients: A randomized controlled trial. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 79, 707-712
  26. Tandon, S. D., Leis, J., Mendelson, T., Perry, D. F., & Kemp, K. (2012).6-month outcomes from a randomized controlled trial to prevent perinatal depression in low-income home visiting clients. Unpublished manuscript, Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland, USA.
  27. Heller, S. S., & Gilkerson, L. (2011).Practical guide to reflective supervision. Washington, DC: Zero to Three.
  28. Fixsen, D., Naoom, S., Blase, K., Friedman, R., & Wallace, F. (2005). Implementation research: A synthesis of the literature. Tampa, FL: University of South Florida.

Pour citer cet article :

Ammerman RT, Tandon D. Les visites à domicile et la santé mentale de la mère et de l’enfant. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Spiker D, Gaylor E, éds. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/visites-domicile/selon-experts/les-visites-domicile-et-la-sante-mentale-de-la-mere-et-de-lenfant. Publié : Septembre 2012. Consulté le 17 octobre 2017.