Retour aux publications récentes

Effets de la violence physique familiale et communautaire sur le développement de l’enfant

1Holly Foster, Ph.D., 2Jeanne Brooks-Gunn, Ph.D.

1Texas A&M University, États-Unis, 2Columbia University, États-Unis

Janvier 2012

Introduction

L’exposition des enfants à la violence dans le contexte familial ou communautaire est indirecte lorsqu’ils en sont témoins et directe lorsqu’ils en sont victimes. La violence peut être physique, psychologique ou sexuelle. Dans cet article, nous nous concentrerons sur l’exposition à la violence physique. La violence communautaire inclut les actes qui visent à causer un tort physique à une personne de la communauté.1 La majorité des recherches sur la violence communautaire ont été menées aux États-Unis2 et indiquent qu’environ 25 % des enfants âgés de 2 à 17 ans sont exposés à cette forme de violence.3 Des données internationales récentes montrent le niveau élevé d’exposition à la violence communautaire que subissent les enfants de 8 à 13 ans à Cape Town, en Afrique du Sud. En effet, 40 % d’entre eux ont été témoins d’un homicide dans leur quartier.4 Des données comparatives transnationales ont été présentées dans le cadre du projet World Studies of Abuse in the Family Environment (WorldSAFE), selon lesquelles environ 4 % des enfants aux États-Unis et au Chili auraient déjà été frappés avec un objet (ailleurs que sur les fesses).5 On estime aussi que 26 % des enfants en Égypte, 36 % dans les régions rurales de l’Inde et 21 % aux Philippines sont exposés à cette forme d’agressivité physique commise par un de leur parent.5 Les estimations de la proportion d’enfants qui ont été menacés avec un couteau ou un pistolet ou étouffés sont uniformément faibles dans tous les pays, se situant entre 0 et 2 %.5 Selon des recherches internationales, on estime qu’entre 133 et 275 millions d’enfants sont témoins de violence domestique chaque année à l’échelle mondiale,ce nombre se décomposant comme suit : entre 4,6 et 11,3 millions dans les pays industrialisés, entre 40,7 et 88 millions en Asie du Sud, entre 34,9 et 38,2 millions en Afrique subsaharienne et entre 11,3 et 25,5 millions en Amérique Latine et aux Caraïbes.2

Sujet

La recherche a montré que l’exposition à la violence a des effets néfastes envahissants. Elle entraîne des problèmes d’internalisation (par ex., des symptômes dépressifs ou d’anxiété), des problèmes d’externalisation (par ex., des comportements agressifs) et des difficultés sociales et académiques au cours de l’enfance et de l’adolescence.6-9 Des recherches récentes ont aussi montré des liens systématiques entre l’exposition à la violence communautaire et l’asthme chez les enfants,10,11 incluant les difficultés respiratoires chez les enfants d’âge préscolaire.12 Les effets peuvent être mieux résumés selon le type d’exposition à la violence. Premièrement, une récente méta-analyse de plusieurs études a montré que l’exposition à la violence communautaire, considérée globalement, prédisait plus fortement les problèmes d’externalisation que les problèmes d’internalisation, les effets les plus forts étant liés au trouble de stress post-traumatique (TSPT).13 Pour tous les sous-types d’exposition à la violence communautaire, la méta-analyse a montré que la victimisation directe avait des effets plus importants sur les problèmes d’internalisation que le fait d’être témoin de violence. Subir une forme de violence communautaire ou en être témoin entraîne des effets plus forts sur les problèmes d’externalisation que d’entendre parler de cette forme de violence. Finalement, la grandeur des effets semble varier selon l’âge, puisque, selon la méta-analyse, les effets de la violence communautaire sont plus forts chez les adolescents que chez les enfants. Cependant, après avoir pris en considération les caractéristiques des études, des analyses supplémentaires ont suggéré que les effets de la violence communautaire sur les problèmes d’externalisation étaient plus forts chez les adolescents (âgés de 12 à 25 ans), alors que ses effets sur les problèmes d’internalisation étaient plus forts chez les enfants (âgés de 11 ans et moins).13

Deuxièmement, on a montré que l’agressivité physique du parent envers l’enfant a des effets néfastes. Elle entraîne des problèmes d’internalisation et d’externalisation et des difficultés académiques chez les enfants.14,15,8 Les mauvais traitements constituent le type de victimisation qui a les effets les plus forts sur les symptômes dépressifs chez les enfants de 2 à 9 ans et chez ceux de 10 à 17 ans.16 Les revues de littérature montrent un lien néfaste entre l’exposition à la violence domestique et des problèmes de comportements envahissants.17 Troisièmement, la recherche récente souligne l’impact de l’exposition répétée à la violence sur le développement de l’enfant. Au cours de la dernière année, la recherche a montré que la « poly-victimisation », qui désigne la cooccurrence de plusieurs types de victimisation chez la même personne, aggrave les symptômes traumatiques (par ex., la colère, la dépression et l’anxiété).18 Une autre étude a montré que les jeunes exposés à plusieurs situations de victimisation ont des résultats académiques plus faibles que ceux exposés à peu de victimisation.19

Problèmes

Il faut intensifier la recherche sur les effets de l’exposition à la violence au fil des années. Des études longitudinales seraient nécessaires à cette fin. Ces études isoleraient mieux l’influence de l’exposition à la violence si elles prenaient aussi en considération d’autres facteurs d’adversité et les problèmes comportementaux initiaux des enfants. Par ailleurs, la plupart des études qui portent sur l’exposition des jeunes enfants à la violence sont menées auprès de familles très défavorisées. Plus de recherches seront nécessaires quant à la prévalence et aux conséquences de l’exposition à la violence dans des échantillons d’enfants provenant de la population générale. De plus, puisque les recherches existantes montrent que les séquelles de l’exposition à la violence sont envahissantes, les études doivent continuer à mesurer une vaste gamme de conséquences. Finalement, plus de recherches transnationales seront requises sur la violence communautaire.

Contexte de la recherche

La recherche sur la violence communautaire et familiale doit être menée selon les facteurs de risque d’exposition. L’exposition à la violence varie selon le quartier, la famille et des facteurs individuels. Des niveaux plus élevés d’agressivité physique du parent envers l’enfant sont associés à la vie dans des quartiers économiquement défavorisés, où le niveau de crime violent est élevé.20 Le statut socio-économique et la structure familiale sont aussi des facteurs de risque d’exposition à la violence domestique.6,9 Le statut socio-économique prédit la cooccurrence de l’exposition à diverses formes de violence.21 Les minorités ethniques sont plus susceptibles d’être exposées à la violence communautaire.6,22 Il y a aussi quelques résultats à l’effet que l’exposition à la violence varie selon le sexe, bien que le type de violence considéré soit important sur ce plan. Les hommes sont plus susceptibles d’être exposés à la violence communautaire.6 Quelques études montrent que l’exposition à la violence domestique ne varie pas selon le sexe,23 alors que d’autres montrent que les filles sont plus susceptibles que les garçons d’en être témoins.24 

Questions clés sur la recherche

Les contextes scolaire et communautaire sont des sites prometteurs pour l’intervention et la prévention des effets de l’exposition à la violence, mais plus de recherches seront nécessaires à ce sujet. Quels facteurs, dans le quartier et à l’école, réduisent l’impact de l’exposition des enfants à la violence? Quels facteurs familiaux et individuels atténuent les influences de l’exposition à la violence? Est-ce que l’influence de ces facteurs protecteurs varie selon le stade développemental de l’enfant? Quels facteurs du quartier et de l’école sont associés à des risques de poly-victimisation (la cooccurrence de l’exposition à plusieurs types de violence)? Quelles formes de poly-victimisation sont observées au fil des différents stades développementaux des enfants?

Résultats récents de la recherche

L’exposition à la violence communautaire et familiale est associée au développement d’un nombre accru de problèmes chez les enfants d’âge préscolaire. Cependant, la recherche montre que l’influence de l’exposition à la violence communautaire et familiale se produit par un modèle de médiation, un mécanisme qui passe par la personne responsable de l’enfant. Dans ce modèle, la détresse maternelle est conçue théoriquement comme un élément central pour les enfants d’âge préscolaire, puisqu’ils sont susceptibles d’être confrontés à la violence communautaire en compagnie de leur mère. Les enfants cherchent de l’information auprès de leur mère ; sa détresse en réponse aux événements violents affecterait donc les conséquences de ces événements sur leur comportement.25 Par exemple, chez de jeunes enfants âgés de 3 à 5 ans participant à un programme Bon départ (Head Start), on a montré que la violence communautaire faisait croître la détresse maternelle et que celle-ci, en retour, amplifiait l’hésitation des enfants envers leurs pairs, altérait leur fonctionnement cognitif et restreignait leurs interactions positives avec les pairs.26 Dans une autre étude, les symptômes dépressifs maternels constituaient une partie du mécanisme par lequel l’exposition à la violence communautaire affectait la détresse d’enfants d’âge préscolaire.27 Dans un échantillon d’enfants de 3 à 5 ans à haut risque, on a trouvé que les agressions en milieu familial et la violence communautaire amplifiaient tous deux la détresse maternelle, qui aggravait en retour les problèmes de comportements de l’enfant.25

La recherche menée auprès d’enfants plus âgés met en lumière des facteurs qui modèrent ou atténuent les influences de la violence communautaire sur les problèmes que développent les enfants. On a systématiquement montré que le support social est l’un de ces facteurs.28,9 De plus, la cohésion familiale atténue les effets de l’exposition à la violence communautaire sur la perpétuation de la violence par les hommes.29 La recherche sur les facteurs protecteurs en contexte scolaire et communautaire émerge également. Une étude canadienne ayant examiné les effets des mauvais traitements subis pendant l’enfance sur le développement de comportements délinquants violents a montré qu’une intervention scolaire avait un effet compensatoire : l’effet néfaste des mauvais traitements était plus faible dans le groupe qui avait reçu un programme centré sur les habiletés interpersonnelles.30 Cet effet modérateur du programme d’intervention scolaire a été observé à nouveau deux ans plus tard.31 Une autre étude menée auprès de jeunes Gambiens, en Afrique, a montré qu’un climat scolaire positif réduisait les symptômes de stress post-traumatique chez ceux qui avaient été témoins de violence communautaire.32 Finalement, une étude menée auprès de jeunes des Premières Nations au Canada a montré que la résilience, qu’elle soit individuelle, familiale ou communautaire, atténuait les effets de l’exposition à la violence (mesurée globalement) sur le groupe de symptômes de reviviscence propres au trouble de stress post-traumatique.33 

Lacunes de la recherche

L’exposition des enfants d’âge préscolaire à la violence a fait l’objet de moins d’études que l’exposition des enfants plus âgés. Les années préscolaires constituent pourtant une période particulièrement importante de développement des habiletés sociales et cognitives, pendant laquelle les enfants se préparent à la transition vers la scolarisation formelle.26,27 Plus de recherches devront donc être menées auprès d’enfants de cette tranche d’âge et elles devront être basées sur de larges échantillons représentatifs d’enfants. Des études longitudinales examinant l’exposition à la violence des enfants d’âge préscolaire et ses conséquences seront aussi nécessaires pour évaluer les changements dans le comportement des enfants au fil du temps.

Il faut approfondir la recherche sur les mécanismes qui relient l’exposition à la violence et le développement de problèmes à différents stades développementaux. Des travaux supplémentaires seront aussi nécessaires pour examiner les potentielles influences atténuantes des ressources scolaires, communautaires, individuelles et familiales au fil des stades développementaux. La recherche sur les ressources scolaires et communautaires pour les enfants plus âgés commence à émerger, mais l’influence de ces ressources dans la vie des enfants plus jeunes devrait aussi être examinée. Également, les effets atténuateurs des ressources personnelles et sociales devraient être évalués pour plusieurs types d’exposition à la violence, que les devis de recherche doivent donc prévoir de mesurer. Plus d’études longitudinales examinant l’influence de ressources protectrices sur plusieurs aspects du développement devront être mises sur pied. D’autres études comparatives internationales seront aussi nécessaires. 

Conclusion

L’exposition à la violence peut se produire dans différents contextes sociaux de la vie des enfants, dont la famille et la communauté. Souvent, plusieurs formes d’exposition à la violence ont lieu simultanément. Les enfants de tous les âges sont exposés à la violence. Ceux qui proviennent de familles et de quartiers défavorisés sont particulièrement à risque d’être exposés à la violence. Du côté des jeunes enfants, on a identifié un mécanisme par lequel l’exposition à la violence affecte la santé mentale de la personne responsable de l’enfant, ce qui en retour nuit au développement de ce dernier. Chez les enfants plus âgés, l’exposition à la violence a des effets préjudiciables directs sur une vaste gamme d’aspects du développement, notamment les aspects social, émotionnel et académique. Des recherches prometteuses émergent sur les caractéristiques des familles, des écoles et des communautés qui atténuent les effets de l’exposition à la violence dans la vie des enfants. On a découvert que le support social est une ressource protectrice pour réduire l’impact de l’exposition à la violence communautaire. De plus, on a constaté que des caractéristiques des communautés et des écoles (par ex., le climat scolaire et la résilience communautaire) réduisent aussi les impacts de l’exposition à la violence communautaire et des mauvais traitements dans la vie des enfants plus âgés. Des travaux supplémentaires sur les effets de ces efforts de prévention et d’intervention sur une large gamme d’aspects du développement seront nécessaires, auprès d’enfants de différents âges.

Implications pour les parents, les services et les politiques

Idéalement, plus de ressources devraient être allouées à des initiatives pour réduire le niveau global d’exposition à la violence dans les communautés et les familles. Cependant, il existe aussi des opportunités plus immédiates d’instaurer des politiques et des efforts de prévention appuyés sur des résultats scientifiques. Premièrement, il pourrait être particulièrement utile d’offrir du support aux adultes exposés à la violence qui sont responsables d’enfants d’âge préscolaire.25 Les ressources de support peuvent réduire la détresse de ces adultes, ce qui peut en retour amoindrir les problèmes de comportement de leurs enfants. Deuxièmement, les initiatives pour supporter le fonctionnement des familles peuvent réduire la perpétuation de la violence par les jeunes plus âgés.29 Le rôle des ressources protectrices, présentes dans différents contextes, qui atténuent les effets de l’exposition à la violence sur le développement des enfants devrait être évalué sur une vaste gamme d’aspects du développement, dont le niveau d’instruction atteint. On a découvert, dans des études menées au Canada et en Gambie, que certains facteurs scolaires constituent des ressources protectrices chez les jeunes plus âgés.30,33 Le rôle des facteurs scolaires devrait être investigué davantage auprès des enfants plus jeunes. Les initiatives pour favoriser les ressources protectrices communautaires et scolaires sont prometteuses puisqu’elles peuvent améliorer le sort d’un large éventail d’enfants. Les résultats de recherche suggèrent qu’il est souhaitable d’implanter des ressources dans plusieurs contextes sociaux pour réduire l’impact de l’exposition à la violence sur les enfants.21

Remerciements

Nous apprécions grandement le support du NICHD (National Institute of Child Health & Human Development), qui nous octroie la subvention #R01-HD049796-01 pour nos travaux.

Références

  1. McCart, MR, Smith, DW, Saunders, BE, Kilpatrick, DG, Resnick, H, Ruggiero, K.J.  Do urban adolescents become desensitized to community violence? Data from a national survey. Am J Orthopsychiatry. 2007; 77 (3): 434-42.
  2. Pinheiro, P.S. World report on violence against children. United Nations Secretary-General’s Study on Violence Against Children. Geneva, Switzerland, 2006.
  3. Finkelhor, D, Turner, H, Ormrod, R, Hamby, SL. Trends in childhood violence and abuse exposure: evidence from 2 national surveys. Arch Pediatr Adolesc Med. 2010; 164 (3): 238-42.
  4. Shields, N., Nadasen, K., Pierce, L. A comparison of the effects of witnessing community violence and direct victimization among children in Cape Town, South Africa.J Interpers Violence. 2009; 24(7): 1192-1208.
  5. Krug, E.G., Dahlberg, L.L., Mercy, J.A., Zwi, A.B., Lozano, R. World report on violence and health. Geneva, World Health Organization, 2002.
  6. Buka, SL, Stichick, TL, Birdthistle, I, Earls, F. Youth exposure to violence: prevalence, risks, and consequences. Am J Orthopsychiatry. 2001; 71 (3): 298-310.
  7. MacMillan, R. Violence and the life course: the consequences of victimization for personal and social development. Annu Rev Sociol. 2001; 27: 1-22.
  8. Margolin, G, Gordis, EB. The effects of family and community violence on children. Annual Review of Psychol. 2000; 51: 445-79.
  9. Foster, H, Brooks-Gunn, J. Toward a stress process model of children’s exposure to physical family and community violence. Clin Child Fam Psychol Rev. 2009; 12 (2): 71-94.
  10. Sternthal, MJ, Jun, H-J, Earls, F, Wright, RJ. Community violence and urban childhood asthma: a multilevel analysis. Eur Respir J. 2010; 36 (6): 1400-09.
  11. Wright, RJ, Mitchell, H, Visness, CM, Cohen, S, Stout, J, Evans, R, Gold, DR. Community violence and asthma morbidity: The inner-city Asthma study. Am J Public Health. 2004; 94 (4): 625-632.
  12. Berz, JB, Carter, AS, Wagmiller, RL, Horwitz, SM, Murdock, KK, Briggs-Gowan, M. Prevalence and correlates of early onset asthma and wheezing in a healthy birth cohort of 2-3 year olds.J Pediatr Psychol. 2007; 32 (2): 154-66.
  13. Fowler, PJ, Tompsett, CJ, Braciszeweski, JM, Jacques-Tiura, AJ, Baltes, BB.  Community violence:  a meta-analysis on the effect of exposure and mental health outcomes of children and adolescents. Dev Psychopathol. 2009; 21 (1):  227-59.
  14. Boney-McCoy, S, Finkelhor, D. Psychosocial sequelae of violent victimization in a national youth sample. J Consult Clin Psychol. 1995; 63 (5): 726-36.
  15. Malinosky-Rummell, R, Hansen, DJ. Long-term consequences of childhood physical abuse. Psychol Bull. 1993; 114 (1): 68-79.
  16. Turner, HA, Finkelhor, D, Ormrod, R. The effect of lifetime victimization on the mental health of children and adolescents.Soc Sci Med.2006; 62 (1):  13-27.
  17. Kitzmann, KM, Gaylord, NK, Holt, AR, Kenny, ED. Child witnesses to domestic violence:  a meta-analytic review. J Consult Clin Psychol. 2003; 71 (2): 339-52.
  18. Finkelhor, D, Ormrod, R, Turner, HA. Polyvictimization and trauma in a national longitudinal cohort. Dev Psychopathol. 2007; 19 (1): 149-66.
  19. Holt, MK, Finkelhor, D, Kaufman-Kantor, G. Multiple victimization experiences of urban elementary school students: Associations with psychosocial functioning and academic performance.Child Abuse Negl. 2007; 31 (5):  503-15.
  20. Molnar, BE, Buka, SL, Brennan, RT, Holton, JK, Earls, F. A multilevel study of neighborhoods and parent-to-child physical aggression: results from the Project for Human Development in Chicago Neighborhoods. Child Maltreat. 2003; 8 (2): 84-97.
  21. Herrenkohl, TI, Sousa, C, Tajima, EA, Herrenkohl, RC, Moylan, CA. Intersection of child abuse and children’s exposure to domestic violence. Trauma Violence Abuse. 2008; 9 (2): 84-99.
  22. Selner-O’Hagan, MB, Kindlon, DJ, Buka, SL, Raudenbush, SW, Earls, FJ.  Assessing exposure to violence in urban youth.  J Child Psychol Psychiatry.  1998; 39 (2): 215-24.
  23. Springer, C, Padgett, D. Gender differences in young adolescents’ exposure to violence and rates of PTSD symptomatology. Am J Orthopsychiatry. 2000; 70 (3): 370-79.
  24. Hanson, RF, Self-Brown, S, Fricker-Elhai, AE, Kilpatrick, DG, Saunders, BE, Resnick, HS. The relationship between family environment and violence exposure among youth:  findings from the national survey of adolescents. Child Maltreat. 2006; 11 (1): 3-15.
  25. Linares, LO, Heeran, T, Bronfman, E, Zuckerman, B, Augustyn, M, Tronick, E.  A meditational model for the impact of exposure to community violence on early child behavior problems. Child Dev. 2001; 72 (2): 639-52.
  26. Farver, JM, Natera, LX, Frosch, DL. Effects of community violence on inner-city preschoolers and their families. J Appl Dev Psychol. 1999; 20 (1): 143-58.
  27. Farver, JM, Xu, Y, Eppe, S, Fernandez, A Schwartz, D. Community violence, family conflict, and preschoolers’ socio-emotional functioning. Dev Psychol. 2005; 41 (1): 160-170.
  28. Proctor, LJ. Children growing up in a violent community: the role of the family.  Aggress Violent Behav. 2006; 11 (6): 558-76.
  29. Gorman-Smith, D, Henry, DB, Tolan, PH. Exposure to community violence and violence perpetration:  the protective effects of family functioning. J Clin Child Adolesc Psychol. 2004; 33 (3 ): 439-49.
  30. Crooks, CV, Scott, KL, Wolfe, DA, Chiodo, D, Killip, S. Understanding the link between childhood maltreatment and violent delinquency: what do schools have to add? Child Maltreat. 2007; 12 (3): 269-80.
  31. Crooks, CV, Scott, K, Ellis, W, Wolfe, DA. Impact of a universal school-based violence prevention program on violent delinquency: distinctive benefits for youth with maltreatment histories. Child Abuse Negl. 2011; 35 (6): 393-400.
  32. O’Donnell, DA., Roberts, WC, Schwab-Stone, ME. Community violence exposure and post-traumatic stress reactions among Gambian youth: the moderating role of positive school climate. Soc Psychiat Epidemiol. 2011; 46 (1): 59-67.
  33. Zahradnik, M, Stewart, SH, O’Connor, RM, Stevens, D, Ungar, M., Wekerle, C. Resilience moderates the relationship between exposure to violence and posttraumatic stress reexperiencing in Mi’kmaq youth. Int J Ment Health Addict. 2010; 8 (2): 408-20.

Pour citer cet article :

Foster H, Brooks-Gunn J. Effets de la violence physique familiale et communautaire sur le développement de l’enfant. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Tremblay RE, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/violence-sociale/selon-experts/effets-de-la-violence-physique-familiale-et-communautaire-sur-le. Publié : Janvier 2012. Consulté le 19 janvier 2020.