Retour aux publications récentes

L’éducation expérientielle : améliorer l’efficacité des services de garde et d’éducation des enfants grâce au bien-être et à l’implication

Ferre Laevers, Ph.D.

Leuven University / Centre for Experiential Education, Belgique

Mars 2011

Introduction

Le modèle pédagogique d’éducation expérientielle trouve ses racines dans une série d’observations de jeunes enfants en milieux de garde en Flandre (Belgique) dans les années 1970 et 1980. Depuis, ce modèle a pris de l’ampleur et est devenu l’un des plus influents dans le secteur de l’éducation de la petite enfance en Flandre. Il a été diffusé dans différentes régions du monde, y compris en Afrique du Sud, en Allemagne, en Australie, en Croatie, en Équateur, en Finlande, en France, en Irlande, au Japon, aux Pays-Bas, au Portugal et au Royaume-Uni. Cette approche a été développée davantage et adaptée aux secteurs de la garde d’enfants, de l’éducation spécialisée, de l’enseignement secondaire, de l’enseignement supérieur et de la formation continue.

Recherche sur la qualité du point de vue de l’apprenant

Selon la théorie de l’éducation expérientielle, la façon la plus économique d’évaluer la qualité de tout milieu d’éducation (de l’étape préscolaire à l’éducation des adultes) – particulièrement du point de vue de l’apprenant – consiste à cibler deux dimensions du cheminement : le « bien-être affectif » de l’apprenant et son niveau « d’implication ». Le « bien-être » renvoie à la satisfaction des besoins de base de l’enfant et au degré auquel il se sent à l’aise, agit spontanément, montre de la vitalité et a confiance en ses moyens. Quant à « l’implication », elle se manifeste quand un enfant est concentré, intéressé, fasciné et quand il fonctionne à son plein potentiel.

Mesurer le bien-être et l’implication

Pour évaluer le bien-être et l’implication, une échelle à cinq points a été développée, baptisée l’Échelle d’implication de Leuven pour jeunes enfants. Elle facilite la mesure et ‘assure la fidélité inter-juges.1 Cette échelle comprend une méthode et une série d’applications, dont une procédure de dépistage par laquelle les intervenants en milieu de garde accordent un pointage à l’enfant pour son bien-être et son implication sur la base de leurs observations échelonnées sur quelques semaines. Ce dépistage de groupe sert de point de départ à une analyse plus poussée des enfants ayant obtenu un faible pointage de bien-être ou d’implication, visant à comprendre pourquoi ils ne se sentent pas bien dans leur milieu de garde ou ne s’engagent pas dans les activités qui y sont offertes. Cette analyse sert ensuite de tremplin pour intervenir auprès d’enfants en particulier et pour changer le contexte général et/ou l’approche des éducateurs.

Recherche sur la qualité du point de vue du milieu

En misant sur un éventail d’expériences vécues par les éducateurs, nous avons amassé un bassin d’observations et de connaissances que nous avons regroupées et organisées en dix points d’action2 constituant un inventaire d’initiatives pour favoriser le bien-être et l’implication des enfants dans un milieu de garde :

  1. Réorganiser la salle en y aménageant des coins et des espaces attirants.
  2. Vérifier le matériel dans ces espaces et le rendre plus stimulant.
  3. Présenter des activités et du matériel nouveaux et originaux.
  4. Identifier les intérêts des enfants et leur offrir des activités qui y correspondent.
  5. Encourager les enfants à faire des activités en les y invitant.
  6. Offrir aux enfants plus d’occasions de prendre eux-mêmes des initiatives et appuyer celles-ci de manière sensée.
  7. Améliorer la qualité des relations entre les enfants ainsi qu’entre les enfants et les éducateurs.
  8. Introduire des activités qui favorisent l’exploration de comportements, de sentiments et de valeurs.
  9. Repérer les enfants éprouvant des problèmes affectifs et élaborer des interventions pour leur venir en aide.
  10. Repérer les enfants ayant des besoins développementaux et mettre au point des interventions qui suscitent leur implication.

Outre ces dix points d’action, la façon dont les adultes interagissent avec les enfants est considérée comme un élément clé de la qualité. Le tableau d’observation du style des adultes rend compte de cet aspect en se penchant sur trois dimensions : stimulation, sensibilité et autonomisation.3 Les interventions stimulantes sont souvent des moteurs de l’implication. Il peut s’agir, par exemple, de proposer des activités aux enfants, de les inviter à communiquer, de leur poser des questions qui incitent à la réflexion ou de leur donner des informations riches de contenu. La sensibilité, quant à elle, se manifeste par des réponses empreintes d’empathie et de compréhension à l’égard de l’enfant. Enfin, l’autonomisation passe par le respect de l’esprit d’initiative des enfants, la reconnaissance de leurs intérêts ainsi que le souci de leur offrir des possibilités d’expérimenter, de décider eux-mêmes du déroulement d’une activité et de participer à l’établissement des règles. La recherche orientée sur la pratique montre une forte corrélation entre les « ingrédients actifs » mentionnés ci-dessus et l’atteinte du bien-être et de l’implication.4,5,6

Recherche sur la qualité du point de vue des résultats

À terme, des niveaux élevés de bien-être et d’implication mènent à un fort degré d’épanouissement et de développement de l’enfant. L’éducation expérientielle a quatre visées principales :

  • La santé affective, élément fondamental qui réfère aux conditions socio-affectives cernées par le concept rogérien de « personne entièrement fonctionnelle », en lien avec l’estime de soi, la confiance en soi et la résilience.
  • L’inclination à explorer des apprenants, qu’il faut absolument encourager parce qu’elle peut mener à l’apprentissage tout au long de la vie. L’éducation ne doit pas seulement trouver un moyen de préserver cette source intrinsèque de motivation, mais elle doit en plus arriver à étendre son action à tous les domaines pertinents pour fonctionner en société. L’objectif consiste à favoriser l’apprentissage en profondeur au lieu de l’apprentissage superficiel, qui n’influence en rien les compétences de base et qui a peu d’applications dans la vraie vie.7
  • Les compétences et attitudes valorisées dans une série de domaines pertinents, tels que la communication, la compréhension du monde physique (comprenant la technologie), la compétence sociale et l’auto-organisation (y compris l’esprit d’initiative). À partir de recherches et d’une mine d’études de cas,a le modèle d’éducation expérientielle a élaboré des échelles d’observation pour déceler de telles compétences chez les jeunes enfants. Elles s’inscrivent toutes dans le nouveau paradigme des résultats puisque l’approche est de nature holistique et voit les compétences comme des habiletés permettant de bien fonctionner dans la vie.
  • Le maintien de l’attitude fondamentale « d’interconnexion », qui implique le développement d’une prédisposition positive envers la réalité. Un sentiment d’interconnexion peut prévenir un comportement destructeur et asocial (délinquence). En fait, cette notion se caractérise par cinq éléments : lien avec soi-même, avec autrui, avec le monde matériel, avec la société et avec l’ensemble du cosmos (transcendence).

Conclusion

En bref, l’éducation expérientielle voit le bien-être et l’implication comme des mesures de l’apprentissage en profondeur et de l’efficacité du milieu d’apprentissage. Étant donné que les éducateurs ont facilement accès à ces indicateurs de la qualité de l’apprentissage, la stratégie axée sur le processus accroît leurs moyens d’action et peut les aider à mettre en valeur le grand potentiel des enfants. Avec un soutien adéquat, ces derniers peuvent devenir des adultes équilibrés et confiants en eux-mêmes, sains d’esprit, curieux et explorateurs, capables d’afficher leurs sentiments et de communiquer, doués d’imagination et créatifs, bien organisés, dotés d’un esprit d’initiative et d’un instinct développé au sujet de la société et du monde physique qui les entourent, et qui ont un sentiment d’appartenance et d’interconnexion face à l’univers et à tout ce qui y vit.

Le modèle d’éducation expérientielle complète la vaste approche de conception de systèmes décrite par Bennett dans sa revue des systèmes de garde et d’éducation de la petite enfance dans les pays de l’OCDE.8 Ce modèle concentre l’attention sur le contexte immédiat de l’éducation (le milieu), sur les personnes qui en font partie et, surtout, sur les enfants, dont le bien-être et la motivation de base doivent constituer un sujet de préoccupation constant pour les éducateurs. La capacité de ce modèle à favoriser les compétences variées ou les connaissances pratiques est tout indiquée pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, mais elle est aussi pertinente pour la poursuite des études, alors que la motivation, l’auto-organisation et les aptitudes sociales continuent à constituer des objectifs primordiaux à atteindre.

Références

  1. Laevers F. The Leuven Involvement Scale for Young Children. Manual and video. Leuven, Belgium: Centre for Experiential Education; 1994. Experiential Education Series, No 1.
  2. Laevers F. Moons J. Enhancing well-being and involvement in children. An introduction in the ten action points [videotape]. Leuven, Belgium: Centre for Experiential Education; 1997.
  3. Laevers F, Bogaerts M, Moons J. Experiential education at work. A setting with 5-year olds [manual and videotape]. Leuven, Belgium: Centre for Experiential Education; 1997.
  4. Laevers F. The curriculum as means to raise the quality of ECE. Implications for policy. European Early Childhood Education Research Journal 2005;13(1):17-30.
  5. Laevers F. Improving quality of care with well-being and involvement as the guides. A large scale study in Flemish Setting. Final report. Leuven, Belgium: Kind & Gezin. CEGO Leuven University; 2009.
  6. Laevers F, Declercq B, Thomas F. Implementation of the process-oriented approach in early years settings in Milton Keynes. Final report. Leuven, Belgium: CEGO Leuven University; 2010.
  7. Laevers F. Deep level learning: an exemplary application on the area of physical knowledge. European Early Childhood Research Journal 1993;1(1):53-68.
  8. Bennett J. Early childhood education and care systems in the OECD countries: the issue of tradition and governance. In: Tremblay RE, Barr RG, Peters RDeV, Boivin M, eds. Encyclopedia on Early Childhood Development [online]. Montreal, Quebec: Centre of Excellence for Early Childhood Development; 2008:1-5. Available at: http://www.child-encyclopedia.com/documents/BennettANGxp.pdf. Accessed March 23, 2011.

Note :

a Une étude, fondée sur plus de 12 000 séances pour lesquelles un pointage a été attribué, a montré que le degré de bien-être des jeunes enfants en Flandre est plus ou moins satisfaisant (note moyenne : 3,63), et que leur implication dans le milieu de garde est préoccupant (note moyenne : 3,23).5

Pour citer cet article :

Laevers F. L’éducation expérientielle : améliorer l’efficacité des services de garde et d’éducation des enfants grâce au bien-être et à l’implication. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Bennett J, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/services-la-petite-enfance-education-et-accueil-des-jeunes-enfants/selon-experts/leducation. Publié : Mars 2011. Consulté le 14 octobre 2019.