Retour aux publications récentes

Les relations fraternelles et leur impact sur le développement des enfants

Nina Howe, Ph.D., Holly Recchia, Ph.D.

Department of Education and Centre for Research in Human Development, Concordia University, Canada

Janvier 2015, Éd. rév.

Introduction

La majorité des enfants dans le monde ont au moins un frère ou une sœur. Les relations fraternelles sont susceptibles de durer plus longtemps que toute autre relation au cours de la vie et font partie intégrante de la vie familiale. Pourtant, comparativement à la profusion d’études publiées sur les relations entre parents et enfants, la communauté scientifique n’a accordé que peu d’attention au rôle de la fratrie et à son impact sur le développement de l’enfant. Au cours des dernières décennies, la recherche s’est concentrée sur les relations fraternelles chez les jeunes enfants, et le virage vers l’examen du rôle des variables de processus (par exemple, la compréhension de leurs mondes sociaux) plutôt que des variables structurelles (par exemple l’âge, le rang de naissance) s’est révélé fructueux. La fratrie est considérée comme une partie intégrante des systèmes familiaux1,2 et elle crée un contexte important pour l’apprentissage et le développement,3 mais l’étudier sous cet angle pose plusieurs défis méthodologiques et conceptuels.

Sujet

Quatre caractéristiques relatives aux relations fraternelles dominent pendant la petite enfance.2,4 Premièrement, les interactions fraternelles sont des relations chargées sur le plan affectif : elles sont caractérisées par de fortes émotions désinhibées de nature positive, négative ou parfois ambivalente.4,5,6 Deuxièmement, ces relations sont intimes : comme les jeunes enfants passent beaucoup de temps à jouer ensemble, ils se connaissent très bien. De cette longue histoire et de cette connaissance intime, les enfants puisent du soutien affectif et instrumental.7,8 Cette intimité leur permet de s’adonner à des jeux de simulation,9,10,11 de vivre des conflits,12,13,14 et de développer une compréhension du point de vue de l’autre.15-19 Troisièmement, il existe de grandes différences individuelles en ce qui concerne la qualité des relations fraternelles.1,2,4,6 Quatrièmement, la différence d’âge entre les frères et les sœurs occasionne souvent des disputes liées aux questions de pouvoir, de contrôle,20,21 de rivalité et de jalousie,22,23,24 mais elle crée aussi un contexte propice à des échanges complémentaires plus positifs, tels que d’enseigner à la fratrie, de l’aider 2,25-30 et d’en prendre soin.31-33 De manière générale, les caractéristiques des relations fraternelles posent un défi pour les parents, à cause de la nature potentiellement émotive et intense de ces relations. Une question délicate résultant des différences d’âge au sein de la fratrie est celle du  traitement parental différentiel entre les enfants.34,35

Problèmes

La littérature sur la fratrie comporte plusieurs limites et difficultés d’ordre méthodologique. Le rang de naissance et les différences d’âge sont confondus dans plusieurs études, de sorte qu’il est difficile de distinguer les différences liées aux rôles et celles liées au stade développemental.14 Le recrutement de familles qui ont de jeunes enfants et la collecte de données à la maison peuvent prendre du temps, mais permettent d’obtenir des observations riches en milieu naturel. De plus, les études portent généralement sur des dyades fraternelles issues de la classe moyenne; ainsi, peu de données sont disponibles sur les familles monoparentales,36 qui comptent plus de deux enfants, qui proviennent de différents groupes socio-économiques3 ou qui ne sont pas occidentales,37,38 bien que certaines études aient été menées auprès de familles américano-mexicaines.39,40,41 

Contexte de la recherche

Plusieurs études longitudinales ont suivi les fratries et leur famille pendant et après la petite enfance.22,42-49 La plupart des études menées durant cette période ont eu recours à des observations en milieu naturel, c’est-à-dire qu’elles ont examiné des interactions fraternelles à la maison, généralement avec la mère, bien que quelques études aient aussi inclus les pères.12,22,42,50 En complément à ces données observationnelles, des entrevues ou des questionnaires sont fréquemment administrés aux membres de la fratrie et aux parents. De plus, des scénarios hypothétiques, certaines tâches structurées comme la négociation de conflits, l’enseignement de tâches, des séances de jeux ainsi que des mesures de développement social, affectif et cognitif de l’enfant peuvent être utilisés.

Questions clés pour la recherche

Le questionnement fondamental entourant la recherche sur les relations fraternelles concerne les raisons pour lesquelles certains frères et sœurs semblent s’entendre si bien, démontrer de la camaraderie et retirer de cette relation du soutien  affectif et instrumental, alors que d’autres dyades fraternelles ont une relation plus perturbée et conflictuelle.2,4 Plusieurs questions clés sont issues de cette question principale.

  1. Comment la qualité et la nature des relations fraternelles sont-elles associées au développement socio-affectif des enfants, à leur adaptation, à leurs interactions ultérieures dans d’autres relations interpersonnelles et à leur compréhension de leur environnement social?
  2. Comment les parents devraient-ils intervenir dans les conflits entre leurs enfants? Quel rapport y a-t-il entre le traitement parental différentiel (c’est-à-dire le traitement préférentiel d’un enfant) et les relations fraternelles?
  3. Quel rôle jouent l’âge, le rang de naissance et le sexe de l’enfant dans la nature et la qualité des relations fraternelles? Quel est le lien entre les différences individuelles dans le tempérament et la qualité de la relation? 
  4. Comment la qualité des relations fraternelles précoces affecte-t-elle les interactions de la fratrie au fil du temps?

Résultats récents de la recherche 

Les relations fraternelles constituent un contexte d’apprentissage important pour le développement social, affectif, moral et cognitif de l'enfant.10,23 Le jeu fraternel joue un rôle particulièrement important dans le développement de la compréhension du point de vue des autres, notamment de leurs émotions, pensées, intentions et croyances.2,4 Les frères et sœurs semblent manifester une compréhension des idées et des émotions des autres pendant les interactions de la vie réelle bien avant de montrer cette compréhension lors d’évaluations plus formelles.4,6,33 Cette compréhension se manifeste surtout pendant les épisodes de taquinage, de jeux de simulation, de résolution de conflits et d’enseignement à la fratrie ainsi que par l’utilisation du langage affectif et mental lors des conversations.2,4,33,51 Les jeunes frères et sœurs qui jouent souvent à des jeux de simulation comprennent mieux les pensées et émotions des autres, font preuve de créativité dans leurs thèmes de jeux et leur utilisation des objets et sont plus susceptibles de construire une compréhension commune lors du jeu.10,52-55 Les différences individuelles dans les jeux de simulation et dans les stratégies de gestion de conflits prédisent la compréhension sociale ultérieure des enfants,33,43,56 les habiletés de résolution de conflit à l’âge de six ans57 et l’adaptation en première année.58

Un domaine important de la recherche traite des conflits fraternels et de la meilleure façon d’intervenir pour les parents quand leurs enfants sont en désaccord. Les conflits fraternels sont fréquents,12,59 mal résolus,60,61 et parfois très agressifs,25 violents62 ou même abusifs.63 De plus, les conflits fraternels qui surviennent pendant l’enfance sont associés à une mauvaise adaptation, tant actuelle qu’ultérieure.64 Par exemple, des niveaux extrêmes de conflits fraternels pendant l’enfance sont liés à des tendances à l’agressivité à l’âge adulte.65 Des niveaux élevés de conflits peuvent être particulièrement problématiques si la chaleur fraternelle est absente.66 Étant donné ces résultats, il n’est pas surprenant que les conflits fraternels soient une source de soucis pour les parents,67 qui cherchent la meilleure façon d’intervenir. D’une part, s’interposer et résoudre le conflit peut priver les enfants de l’occasion de développer leurs propres stratégies de résolution de conflits et voire même empirer ledit conflit.68-70 D’autre part, l’intervention aide parfois à diminuer l’intensité du conflit et mène à des solutions plus constructives.71,72 Bien que la plupart des parents interviennent en portant un jugement sur la situation,73 certaines interventions récentes les ont entraînés à agir plutôt en tant que médiateur dans les conflits entre leurs enfants.74-77 En structurant le processus de négociation tout en laissant le choix de la solution finale aux enfants eux-mêmes, ces interventions suggèrent une façon prometteuse d’améliorer l’issue du conflit tout en aidant les enfants à se comprendre mutuellement et à développer des stratégies de résolution plus constructives.

Quand les parents traitent différemment leurs enfants en variant directement la quantité d’affect positif, de sensibilité, de contrôle, de discipline et de comportements intrusifs à l’égard des deux enfants, les relations fraternelles sont susceptibles d’être plus conflictuelles et moins amicales,1,34,35,42 mais uniquement si les enfants estiment ces différences injustes.78-80 Plus généralement, la jalousie entre frères et sœurs au cours des années préscolaires est liée à des relations de moins bonne qualité entre eux plus tard pendant l’enfance.22 

Dans les dyades fraternelles, les frères et sœurs aînés adoptent souvent les rôles de leader, d’enseignant, d’aidant et de dispensateur de soins, alors que les cadets sont plus susceptibles d’imiter, de suivre, de tenir un rôle d’apprenant et de solliciter des soins et de l’aide.25,29,81-83 Les cadets imitent souvent le langage et les actions des aînés au cours du jeu, ce qui constitue une façon d’établir une compréhension partagée de son déroulement. 25,84,85 Les frères et sœurs démontrent la capacité de s’enseigner mutuellement lors de tâches semi-structurées ainsi que durant leurs jeux à la maison,31,32,83,86-91 en tenant compte des connaissances et de la compréhension de l’autre. La fratrie peut être une source de soutien pendant la petite enfance, notamment lorsque la mère s’absente pour une courte période,8,92 et au milieu de l’enfance, lors d’expériences familiales stressantes.49,93 Les différences naturelles en matière de pouvoir, qui résultent de la différence d’âge entre les enfants, signifient que ceux-ci vivront probablement des expériences différentes au sein de la famille. Par exemple, le cadet aura l’avantage d’apprendre grâce à son aîné, mais ce n’est pas le cas pour ce dernier, ce qui entraîne parfois un développement précoce du cadet dans certains domaines.94

Bien que les sœurs aînées soient plus susceptibles de prodiguer des soins et de l’aide que les frères aînés,7,29 il y a peu de différences systématiques attribuables à l’âge ou au sexe dans les relations fraternelles pendant la petite enfance. Au fur et à mesure que les cadets acquièrent des compétences cognitives, linguistiques et sociales en vieillissant, ils commencent à tenir des rôles plus actifs dans les interactions fraternelles, par exemple en commençant de plus en plus de jeux.44 Alors, le déséquilibre de pouvoir précoce qui existe dans la fratrie semble devenir moins important au fur et à mesure que les frères et sœurs vieillissent, et les interactions deviennent plus équitables.6,23,36

Il y a une continuité dans la qualité des relations fraternelles au cours des premières années et jusqu’au début de l’adolescence, surtout en ce qui concerne les comportements et sentiments positifs des aînés envers les plus jeunes.39,46,95,96 Cependant, bon nombre des études recensées ont documenté de grandes différences individuelles dans la qualité des relations fraternelles. Ces différences pourraient être en partie attribuables à d’autres facteurs, notamment le tempérament des enfants.1,4,9

Conclusions

Les relations fraternelles constituent un véritable laboratoire naturel où les jeunes enfants apprennent à connaître le monde.3 C’est un endroit sûr et protégé où l'enfant peut apprendre à interagir avec des partenaires de jeu intéressants et engagés, à gérer les désaccords et à réguler ses émotions positives et négatives de façon socialement acceptable.33 Les enfants ont beaucoup d’occasions de développer leur compréhension des relations sociales avec les membres de leur famille, qui peuvent parfois être proches et aimants et parfois méchants et agressifs. De plus, les relations fraternelles offrent aux enfants de nombreuses occasions d’utiliser leurs habiletés cognitives pour convaincre les autres de leurs opinions, d’enseigner certains comportements ou d’imiter ceux des autres. Les bienfaits d’une relation fraternelle chaleureuse et positive peuvent durer toute la vie, alors que les relations précoces plus difficiles peuvent être associées à des conséquences développementales négatives. L’objectif pour les jeunes frères et sœurs serait donc de trouver un équilibre entre les aspects positifs et négatifs de leurs interactions au fur et à mesure qu’ils grandissent. 

Implications pour les politiques et les services 

L’adoption de conduites parentales sensibles et adéquates implique que les adultes emploient des stratégies adaptées au développement de l’enfant et à son âge. Les stratégies choisies par les parents pour gérer les conflits fraternels ont une grande influence sur la manière dont les enfants apprennent à s’entendre avec les autres : les stratégies constructives (par exemple des solutions justes et négociées) plutôt que destructives (comme l’utilisation du pouvoir et de l’agressivité) sont à prioriser. Certains parents peuvent avoir besoin d’aide dans ce domaine et des besoins existent pour des programmes d’éducation parentale et d’intervention auprès de la fratrie.33,97 Des études démontrent que les interventions visant à enseigner aux parents à médiatiser les querelles fraternelles peuvent être efficaces,74,75 mais que la diminution des conflits n’est généralement pas associée à une augmentation des interactions fraternelles prosociales.97 La plupart des programmes existants visent à aider les parents à développer de meilleures stratégies d’encadrement, mais ne ciblent pas directement la fratrie. Cependant, un programme d’intervention prometteur visant à augmenter les interactions prosociales entre les jeunes enfants s’est avéré efficace pour améliorer la qualité des relations fraternelles et les habiletés de régulation émotionnelle.97,98,99 Cela dit, il est clair que le développement de programmes d’intervention visant à améliorer les relations fraternelles problématiques constitue un domaine de recherche à développer dans une perspective de services et politiques adaptés.

Références

  1. Brody GH. Sibling relationship quality: Its causes and consequences. Annual Review of Psychology 1998;49:1-24.
  2. Howe N, Ross H, Recchia H. Sibling relations in early childhood. In Hart C, Smith PK, eds. Wiley-Blackwell Handbook of Childhood Social Development. New York, NY: Wiley; 2011:356-372.
  3. Howe N, Recchia H. Introduction to special issue on the Sibling Relationship as a Context for Learning and Development. Early Education and Development 2014; 25:155-159.
  4. Dunn J. Sibling relationships. In: Smith PK, Hart CH, eds. Blackwell handbook of childhood social development. Malden, Mass: Blackwell Publishing; 2002:223-237.
  5. Dunn J. Young children's close relationships: Beyond attachment. Thousand Oaks, Calif: Sage Publications; 1993.
  6. Volling BL. Sibling relationships. In: Bornstein MH, Davidson L, Keyes CLM, Moore KA, eds. Well-being: Positive development across the life course. Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum Associates; 2003:205-220.
  7. Garner PW, Jones DC, Miner JL. Social competence among low-income preschoolers: Emotion socialization practices and social cognitive correlates. Child Development 1994;65(2):622-637.
  8. Howe N, Rinaldi CM. 'You be the big sister': Maternal-preschooler internal state discourse, perspective-taking, and sibling caretaking. Infant and Child Development 2004;13(3):217-234.
  9. Youngblade LM, Dunn J. Individual differences in young children's pretend play with mother and sibling: Links to relationships and understanding of other people's feelings and beliefs. Child Development 1995;66(5):1472-1492.
  10. Howe N,  Petrakos H, Rinaldi C, LeFebvre R. "This is a bad dog, you know…": Constructing shared meanings during sibling pretend play. Child Development 2005;76,783-794.  
  11. Howe N, Abuhatoum S, Chang-Kredl S. “Everything’s upside down.  We’ll call it upside down valley!”: Siblings’ creative use of play themes, objects, and language during pretend play. Early Education and Development 2014;25:381-398.
  12. Ross HS, Filyer RE, Lollis SP, Perlman M, Martin JL. Administering justice in the family. Journal of Family Psychology 1994;8(3):254-273.
  13. Howe N, Rinaldi CM, Jennings M, Petrakos H. "No! The lambs can stay out because they got cozies!": Constructive and destructive sibling conflict, pretend play, and social understanding. Child Development 2002;73(5):1460-1473.
  14. Recchia HE, Howe N. When do siblings compromise? Associations with children’s descriptions of conflict issues, culpability, and emotions. Social Development 2010;19:838-857.
  15. Carpendale JIM, Lewis C. Constructing an understanding of mind: The development of children's social understanding within social interaction. Behavioral and Brain Sciences 2004;27(1):79-96.
  16. Brown JR, Dunn J. Talk with your mother or your sibling? Developmental changes in early family conversations about feelings. Child Development 1992;63(2):336-349.
  17. Dunn J. The beginnings of social understanding. Cambridge, Mass: Harvard University Press; 1988.
  18. Dunn J, Munn P. Becoming a family member: Family conflict and the development of social understanding in the second year. Child Development 1985;56(2):480-492. 
  19. Recchia HE, Howe, N. Family talk about internal states and children’s relative appraisals of self and sibling. Social Development 2008;17:776–794. 
  20. Abuhatoum S, Howe N. Power in sibling conflict during early and middle childhood. Social Development 2013;22:738-754.
  21. Della Porta S, Howe N. Mothers’ and children’s use of power during hypothetical conflict situations. Merrill-Palmer Quarterly 2012;58:507-529.
  22. Kolak AM, Volling BL. Sibling jealousy in early childhood: Longitudinal links to sibling relationship quality. Infant and Child Development 2011 20, 213–226.
  23. Volling BL, Kennedy DE, Jackey LMH. The development of sibling jealousy. In Legerstee M, Hart S, eds. Handbook of jealousy: Theory, research, and multidisciplinary approaches. Malden, MA: Blackwell Publishers; 2010:387-417.
  24. Miller AL, Volling BL, McElwain NL. Sibling jealousy in a triadic context with mothers and fathers. Social Development 2000;9:433–457.
  25. Abramovitch R, Corter C, Pepler DJ, Stanhope L. Sibling and peer interaction: A final follow-up and a comparison. Child Development 1986;57(1):217-229.
  26. Azmitia M, Hesser J. Why siblings are important agents of cognitive development: A comparison of siblings and peers. Child Development 1993;64(2):430-444.
  27. Brody GH, Stoneman Z, MacKinnon CE, MacKinnon R. Role relationships and behavior between preschool-aged and school-aged sibling pairs. Developmental Psychology 1985;21(1):124-129.
  28. Klein P, Feldman R, Zarur S. Mediation in a sibling context: The relations of older siblings' mediating behavior and younger siblings' task performance. Infant and Child Development 2002;11(4):321-333.
  29. White N, Ensor R, Marks A, Jacobs L, Hughes C. “It’s mine!” Does sharing with siblings at age 3 predict sharing with siblings, friends, and unfamiliar peers at age 6? Early Education and Development 2014;25:185-201.
  30. Volling BL, Yu T, Gonzalez R, Kennedy DE, Rosenberg L, Oh W. Children’s responses to mother–infant and father–infant interaction with a baby sibling: Jealousy or joy? Journal Of Family Psychology 2014;28(5):634-644.
  31. Howe N, Recchia H. Individual differences in sibling teaching. Early Education and Development 2009;20:174-197.
  32. Howe N, Recchia H, DellaPorta S, Funamoto A. “The driver doesn’t sit, he stands up like the Flintstones!”: Sibling teaching during teacher-directed and self-guided tasks. Journal of Cognition and Development 2012;13:208-231.
  33. Kramer L. Learning emotional understanding and emotion regulation through sibling interaction. Early Education and Development 2014;25:160-184. 
  34. Meunier JC, Roskam I, Stievenart M, Van DMG, Browne DT, Wade M. Parental differential treatment, child's externalizing behavior and sibling relationships: Bridging links with child's perception of favoritism and personality, and parents' self-efficacy. Journal of Social and Personal Relationships 2012;29:612-638.
  35. Volling BL. The family correlates of maternal and paternal perceptions of differential treatment in early childhood. Family Relations 1997;46:227-236.
  36. Harrist A, Achacoso JA, John A, Pettit GS, Bates JE, Dodge KA. Reciprocal and complementary sibling interactions: Relations with socialization outcomes in the kindergarten classroom. Education and Development 2014;25:202-222.
  37. Maynard AE. Cultures of teaching in childhood: Formal schooling and Maya sibling teaching at home. Cognitive Development 2004;19:517–535.
  38. Maynard AE. Cultural teaching: The development of teaching skills in Maya sibling interactions. Child Development 2002;73:969-982. 
  39. Gamble WC, Yu JJ. Young children’s sibling relationship interactional types: Associations with family characteristics, parenting, and child characteristics. Education and Development 2014;25:223-239. 
  40. Pérez-Granados DR, Callanan MA. Parents and siblings as early resources for young children’s learning in Mexican-descent families. Hispanic Journal of Behavioral Sciences 1997;19:3-33.
  41. Modry-Mandell KL, Gamble WC, Taylor AR. Family emotional climate and sibling relationship quality: Influences on behavioral problems and adaptation in preschool-aged children. Journal of Child and Family Studies, 2007;16:61–73.
  42. Volling BL, Belsky J. The contribution of mother-child and father-child relationships to the quality of sibling interaction: A longitudinal study. Child Development 1992;63(5):1209-1222.
  43. Corter C, Abramovitch R, Pepler DJ. The role of the mother in sibling interaction. Child Development 1983;54(6):1599-1605.
  44. Dunn J, Creps C. Children's family relationships between two and five: Developmental changes and individual differences. Social Development 1996;5(3):230-250.
  45. Dunn J, Kendrick C. The speech of two-year-olds and three-year-olds to infant siblings: "Baby talk" and the context of communication. Journal of Child Language 1982;9(3):579-595.
  46. Howe N, Fiorentino LM, Gariepy N. Sibling conflict in middle childhood: Influence of maternal context and mother-sibling interaction over four years. Merrill Palmer Quarterly 2003;49(2):183-208.
  47. Stewart RB, Mobley LA, Van-Tuyl SS, Salvador MA. The firstborn's adjustment to the birth of a sibling: A longitudinal assessment. Child Development 1987;58(2):341-355.
  48. Richmond MK, Stocker CM, Rienks SL. Longitudinal associations between sibling relationship quality, parental differential treatment, and children's adjustment. Journal of Family Psychology 2005;19:550-559.
  49. Gass K, Jenkins J, Dunn J. Are sibling relationships protective? A longitudinal study. Journal of Child Psychology and Psychiatry 2007;48:167-175.
  50. Brody GH, Stoneman Z, McCoy JK. Associations of maternal and paternal direct and differential behavior with sibling relationships: Contemporaneous and longitudinal analyses. Child Development 1992;63(1):82-92.
  51. Hughes C, Fujisawa KK, Ensor R, Lecce S, Marfleet R. Cooperation and conversations about the mind: A study of individual differences in 2-year-olds and their siblings. British Journal of Developmental Psychology 2006;24:53–72.
  52. Howe N, Petrakos H, Rinaldi CM. "All the sheeps are dead. He murdered them": Sibling pretense, negotiation, internal state language, and relationship quality. Child Development 1998;69(1):182-191.
  53. Leach J, Howe N, DeHart G.  “An earthquake shocked up the land!”: Play with siblings and friends. Social Development. In press.
  54. Howe N, Bruno A. Sibling pretend play in middle childhood: The role of creativity and maternal context. Early Education and Development 2010;21:1-23.
  55. Cutting AL, Dunn J. Conversations with siblings and with friends: Links between relationship quality and social understanding. British Journal of Developmental Psychology 2006;24:73-87.
  56. Youngblade LM, Dunn J. Social pretend with mother and sibling: Individual differences and social understanding. In: Pellegrini AD, ed. The future of play theory: A multidisciplinary inquiry into the contributions of Brian Sutton-Smith. Albany, NY: State University of New York Press; 1995:221-239.
  57. Herrera C, Dunn J. Early experiences with family conflict: Implications for arguments with a close friend. Developmental Psychology 1997;33(5):869-881.
  58. Donelan-McCall N, Dunn J. School work, teachers, and peers: The world of first grade. International Journal of Behavioral Development 1997;21(1):155-178.
  59. Dunn J, Munn P. Sibling quarrels and maternal intervention: Individual differences in understanding and aggression. Journal of Child Psychology and Psychiatry and Allied Disciplines 1986;27(5):583-595.
  60. Siddiqui AA, Ross HS. How do sibling conflicts end? Early Education and Development 1999;10(3):315-332.
  61. Vuchinich S. Starting and stopping spontaneous family conflicts. Journal of Marriage and the Family 1987;49(3):591-601.
  62. Steinmetz SK. Family violence: Past, present, and future. In: Sussman MB, Steinmetz SK, eds. Handbook of marriage and the family. New York, NY: Plenum Press; 1987:725-765.
  63. Wiehe VR. Sibling abuse: Hidden physical, emotional, and sexual trauma. 2nd ed. Thousand Oaks, Calif: Sage Publications; 1997.
  64. Buist KL, Dekovic M, Prinzie P. Sibling relationship quality and psychopathology of children and adolescents: a meta-analysis. Clinical Psychology Review 2013;33(1):97-106.
  65. Gully KJ, Dengerink HA, Pepping M, Bergstrom DA. Research note: Sibling contribution to violent behavior. Journal of Marriage and the Family 1981;43(2):333-337.
  66. McGuire S, McHale SM, Updegraff K. Children’s perceptions of the sibling relationship in middle childhood: Connections within and between family relationships. Personal Relationships 1996;3:229–239.
  67. Kramer L, Baron LA. Parental perceptions of children's sibling relationships. Family Relations: Journal of Applied Family and Child Studies 1995;44(1):95-103.
  68. Brody GH, Stoneman Z. Sibling conflict: Contributions of the siblings themselves, the parent-sibling relationship, and the broader family system. Journal of Children in Contemporary Society 1987;19(3-4):39-53.
  69. Dreikurs R, Gould S, Corsini RJ. Family council: The Dreikurs Technique for putting an end to war between parents and children (and between children and children). Oxford, England: Henry Regnery; 1974.
  70. Felson RB. Aggression and violence between siblings. Social Psychology Quarterly 1983;46(4):271-285.
  71. Perlman M, Ross HS. The benefits of parent intervention in children's disputes: An examination of concurrent changes in children's fighting styles. Child Development 1997;68(4):690-700.
  72. Recchia HE, Howe N. Sibling relationship quality moderates the associations between parental interventions and siblings’ independent conflict strategies and outcomes. Journal of Family Psychology 2009;23:551-561.
  73. Ross H, Martin J, Perlman M, Smith M, Blackmore E, Hunter J. Autonomy and authority in the resolution of sibling disputes. In: Killen M, ed. Children's autonomy, social competence, and interactions with adults and other children: Exploring connections and consequences. San Francisco, Calif: Jossey-Bass; 1996:71-90.
  74. Siddiqui A, Ross H. Mediation as a method of parent intervention in children's disputes. Journal of Family Psychology 2004;18(1):147-159.
  75. Smith J. Effects of parent mediation on children's socio-cognitive skills and sibling conflict interactions [thesis or dissertation]. Waterloo, Ontario: Department of Psychology, University of Waterloo; 2004.
  76. Ross HS, Lazinski MJ. Parent mediation empowers sibling conflict resolution. Education and Development 2014;25:259-275.
  77. Ross HS. Parent mediation of sibling conflict: Addressing issues of fairness and morality. In Wainryb C, Recchia H, eds. Talking about right and wrong: Parent-child conversations as contexts for moral development. Cambridge, UK: Cambridge University Press; 2014:143-167.
  78. Kowal A, Kramer L. Children's understanding of parental differential treatment. Child Development 1997;68(1):113-126.
  79. Kowal AK, Krull JL, Kramer L. How the differential treatment of siblings is linked with parent-child relationship quality. Journal of Family Psychology 2004;18:658-665.
  80. Kowal A, Kramer L, Krull JL, Crick NR. Children's perceptions of the fairness of parental preferential treatment and their socioemotional well-being. Journal of Family Psychology 2002;16:297-306.
  81. Azmitia M, Hesser J. Why siblings are important agents of cognitive development: A comparison of siblings and peers. Child Development 1993;64(2):430-444.
  82. Brody GH, Stoneman Z, MacKinnon CE, MacKinnon R. Role relationships and behavior between preschool-aged and school-aged sibling pairs. Developmental Psychology 1985;21(1):124-129.
  83. Klein P, Feldman R, Zarur S. Mediation in a sibling context: The relations of older siblings' mediating behavior and younger siblings' task performance. Infant and Child Development 2002;11(4):321-333.
  84. Barr R, Hayne H. It's not what you know, it's who you know: Older siblings facilitate imitation during infancy. International Journal of Early Years Education 2003;11:7-21. 
  85. Dunn J, Kendrick C. Siblings: Love, envy, and understanding. Cambridge, MA: Harvard University Press; 1982.
  86. Howe N, Della Porta S, Recchia H, Funamoto A, Ross H.  “This bird can’t do it ‘cause this bird doesn’t swim in water”: Sibling teaching during naturalistic home observations in early childhood. Journal of Cognition and Development. Online 18 Oct 2013. DOI:10.1080/15248372.2013.848869
  87. Howe N, Brody M, Recchia H. Effects of task difficulty on sibling teaching in middle childhood. Infant and Child Development 2006;15:455-470.
  88. Recchia HE, Howe N, Alexander S. “You didn’t teach me, you showed me”: Variations in children’s approaches to sibling teaching. Merrill-Palmer Quarterly 2009;55:55-78.
  89. Howe N, Recchia H. Teachers and playmates: Reciprocal and complementary interactions between siblings. Journal of Family Psychology 2005;19, 497-502.
  90. Pérez-Granados DR, Callanan MA. Parents and siblings as early resources for young children’s learning in Mexican-descent families. Hispanic Journal of Behavioral Sciences 1997;19:3-33.
  91. Prime H, Perlman M, Tackett JL, Jenkins JM. Cognitive sensitivity in sibling interactions: Development of the construct and comparison of two coding methodologies. Education and Development 2014;25:240-258.
  92. Stewart RB, Marvin RS. Sibling relations: The role of conceptual perspective-taking in the ontogeny of sibling caregiving. Child Development 1984;55(4):1322-1332.
  93. Jenkins J. Sibling relationships in disharmonious homes: Potential difficulties and protective effects. In: Boer F, Dunn J, eds. Children's sibling relationships: Developmental and clinical issues. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates; 1992:125-138.  
  94. Perner J, Ruffman T, Leekam SR. Theory of mind is contagious: You catch it from your sibs. Child Development 1994;65(4):1228-1238.
  95. Dunn J, Slomkowski C, Beardsall L. Sibling relationships from the preschool period through middle childhood and early adolescence. Developmental Psychology 1994;30(3):315-324.
  96. Stillwell R, Dunn J. Continuities in sibling relationships: Patterns of aggression and friendliness. Journal of Child Psychology and Psychiatry and Allied Disciplines 1985;26(4):627-637.
  97. Kramer L. Experimental interventions in sibling relations. In: Conger RD, Lorenz FO, Wickrama KAS, eds. Continuity and change in family relations: Theory, methods, and empirical findings. Mahwah, NJ: Erlbaum; 2004:345-380.
  98. Kramer L, Radey C. Improving sibling relationships among young children: A social skills training model. Family Relations 1997;46(3):237-246.
  99. Kramer L. The essential ingredients of successful sibling relationships: An emerging framework for advancing theory and practice. Child Development Perspectives 2010;4:80-86.

Pour citer cet article :

Howe N, Recchia H. Les relations fraternelles et leur impact sur le développement des enfants. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Boivin M, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/relations-entre-pairs/selon-experts/les-relations-fraternelles-et-leur-impact-sur-le-developpement. Actualisé : Janvier 2015. Consulté le 18 juillet 2018.