Retour aux publications récentes

Interventions précoces visant à améliorer les relations entre les pairs et les compétences sociales des enfants de familles à faibles revenus

Patricia H. Manz, Ph.D., Christine M. McWayne, Ph.D.

Lehigh University, États-Unis, New York University, États-Unis

Janvier 2005

Introduction

La compétence sociale se définit par les capacités des enfants de développer des relations positives avec les adultes et les autres enfants.1 Il est reconnu que le développement des enfants, dans tous les domaines du fonctionnement, est influencé par cette habileté à établir et à maintenir des relations positives, cohérentes et fondamentales avec les adultes et les pairs.2 Les éducateurs de jeunes enfants et les chercheurs dans ce domaine réalisent que la compétence sociale est un domaine complexe du développement, qu’il comporte de multiples facettes et qu’il inclut des habiletés comme la régulation des émotions, la communication efficace, la capacité à adopter le point de vue des autres, la résolution de problèmes et de conflits et le développement de relations positives avec les pairs.3

Sujet

Pour les enfants d’âge préscolaire, la gestion efficace des relations avec les pairs représente une importante tâche développementale et constitue l’indicateur principal de la maturité scolaire. Les jeux commencés par l’enfant pendant les années préscolaires fournissent un contexte développemental dynamique dans lequel cette compétence est manifeste.4 Des études ont souligné les associations importantes entre les interactions positives de jeux entre les pairs et le développement d’autres compétences de la maturité scolaire, comme les habiletés émergentes d’alphabétisation, les démarches qui concernent l’apprentissage et l’autorégulation.5,6 Par exemple, en jouant à faire semblant, les enfants développent des habiletés de mémoire et de narration d’histoires qui contribuent à l’alphabétisation émergente.6 De plus, le fait de maintenir des interactions de jeu efficaces avec les pairs demande à l’enfant d’exercer un autocontrôle et une foule d’autres comportements importants qui peuvent influencer l’apprentissage scolaire, comme par exemple la coopération, l’attention et la persévérance.7,4 Les enfants qui développent des relations positives avec leurs pairs pendant les années préscolaires sont plus susceptibles de mieux s’adapter à la maternelle et d’avoir des résultats sociaux et scolaires positifs à l’école primaire et secondaire.8-10

Problèmes

En revanche, les mauvaises relations entre les pairs pendant l’enfance sont associées à des conséquences négatives pendant les périodes ultérieures du développement et à l’âge adulte.11,12 Les problèmes avec les pairs ont été reliés à une moins bonne réussite scolaire, aux troubles de mémorisation, à l’absentéisme et à l’inadaptation affective.13-19 Alors que l’acceptation de la part des pairs incite les enfants à s’engager dans les activités de la classe, le conflit et le rejet peuvent anéantir la motivation des enfants.20-22 Les enfants de familles à faibles revenus sont plus susceptibles que leurs pairs plus favorisés de vivre des difficultés précoces à l’école, y compris des problèmes comportementaux et affectifs, ainsi qu’une faible réussite scolaire,23,24 et sont donc plus à risque de difficultés continues tout au long de leur scolarité, comme le redoublement et le décrochage scolaire.25

Contexte de la recherche

Jusqu’à présent, les approches les plus couramment étudiées et utilisées pour améliorer la compétence sociale chez les enfants comprennent : a) une formation explicite en habiletés sociales, ou b) l’enseignement aux enfants d’un processus de résolution de problèmes sociaux visant à concevoir des solutions prosociales à des conflits interpersonnels. Dans l’ensemble, les évaluations des programmes de formation aux habiletés sociales n’ont pas démontré de résultats positifs, surtout lorsque l’on examine l’acceptation sociale et la généralisation au jeu des enfants dans les contextes naturels.26,27 Bien que les programmes de formation en résolution de conflits soient efficaces pour améliorer la conscience des enfants de l’existence de solutions de remplacement en cas de conflits interpersonnels et pour réduire les problèmes de comportement, ces programmes ne favorisent pas explicitement les comportements positifs de jeu entre les pairs.28 Ainsi, les interventions généralement disponibles n’abordent pas suffisamment l’expression développementale fondamentale de la compétence sociale chez les enfants d’âge préscolaire pour ce qui est des comportements entre pairs.

Dans la documentation de recherche, on prête guère attention à la sensibilité culturelle des interventions en compétence sociale destinées aux jeunes à faibles revenus.29 On ne dispose que d’une connaissance limitée de l’interface unique de la culture des comportements de jeu des enfants avec leurs pairs. Ce problème est aggravé par le fait que les interventions en compétence sociale sont principalement mises au point par des experts, qui ne participent pas aux programmes destinés aux jeunes enfants ou qui ne sont pas membres des communautés où les interventions sont implantées. Ainsi, les compétences sociales ciblées peuvent très bien ne pas être valorisées dans les cultures des enfants et des familles.30 Les interventions développées en partenariat avec les parties concernées (par exemple, les éducateurs en petite enfance, les familles), représentent une alternative prometteuse qui offre la possibilité de mettre en place de programmes d’intervention durables et significatifs sur le plan culturel.31

En partenariat avec Head Start, Fantuzzo et ses collègues ont introduit l’application des interventions de jeu entre pairs dans les programmes d’éducation précoces destinés aux jeunes enfants d’âge préscolaire et provenant de familles à faibles revenus.32 Les interventions qui portent sur le jeu entre les pairs font partie des occasions de jeu naturelles et de routine et ont recours aux pairs plutôt qu’aux adultes pour faciliter l’acquisition d’habiletés sociales chez les enfants. L’intervention Play Buddy inclut le pairage d’enfants d’âge préscolaire socialement isolés (Play Partners) avec des enfants socialement efficaces (Play Buddies) lors des multiples occasions de jeu libre au sein de la classe et l’identification d’un membre de la famille (Play Supporter) pour soutenir les stratégies proactives du Play Buddy quand il commence à jouer avec le Play Partner. Dans son ensemble, le partenariat entrele personnel de Head Start et les familles dans le développement des programmes, la confiance envers les contextes naturels pour définir et obtenir des comportements positifs de jeu et le fait d’incorporer des aidants naturels lors de la mise en place de l’intervention enrichissent la pertinence de cette intervention pour les enfants de divers milieux culturels et socioéconomiques.

Questions clés pour la recherche

Le principal défi pour les chercheurs en petite enfance est d’acquérir des connaissances sur l’interface de diverses valeurs culturelles et compétences sociales. À ce jour, les enfants caucasiens de la classe moyenne sont plus souvent l’objet de recherche sur l’intervention et ils représentent souvent la norme pour évaluer les comportements sociaux appropriés.33 En conséquence, on ne peut supposer que les pratiques d’évaluation et d’intervention soient significatives et efficaces pour les enfants de différentes origines culturelles et socioéconomiques. On devrait plutôt les examiner empiriquement en fonction des populations particulières et explorer les diverses façons culturellement sensibles de développer et de fournir des services. Bien que l’intervention Play Buddy semble efficace pour soutenir les comportements de jeu entre pairs, fondamentaux pour le développement des enfants de familles à faibles revenus, l’évaluation de ce programme a porté sur les comportements de jeu entre pairs en classe. Les recherches futures devraient étendre leurs axes afin d’examiner les effets de l’acquisition des comportements prosociaux de jeu entre pairs sur les relations et les comportements des enfants dans des contextes familiaux et communautaires.34 De plus, des évaluations longitudinales sont nécessaires afin de documenter les bienfaits de l’intervention à long terme.

Récents résultats de recherche

Les approches traditionnelles visant à améliorer les compétences sociales n’ont pas suffisamment abordé la construction unique, et fondamentale pour le développement, du jeu entre les pairs chez les enfants d’âge préscolaire. De plus, en ce qui concerne le développement et l’évaluation des programmes d’intervention en compétence sociale, les valeurs culturelles particulières inhérentes aux populations ethniques minoritaires d’enfants d’âge préscolaire et à faibles revenus ont été négligées. Cependant, en utilisant une approche novatrice pour développer des interventions en compétence sociale en partenariat avec les familles et les éducateurs de jeunes enfants, Play Buddy semble être une intervention prometteuse pour les enfants d’âge préscolaire à faibles revenus. Des essais aléatoires sur le terrain ont démontré l’efficacité de cette intervention et ont montré que chez les jeunes enfants, les améliorations des interactions positives de jeu entre pairs se généralisaient à leurs expériences dans le milieu naturel de la classe.34-35 Ces résultats mettent en lumière l’importance d’inclure les interventions dans les contextes naturels des jeunes enfants, en utilisant des adultes et des enfants qui leur sont familiers, lors de la mise en place du programme d’intervention, et de travailler en partenariat pour assurer la pertinence développementale et culturelle de l’axe de l’intervention.

Conclusions

Les années préscolaires sont fondamentales pour le développement des compétences sociales qui assureront le succès à l’école et ultérieurement. Pendant cette période développementale, le jeu entre pairs constitue un contexte naturel et dynamique qui soutient l’acquisition de compétences sociales importantes chez l’enfant. Les interventions en compétence sociale qui font partie intégrante du contexte significatif du jeu semblent être les moyens les plus efficaces d’améliorer les interactions de jeu entre pairs chez les enfants aux prises avec des difficultés de compétences sociales. De plus, en développant et en mettant en place des interventions en partenariat avec des éducateurs de jeunes enfants et les familles, on améliore leur pertinence pour les enfants provenant de diverses cultures et de différents contextes socioéconomiques.

Implications

  • Les éducateurs et les familles de jeunes enfants devraient être inclus dans le développement, la sélection et la mise en place d’interventions en compétences sociales.
  • La recherche devrait examiner l’interface unique de la culture et des comportements de jeu des enfants, afin d’apporter des informations pour développer des pratiques culturelles appropriées.
  • La connaissance sur l’importance du jeu pour les jeunes enfants et les contextes permettant de promouvoir et de soutenir le jeu entre pairs devraient faire partie des pratiques éducatives des programmes destinés aux jeunes enfants à faibles revenus, comme par exemple Head Start.

Références

  1. Hart CH, Olsen SF, Robinson CC, Mandleco BL.  The development of social and communicative competence in childhood: Review and a model of personal, familial, and extrafamilial processes. In: Burleson BR, Kunkel AW, eds. Communication yearbook 20. Thousand Oaks, Calif: Sage Publications; 1997:305-373.
  2. Sroufe AL, Cooper RG, DeHart GB, Marshall ME, Bronfenbrenner U, eds. Child development: Its nature and course. 2nd ed. New York, NY: McGraw-Hill Book Company; 1992.
  3. Raver CC, Zigler EF.  Social competence: An untapped dimension in evaluating Head Start’s success. Early Childhood Research Quarterly 1997;12(4):363-385.
  4. Bredekamp S, Copple C, eds. Developmentally appropriate practice in early childhood programs. Rev. ed. Washington, DC: National Association for the Education of Young Children; 1997.
  5. Fisher EP. The impact of play on development: A meta-analysis. Play & Culture 1992;5(2):159-181.
  6. Shonkoff JP, Phillips DA, eds. From neurons to neighborhoods: The science of early childhood development. Washington, DC: National Academy Press; 2000.
  7. Pelligrini AD, Galda L. Ten years after: A reexamination of symbolic play and literacy research. Reading Research Quarterly 1993;28(2):162-175.
  8. Creasey GL, Jarvis PA, Berk LE. Play and social competence. In: Saracho ON, Spodek B, eds. Multiple perspectives on play in early childhood education. SUNY series, early childhood education: Inquiries and insights. Albany, NY: State University of New York Press; 1998:116-143.
  9. Hampton V. Validation of the Penn Interactive Peer Play Scale (PIPPS) for urban kindergarten children. Philadelphia, Pa: University of Pennsylvania; 1999. Thèse de doctorat non publiée.
  10. Ladd GW, Kochenderfer BJ, Coleman CC. Friendship quality as a predictor of young children’s early school adjustment. Child Development 1996;67(3):1103-1118.
  11. Ladd GW, Price JM. Predicting children’s social and school adjustment following the transition from preschool to kindergarten. Child Development 1987;58(5):1168-1189.
  12. Denham SA, Holt RW. Preschoolers’ likability as cause or consequence of their social behavior. Developmental Psychology 1993;29(2):271-275.
  13. DeRosier M, Kupersmidt JB, Patterson CJ. Children’s academic and behavioral adjustment as a function of the chronicity and proximity of peer rejection. Child Development 1994;65(6):1799-1813.
  14. Buhs ES, Ladd GW. Peer rejection as antecedent of young children’s school adjustment: An examination of mediating processes. Developmental Psychology 2001;37(4):550-560.
  15. Hartup WW, Moore SG. Early peer relations: Developmental significance and prognostic implications. Early Childhood Research Quarterly 1990;5(1):1-17.
  16. Kupersmidt JB, Coie JD, Dodge KA. The role of poor peer relationships in the development of disorder. In: Asher SR, Coie JD, eds. Peer rejection in childhood. Cambridge studies in social and emotional development. New York, NY: Cambridge University Press; 1990:274-305.
  17. Ladd GW, Coleman CC. Children’s classroom peer relationships and early school attitudes: Concurrent and longitudinal associations. Early Education & Development 1997;8(1):51-66.
  18. Ialongo NS, Vaden-Kiernan N, Kellam S. Early peer rejection and aggression: Longitudinal relations with adolescent behavior. Journal of Developmental & Physical Disabilities 1998;10(2):199-213.
  19. Parker JG, Asher SR. Peer relations and later personal adjustment: Are low-accepted children at risk? Psychological Bulletin 1987;102(3):357-389.
  20. Birch SH, Ladd GW. Interpersonal relationships in the school environment and children’s early school adjustment: The role of teachers and peers. In: Juvonen J, Wentzel KR, eds. Social motivation: Understanding children’s adjustment. New York, NY: Cambridge University Press; 1996:199-225.
  21. Ladd GW, Buhs ES, Seid M. Children's initial sentiments about kindergarten: Is school liking an antecedent of early classroom participation and achievement? Merrill-Palmer Quarterly 2000;46(2):255-279.
  22. Wentzel KR. Social-motivational processes and interpersonal relationships: Implications for understanding motivation at school. Journal of Educational Psychology 1999;91(1):76-97.
  23. Duncan GJ, Brooks-Gunn J, Klebanov PK. Economic deprivation and early childhood development. Child Development 1994;65(2):296-318.
  24. Weiss A, Fantuzzo JW. Multivariate impact of health and caretaking risk factors on the school adjustment of first graders. Journal of Community Psychology 2001;29(2):141-160.
  25. Alexander KL, Entwisle DR, Dauber SL. Children in motion: School transfers and elementary school performance. Journal of Educational Research 1996;90(1):3-12. 
  26. Odom SL, McConnell SR. Play time/social time: Organizing your classroom to build interaction skills. Tucson, Ariz: Communication Skill Builders; 1993.
  27. Gresham FM, Sugai G, Horner RH. Interpreting outcomes of social skills training for students with high-incidence disabilities. Exceptional Children 2001;67(3):331-344.
  28. Shure MB. I can problem solve (ICPS): Interpersonal cognitive problem solving for young children. Early Child Development and Care 1993;96:49-64.
  29. Roopnarine JL, Lasker J, Sacks M, Stores M. The cultural contexts of children’s play. In: Saracho ON, Spodek B, eds. Multiple perspectives on play in early childhood education. Albany, NY: State University of New York Press; 1998:149-219.
  30. Fantuzzo J, Coolahan KC, Weiss A. Resiliency partnership-directed intervention: Enhancing the social competencies of preschool victims of physical abuse by developing peer resources and community strengths. In: Cicchetti D, Toth SL, eds. Developmental perspectives on trauma: Theory, research, and intervention. Rochester, NY: University of Rochester Press; 1997:463-489.Rochester symposium on developmental psychology; vol. 8.
  31. Nastasi BK, Varjas K, Schensul SL, Silva KT, Schensul JJ, Ratnayake P. The Participatory Intervention Model: A framework for conceptualizing and promoting intervention acceptability. School Psychology Quarterly 2000;15(2):207-232.
  32. Fantuzzo JW, Atkins MS. Resilient peer training: A community-based treatment to improve the social effectiveness of maltreating parents and preschool victims of physical abus. Washington, DC: National Center on Child Abuse and Neglect; 1995. Publication No. 90-CA-147103.
  33. Fantuzzo JW, McWayne C, Cohen HL. Peer play in early childhood. In: Fisher CB, Lerner RM, eds. Applied developmental science: An encyclopedia of research policies and programs. Thousand Oaks, Calif: Sage; Sous presse.
  34. Fantuzzo JW, Manz PH, Atkins M, Meyers R. Peer-mediated treatment of socially withdrawn maltreated preschooler: Cultivating natural community resources. Journal of Clinical Child and Adolescent Psychology. Sous presse.
  35. Fantuzzo JW, Sutton-Smith B, Atkins M, Meyers R, Stevenson H, Coolahan K, Weiss A, Manz PH. Community-based resilient peer treatment of withdrawn maltreated preschool children. Journal of Consulting and Clinical Psychology 1996;64(6):1377-1386.

Pour citer cet article :

Manz PH, McWayne CM. Interventions précoces visant à améliorer les relations entre les pairs et les compétences sociales des enfants de familles à faibles revenus. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Boivin M, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/relations-entre-pairs/selon-experts/interventions-precoces-visant-ameliorer-les-relations-entre-les. Publié : Janvier 2005. Consulté le 14 octobre 2019.