Retour aux publications récentes

La violence physique à l’égard des enfants : un tour d’horizon

Cindy W. Christian, M.D.

University of Pennsylvania, États-Unis

Février 2012

Introduction

Le contexte social dans lequel un enfant évolue a une incidence profonde sur sa santé et son bien-être. Pour les enfants des quatre coins du monde, peu de problèmes d’ordre social causent autant de torts à leur santé que la violence et la négligence. Peu importe le type de maltraitance infligée à un enfant, elle peut avoir des répercussions physiques et psychologiques importantes pour le reste de la vie.1 Bien qu’elle paraisse simple, la définition de la violence physique est variable. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la violence physique envers un enfant s’entend de l’usage intentionnel de la force physique qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un préjudice pour la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité.2 Du point de vue juridique, pour qu’il y ait eu violence physique, il doit y avoir eu des préjudices physiques; du point de vue gouvernemental, les définitions données à la violence et à la négligence ne sont pas uniformes. Certaines définitions de la violence physique ne comprennent pas l’intention de l’auteur de l’acte, tandis que d’autres portent sur les motifs au lieu du type de blessures.3 De plus, les définitions de la violence physique sont établies en fonction de la culture; ce qui est jugé violent dans une société ne l’est pas nécessairement dans une autre.4,5 Dans bien des sociétés, le recours à la violence physique à l’égard des enfants comme mesure disciplinaire est accepté par les enfants, sanctionné par les institutions publiques (telles que les écoles) et permis par la loi.

Il n’y a pas d’estimations fiables à l’échelle mondiale sur la prévalence de la violence physique. En plus des difficultés posées par le manque d’uniformité dans les définitions, dans bien des pays, on ne recueille pas de données épidémiologiques. Dans les pays qui gardent un suivi de la maltraitance à l’égard des enfants, les rapports officiels ne reflètent pas la véritable prévalence.6,7,8 La mesure de la violence physique est remplie de défis sur le plan méthodologique. L’incidence et la prévalence vont varier selon la méthode de surveillance utilisée pour définir et dépister le problème.9 Nombre d’enfants maltraités ne sont pas portés à l’attention des organismes publics et ne figurent par conséquent pas dans les statistiques officielles. Même quand les enfants violentés sont amenés chez des professionnels de la santé ou de la protection de l’enfance, il se peut que les personnes en place pour aider l’enfant ne reconnaissent pas ou ignorent la violence.10,11 On estime qu’environ 40 millions d’enfants dans le monde sont victimes de maltraitance, et la recherche récente sur les populations suggère qu’environ 125 enfants américains sur 1 000 se trouvent dans la même situation.12,13

La violence à l’égard des enfants est provoquée par une interaction complexe entre la personne, la famille et les facteurs de risque sociaux. On croit généralement qu’un certain nombre de variables augmentent le risque de violence physique envers les enfants, notamment la pauvreté, la toxicomanie, la monoparentalité, la composition du ménage, le bas âge de la mère, la dépression parentale ou d’autres maladies mentales chez les parents, ainsi que la violence familiale.14-19 Il y a des données sur les facteurs de risque liés à des formes particulières de violence physique. Par exemple, le plus souvent, les traumatismes crâniens imputables à la violence sont causés par des hommes,20 et le taux de mortalité infantile attribuable à la violence est exceptionnellement élevé chez les jeunes enfants vivant dans un ménage où habite un adulte non apparenté.21 Bien que l’association entre certains de ces facteurs de risque et la maltraitance des enfants soit claire, il faut que les facteurs de risque soient vus comme des indicateurs au sens large, et non pas des déterminants individuels solides de violence. Il est aussi important de comprendre l’épidémiologie de la violence envers les enfants afin d’élaborer des politiques gouvernementales ainsi que des stratégies d’intervention et de prévention. Malgré cela, un professionnel de la santé ne peut pas se fier aux facteurs de risque fondés sur la population pour déterminer si l’enfant sous ses yeux est victime de violence physique.

Répercussions de la violence physique envers les enfants

Les victimes de violence courent un risque élevé d’avoir une mauvaise santé, non seulement à cause des traumatismes physiques qui leur ont été infligés, mais aussi du taux élevé d’autres facteurs de risque sociaux afférents.22 Les enfants violentés ont un taux élevé de problèmes de croissance, de troubles de vision et de santé buccodentaire non traités, de maladies infectieuses, de retards de développement, de troubles de santé mentale et de comportement, d’activité sexuelle précoce et à risque, et d’autres maladies chroniques, mais les réseaux de protection de l’enfance et les systèmes de santé ne répondent traditionnellement pas aux besoins en matière de santé des enfants à charge.23-33 Par comparaison aux enfants en milieu d’accueil, les enfants violentés qui demeurent dans leur foyer manifestent un même taux élevé de besoins liés à la santé physique, au développement et à la santé mentale.34

Les formes, les schémas et la gravité de la violence physique envers les enfants varient en fonction de l’âge. Bien que la violence physique soit plus courante chez les enfants plus âgés, les victimes les plus jeunes – les nourrissons et les tout-petits – ont le taux de mortalité associée à la violence physique le plus élevé.35 Elles sont les plus vulnérables en raison de leur immaturité sur le plan physique et de leur relative invisibilité sur le plan social.2 La morbidité causée par la violence physique est élevée chez les jeunes victimes, en raison des conséquences physiques des traumatismes ainsi que des répercussions physiques et psychologiques sur le développement du cerveau durant la petite enfance.

Les conséquences pour la santé publique de la violence physique envers les enfants sont considérables, et perdurent jusqu’à l’âge adulte. Des études rétrospectives et prospectives récentes ont montré de fortes associations entre des événements traumatiques cumulatifs durant l’enfance, tels que la maltraitance et le dysfonctionnement familial, et des maladies physiques à l’âge adulte, telles que la cardiopathie, les maladies du foie, les affections auto-immunes et les infections transmissibles sexuellement.36-41 La maladie mentale et la consommation de médicaments psychotropes sont aussi supérieures chez les adultes qui ont été violentés durant l’enfance.42-45

Les nouvelles études scientifiques améliorent nos connaissances sur les voies biologiques causales de ces associations solides.46 Les traumatismes durant la petite enfance, y compris la violence physique, mènent à la sécrétion d’hormones de stress, comme le cortisol et l’adrénaline, qui sont normalement protectrices, mais qui peuvent devenir toxiques en cas de traumatismes graves ou persistants.47,48 Ces hormones de stress régulent les circuits neuronaux qui sont importants pour moduler la réaction au stress et qui, au fil du temps, sont associés à des changements structurels et fonctionnels du cerveau et d’autres organes. Influencés aussi par les épigénomes, ces changements sont liés à une dégradation de la capacité de l’enfant à régir à de futurs agents de stress biologique et environnemental. Ils augmentent également le risque de maladie physique et mentale à l’âge adulte.49-52 Ces nouvelles recherches font ressortir la nécessite d’élaborer et de mettre à l’essai des stratégies énergiques de prévention et d’intervention précoce pour les enfants qui ont été victimes de violence physique grave.

Reconnaissance de la violence physique

Les blessures causées par la violence ne sont pas toujours apparentes ni diagnostiquées, et il peut être difficile de déterminer un cas de violence physique à l’égard d’un enfant. L’histoire fournie par les parents ou un autre adulte responsable est souvent inexacte, soit parce que l’adulte n’est pas au courant de ce qui s’est véritablement passé, soit parce qu’il est l’auteur de la violence et ne veut pas fournir un compte rendu juste des événements. Les victimes d’un acte de violence physique grave sont souvent trop jeunes ou en trop mauvais état pour raconter leur agression. Si elles sont assez âgées, il se peut qu’elles aient peur de le faire. Les auteurs de l’acte de violence pourraient raconter une fausse version des faits à un médecin sans méfiance. Pour identifier et protéger les enfants violentés, il faut toujours avoir la puce à l’oreille. Les blessures chez des nourrissons qui ne marchent pas, celles qui sont inexpliquées par l’histoire rapportée, celles qui sont multiples ou qui présentent un schéma, et celles qui atteignent plusieurs organes devraient toujours soulever des doutes. Les blessures causées par la violence envers les enfants se remarquent le plus souvent sur la peau, mais les blessures les plus graves se situent au cerveau, à l’abdomen et aux organes internes.53,54 Une seule blessure ne mène pas à un diagnostic de violence, mais certains schémas de traumatisme peuvent être grandement indicateurs de maltraitance. Il est toutefois important de reconnaître qu’il y a un diagnostic différentiel pour toute blessure possible. En conséquence, il faut une évaluation objective et exhaustive avant de diagnostiquer avec une assez grande certitude un cas de violence.55

Implications pour les politiques

La violence physique envers les enfants constitue un problème social qui affecte de grands segments de la population pédiatrique dans le monde. Bien que les effets directs de la violence physique sur la santé des enfants soient documentés, que l’on sache que les traumatismes durant la petite enfance sont un prédicteur prépondérant de la morbidité adulte et de la mortalité précoce, et que les coûts du financement des systèmes sociaux et juridiques nécessaires pour faire enquête sur les cas de violence, pour protéger les enfants, pour tenir les auteurs responsables et pour traiter les familles affectées soient énormes, les ressources publiques disponibles n’ont pas abordé le problème de manière satisfaisante. Les organismes de protection de l’enfance aux États-Unis continuent à recevoir le signalement de plus de trois millions de cas soupçonnés de violence par année, mais ils ne mènent une enquête que pour environ les deux tiers d’entre eux.56 Après enquête, une minorité de rapports mènent à la confirmation de la violence10 et les traitements efficaces pour l’enfant et la famille sont limités. À n’importe quel moment, plus d’un demi-million d’enfants américains se retrouvent en foyer d’accueil et, annuellement, plus de 800 000 enfants transitent par le système d’accueil.57 Près de 30 000 jeunes adultes quittent le système d’accueil sans avoir noué une relation de famille durable.58 Malgré les milliards de dollars affectés annuellement aux services de protection de l’enfance à domicile pour les familles violentes et négligentes et pour les placements en milieu familial,59 l’efficacité des services normaux de protection de l’enfance reste en grande partie non prouvée.

Les données sur la prévention, le repérage précoce et le traitement sont éloquentes, mais les enfants n’ont pas d’influence politique, et les solutions requièrent des programmes complets bénéficiant d’une véritable collaboration entre la protection à l’enfance, les autorités policières, les tribunaux, la santé et l’éducation. Peu de programmes de prévention ont subi d’évaluation rigoureuse et seulement quelques-uns se sont avérés efficaces.60,61 Les programmes de prévention du secteur de la santé, y compris les programmes de sensibilisation des parents visant à réduire le taux de traumatisme crânien causé par la violence, et l’amélioration des pratiques de soins ambulatoires des médecins pour aider les familles à réduire les facteurs de risque de maltraitance des enfants ont montré de bons résultats initiaux, mais il faut poursuivre l’évaluation.62,63 Des programmes de visite à domicile intensifs, tels que les programmes de visite par une infirmière pour les femmes venant d’avoir leur premier enfant, se sont montrés efficaces sur le plan clinique et économique pour prévenir la maltraitance.64,65 Toutefois, un programme de visite à domicile par une infirmière s’est avéré inefficace comme modèle de traitement pour les familles violentes et négligentes, ce qui fait ressortir l’importance de la prévention primaire ainsi que la nécessité d’évaluer rigoureusement les traitements possibles pour les familles violentes.66 Les services de protection de l’enfance sont traditionnellement structurés pour mener des interventions à court terme afin de suivre les familles pour éviter la récidive, d’offrir une formation aux parents et d’aider à faire l’aiguillage vers les services communautaires. La protection de l’enfance met l’accent sur la prévention de la récurrence de la violence, et moins sur la prévention des préjudices à l’enfant et à la famille, pourtant toutes d’importantes mesures de résultats. Peu de recherches ont porté sur les traitements pour réduire les préjudices chez les enfants qui ont été victimes de violence physique, mais quelques programmes, comme la thérapie d’interaction parents-enfant, se sont montrés prometteurs pour prévenir la récurrence de la violence physique.67,68

Les stratégies futures pour prévenir la violence physique envers les enfants et protéger ces derniers contre d’autres préjudices nécessitent une approche en matière de santé publique. La réduction du taux de maltraitance, le soutien aux familles en difficulté et l’amélioration du sort des victimes durant l’enfance et à l’âge adulte exigent des stratégies à l’échelle de la collectivité et une véritable collaboration entre les collègues des services de protection de l’enfance, des services juridiques, de l’éducation, de la santé et de la santé mentale afin de défendre des programmes qui ont été correctement mis à l’épreuve et qui se sont avérés efficaces. Enfin, il ne sera possible de réduire le nombre de cas de violence envers les enfants qu’une fois que les stratèges politiques seront convaincus qu’il vaut nettement mieux prévenir que guérir.

Références

  1. Felitti VJ, Anda RF, Nordenberg D, et al. Relationship of childhood abuse and household dysfunction to many of the leading causes of death in adults: the adverse childhood experiences (ACE) study. Am J Prev Med 1998;14:245-58.
  2. Butchart A, Harvey AP, Mian M, Furniss T. Preventing child maltreatment: a guide to taking action and generating evidence, World Health Organization. Available at: http://whqlibdoc.who.int/publications/2006/9241594365_eng.pdf. Accessed January 9, 2012.
  3. Southall DP, Samuels MP, Golden MH. Classification of child abuse by motive and degree rather than type of injury. Arch Dis Child. 2003;88(2):101–104.
  4. Runyan DK, Shankar V, Hassan F, Hunter WM, Jain D, Paula CS, Bangdiwala SI, Ramiro LS, Muñoz SR, Vizcarra B, Bordin IA. International variations in harsh child discipline. Pediatrics 2010;126(3):e701-11.
  5. Maker AH, Shah PV, Agha Z. Child physical abuse: prevalence, characteristics, predictors, and beliefs about parent-child violence in South Asian, Middle Eastern, East Asian, and Latina women in the United States. J Interpers Violence. 2005;20:1406-28.
  6. Theodore AD, Chang JJ, Runyan DK, Hunter WM, Bangdiwala SI, Agans R. Epidemiologic features of the physical and sexual mal- treatment of children in the Carolinas. Pediatrics. 2005;115(3).
  7. Herman-Giddens ME, Brown G, Verbiest S, et al. Underascertainment of child abuse mortality in the United States. JAMA 1999;282:463-7.
  8. Schnitzer PG, Covington TM, Wirtz SJ, Verhoek-Oftedahl W, Palusci VJ. Public Health Surveillance of Fatal Child Maltreatment: Analysis of 3 State Programs. Am J Public Health. 2008;98(2):296–303.
  9. Keenan HT, Leventhal JM. The evolution of child abuse research.  In RM Reece, CW Christian (Eds). Child Abuse Medical Diagnosis and Management, 3rd Ed. Elk Grove Village, IL: American Academy of Pediatrics; 2009:1-18.
  10. Gilbert R, Kemp A, Thoburn J, Sidebotham P, Radford L, Glaser D, Macmillan HL. Recognising and responding to child maltreatment. Lancet 2009;373:167-80.
  11. Sege RD, Flaherty EG. Forty years later: inconsistencies in reporting of child abuse. Arch Dis Child 2008;93:822-4.
  12. Krug EG, Mercy JA, Dahlberg LL, Zwi AB (eds). World Report on Violence and Health. World Health Organization, Geneva, 2002.
  13. Finkelhor D, Ormrod R, Turner H, Hamby SL. The victimization of children and youth: a comprehensive, national survey. Child Maltreatment 2005;10:5-25.
  14. Sedlak AJ, Mettenburg J, Basena M, Petta I, McPherson K, Greene A, Li S. Fourth National Incidence Study of Child Abuse and Neglect (NIS–4): Report to Congress. 2010 Washington, DC: U.S. Department of Health and Human Services, Administration for Children and Families.
  15. Chaffin M, Kelleher K, Hollenberg J. Onset of physical abuse and neglect: psychiatric substance abuse, and social risk factors from prospective community data. Child Abuse Negl 1996;20:191-203.
  16. Brown J, Cohen P, Johnson JG, Salzinger S. A longitudinal analysis of risk factors for child maltreatment: findings of a 17-year prospective study of officially recorded and self-reported child abuse and neglect. Child Abuse Negl 1998;22:1065-78.
  17. Walsh C, MacMillan HL, Jamieson E. The relationship between parental substance abuse and child maltreatment: findings from the Ontario Health Supplement. Child Abuse Negl 2003;27:1409-25.
  18. McGuigan WN, Pratt CC. The predictive impact of domestic violence on three types of child maltreatment. Child Abuse Negl 2001;25:869-83.
  19. Rumm PD, Cummings P, Krauss MR, Bell MA, Rivara FP. Identified spouse abuse as a risk factor for child abuse. Child Abuse Negl 2000;24:1375-81.
  20. Starling SP, Holden JR, Jenny C. Abusive head trauma: the relationship of perpetrators to their victims. Pediatrics 1995;95:259-62.
  21. Schnitzer PG, Ewigman BG. Child deaths from inflicted injuries: household risk factors and perpetrator characteristics. Pediatrics 2005;116:e687-93.
  22. Leslie LK, Gordon JN, Meneken L, Premji K, Michelmore KL, Ganger W. The physical, developmental, and mental health needs of young children in child welfare by initial placement type. J Dev Behav Pediatr 2005;26:177-85.
  23. Simms MD, Dubowitz H, Szilagyi MA. Health care needs of children in the foster care system. Pediatrics 2000;106:909-18.
  24. Chernoff R, Combs-Orme T, Risley-Curtiss C, Heisler A. Assessing the health status of children entering foster care. Pediatrics 1994;93:594-601.
  25. Hochstadt NJ, Jaudes PK, Zimo DA, Schacter J. The medical and psychosocial needs of children entering foster care. Child Abuse Negl 1987;2:53-62.
  26. Halfon N, Mendonca A, Berkowitz G. Health status of children in foster care. Arch Pediatr Adolesc Med 1995;149:386-92.
  27. Flaherty EG, Weiss H. Medical evaluation of abused and neglected children. Am J Dis Child. 1990;144:330-334.
  28. Steele JS, Buchi KF. Medical and mental health of children entering the Utah foster care system. Pediatrics 2008;122:e703-709.
  29. Jee SH, Barth RP, Szilagyi MA. Factors associated with chronic conditions among children in foster care. J Health Care for the Poor and Underserved 2006;17:328-31.
  30. Takayama JI, Wolfe E, Coulter KP. Relationship between reason for placement and medical findings among children in foster care. Pediatrics 1998;101:201-7.
  31. Ahrens KR, Richardson LP, Courtney ME, McCarty C, Simoni J, Katon W. Laboratory-diagnosed sexually transmitted infections in former foster youth compared with peers. Pediatrics 2010;126:e97-e103.
  32. Clausen JM, Landsverk J, Ganger W, Chadwick D, Litrownik A. Mental health problems of children in foster care. J Child Fam Stud 1998;7:283-96.
  33. McMillen JC, Zima BT, Scott LD Jr, Auslander WF, Munson MR, Ollie MT, Spitznagel EL. The prevalence of psychatric disorders among older youths in the foster care system. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 2005;44:88-95.
  34. Leslie LK, Gordon JN, Meneken L, Premji K, Michelmore KL, Ganger W. The physical, developmental, and mental health needs of young children in child welfare by initial placement type. J Dev Behav Pediatr 2005;26:177-85.
  35. Child Welfare Information Gateway. (2011). Child abuse and neglect fatalities 2009: Statistics and interventions. Washington, DC: U.S. Department of Health and Human Services, Children's Bureau.
  36. Hillis SD, Anda RF, Duve SR, Felitti VJ, Marchbanks PA, Marks JS. The association between adverse childhood experiences and adolescent pregnancy, long-term psychosocial consequences, and fetal death. Pediatrics 2004;113:320-7.
  37. Gilbert R, Widom CS, Browne K, Fergusson D, Webb E, janson S. Burden and consequences of child maltreatment in high-income countries. Lancet 2009;373:68-81.
  38. Dong M, Giles WH, Felitti VJ, Dube SR, Williams JE, Chapman DP, Anda RF. Insights into causal pathways for ischemic heart disease: adverse childhood experiences study. Circulation 2004;110:1761-66.
  39. Dube SR, Fairweather D, Pearson WS, Felitti VJ, Anda RF, Croft JB. Cumulative childhood stress and autoimmune disease. Psychom Med 2009;71, 243-50.
  40. Dong M, Dube SR, Felitti VJ, Giles WH, Anda RF. Adverse childhood experiences and self-reported liver disease: new insights into the causal pathway. Archives Internal Med, 2003;163:1949–56.
  41. Hillis SD, Anda RF, Felitti VJ, Nordenberg D, Marchbanks PA. Adverse childhood experiences and sexually transmitted diseases in men and women: a retrospective study. Pediatrics 2000;106:E11.
  42. Horwitz AV, WIdom CS, McLaughlin J, Whie HR. The impact of childhood abuse and neglect on adult mental health: a prospective study. J Health Soc Behav 2001;42:184-201.
  43. Schilling EA, Aseltine RH Jr, Gore S. Adverse childhood experiences and mental health in young adults: a longitudinal survey. BMC Public Health 2007;7:30.
  44. Edwards VJ, Holden GW, Anda RF, Felitti VJ. Experiencing Multiple Forms of Childhood Maltreatment and Adult Mental Health: Results from the Adverse Childhood Experiences (ACE) Study. Amer J Psychiatry 2003;160:1453–1460.
  45. Anda RF, Brown DW, Felitti VJ, Bremner JD, Dube SR, Giles WH. Adverse childhood experiences and prescribed psychotropic medications in adults. Am J Prev Med 2007 May;32:389–94.
  46. Shonkoff JP, Thomas Boyce W, McEwen BS. Neuroscience, molecular biology, and the childhood roots of health disparities: Building a new framework for health promotion and disease prevention. JAMA 2009;301:2252-9.
  47. McEwen BS. The protective and damaging effects of stress mediators. N Engl J Med 1998;338:171-9.
  48. McEwen BS. The neurobiology of stress: from serendipity to clinical relevance. Brain Res 2000;886:172-89.
  49. National Scientific Council on the Developing Child (2005). Excessive stress disrupts the architecture of the developing brain: Working Paper No. 3.
  50. Hanson JL, Chung MK, Avants BB, Shirtcliff EA, Gee JC, Davidson RJ, Pollak SD. Early stress is associated with alterations in the orbitofrontal cortex: A tensor-based morphometry investigation of brain structure and behavioral risk. J Neuroscience 2010;30:7466-72.
  51. Gunnar MR, Fisher PA; Early experience, stress, and Prevention Network. Bringing basic research on early experience and stress neurobiology to bear on preventive interventions for neglected and maltreated children. Dev Psychopathol 2006;18:651-77.
  52. National Scientific Council on the Developing Child (2010). Early experiences can alter gene expression and affect long-term development: Working Paper No. 10
  53. Reece RM, Christian CW (Eds). Child Abuse Medical Diagnosis and Management, 3rd Ed. American Academy of Pediatrics, Elk Grove Village, IL, 2009.
  54. Jenny C. Child abuse and neglect diagnosis, treatment and evidence. Saunders, St. Louis, 2011.
  55. Hymel KP, Boos S. Conditions mistaken for child physical abuse. In: RM Reece, CW Christian (Eds). Child abuse medical diagnosis and management, 3rd Ed. American Academy of Pediatrics, Elk Grove Village, IL, 2009, p. 227-255.
  56. Tumlin KC, Geen R. The decision to investigate: Understanding state child welfare screening policies and practices. The Urban Institute Assessing the New Federalism. Series A-38, May 2000.
  57. U.S. Department of Health and Human Services. The AFCARS Report: Preliminary Estimates for FY 2005 as of September 2006 [Online].  Administration for Children and Families, Administration on Children, Youth and Families.  Children’s Bureau.  Available at: http://www.acf.hhs.gov/programs/cb/stats_research/afcars/tar/report16.htm. Accessed January 9, 2012.
  58. Fostering Connections Resource Center. Available at: http://www.fosteringconnections.org/about_the_law?id=0001. Accessed January 9, 2012.
  59. Scarcella CA, Bess R, Zielewski EH, Warner L, Geen R. The cost of protecting vulnerable children IV. The Urban Institute Assessing the New Federalism, 2004.
  60. Fergusson DM, Grant H, Horwood LJ, Ridder EM. Randomized trial of the Early Start program of home visitation. Pediatrics 2005; 116: e803–09.
  61. Macmillan HL, Wathen CN, Barlow J, Fergusson DM, Leventhal JM, Taussig HN. Interventions to prevent child maltreatment and associated impairment. Lancet 2009;373:250-66.
  62. Dias MS, Smith K, DeGuehery K, Mazur P, Li V, Shaffer ML. Preventing abusive head trauma among infants and young children: a hospital-based, parent education program. Pediatrics 2005; 115: e470–77.
  63. Dubowitz H, Feigelman S, Lane W, Kim J. Pediatric primary care to help prevent child maltreatment: the Safe Environment for Every Kid (SEEK) model. Pediatrics 2009;123:858-64.
  64. Olds DL, Henderson CR, Chamberlin R, Tatelbaum R. Preventing child abuse and neglect: A randomized trial of nurse home visitation. Pediatrics 1986;78(1):65- 78.
  65. Olds DL, Eckenrode J, Henderson CR, et al. Long-term effects of home visitation on maternal life course and child abuse and neglect: Fifteen-year follow-up of a randomized trial. JAMA 1997;278:637-643.
  66. MacMillan HL, Tomas BH, Jamieson E, Walsh CA, Boyle MH, Shannon HS, Gafni A. Effectiveness of home visitation by public-health nurses in prevention of the recurrence of child physical abuse and neglect: a randomized controlled trial. Lancet 2005;365:1786-93.
  67. Barlow J, Johnston I, Kendrick D, Polnay L, Stewart-Brown S. Individual and group-based parenting programmes for the treatment of physical child abuse and neglect. Cochrane Database Syst Rev 2006; 3: CD005463.
  68. Chaffin M, Silovsky JF, Funderburk B, Valle LA, Brestan EV, Balachova T, Jackson S, Lensgraf J, Bonner BL. Parent-child interaction therapy with physically abusive parents: efficacy for reducing future abuse reports. J Consult Clin Psychol 2004; 72: 500–10.

Pour citer cet article :

Christian CW. La violence physique à l’égard des enfants : un tour d’horizon. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. MacMillan HL, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/maltraitance-des-enfants/selon-experts/la-violence-physique-legard-des-enfants-un-tour-dhorizon. Publié : Février 2012. Consulté le 12 décembre 2018.