Retour aux publications récentes

Plans de parentage suivant la séparation ou le divorce : considérations développementales

Marsha Kline Pruett, MSL, Ph.D.

Smith College School for Social Work, États-Unis

Septembre 2011

Introduction

Au cœur des préoccupations des parents qui se séparent et des tribunaux de la famille se trouve le dilemme suivant : comment supporter le rôle des deux parents dans la vie de l’enfant sans séparer arbitrairement en deux la vie et le temps de celui-ci? La résolution de ce dilemme requiert que les parents privilégient tous deux le bien-être de leur enfant lorsqu’ils décident de la façon dont les décisions majeures à son sujet seront prises (p. ex., soins médicaux, éducation), de la façon dont les responsabilités parentales et le temps passé avec l’enfant seront divisés et de la façon dont les conflits seront résolus lorsqu’ils surviendront. 

Problème

Bien qu'un plan de parentage soit requis lors d’un litige parental ou d’un divorce dans la plupart des états américains, il n’existe pas de lignes directrices standards spécifiques à l’âge des enfants pour le rédiger. En résultat, le développement des plans de parentage est souvent chargé des désirs, perceptions et croyances variables des parents à propos de la structure et des arrangements qui pourraient le mieux servir les intérêts de leur enfant

Comment la recherche peut-elle favoriser l’élaboration de plans parentaux qui s’harmonisent avec le développement de l’enfant? En fait, les résultats de recherche forment un guide pour créer un plan qui trouve un juste équilibre entre la stabilité et l’implication des deux parents, en fonction du stade de développement de l’enfant.

Contexte de la recherche

Nourrissons, tout-petits et enfants d’âge préscolaire

La théorie de l’attachement est centrale dans la recherche liée au divorce lors des premiers stades de développement de l’enfant. Les enfants développent un attachement sécurisé envers les donneurs de soins qui satisfont leurs besoins de manière cohérente et sensible. On croyait auparavant que les bébés développaient un attachement exclusif à un seul donneur de soin; nous savons maintenant qu’ils développent simultanément plusieurs relations significatives, par exemple avec un second parent. En fait, les enfants peuvent préférer un parent à l’autre à différents âges, alors que des préoccupations développementales spécifiques au stade de développement suivant émergent (p. ex., l’autonomie).1

De façon similaire, l’attachement est un thème omniprésent dans les plans de parentage pour les nourrissons et les tout-petits.2 Les bébés répondent de façon optimale lorsque les horaires sont prévisibles et lorsque les conduites parentales sont sensibles et adaptées à leur tempérament. Les parents ont plus de latitude pour établir des plans qui incluent de multiples transitions lorsque leurs enfants ont un tempérament facile et flexible. À ce stade du développement, les enfants ont besoin de contacts fréquents avec leurs deux parents, puisque leur sens du temps, leur mémoire et leur capacité à se rappeler du parent absent sont limités.3 Des contacts fréquents, quotidiens si possible, aident les parents qui ne résident pas avec leurs enfants à rester au fait de leurs routines en évolution. La coopération parentale en ce qui concerne la routine d’alimentation et de sommeil et le support lors des transitions vers l’autre parent aident l’enfant à développer un contrôle interne et des habiletés liées à l’autonomie et à l’exploration.

Une question clé des plans pour les enfants de moins de trois ans est l’âge auquel ils doivent commencer à dormir chez le parent qui ne réside pas normalement avec eux. La recherche pertinente est clairsemée et fréquemment mal citée en contexte légal.4 La régularité de l’horaire et la sensibilité émotionnelle des parents lors des transitions aident à faciliter l’adaptation des enfants; lorsqu’un conflit parental et une communication problématique sont évidents, ou que les mères sont inquiètes ou affligées, les nuits chez l’autre parent sont associées au bouleversement émotionnel et à la perte de contrôle chez les nourrissons et les tout-petits. À l’âge de quatre ans, les enfants qui dorment régulièrement chez le parent ne résidant pas avec eux montrent une meilleure adaptation comportementale et des relations père-enfant plus proches. Voir l’article de McIntosh sous le présent thème pour plus de détails.5

Enfant d’âge scolaire

Les enfants d’âge scolaire veulent appartenir à des groupes de pairs et ont une forte inclination envers la compétition et la maîtrise de défis intellectuels/cognitifs, physiques et sociaux. Ils valorisent hautement les règles et la justice et sont particulièrement enclins à prendre parti et à vivre des conflits de loyauté.4 Le développement de la moralité se produit à ce stade, les enfants apprenant à distinguer le bien du mal.

Les plans de parentage à cet âge facilitent un développement optimal lorsqu’ils favorisent au maximum la participation des deux parents, lorsqu’ils supportent les activités scolaires et parascolaires des enfants sans complication excessive due aux transitions d’un foyer à l’autre et lorsqu’ils gardent l’enfant à l’extérieur des conflits parentaux qui pourraient l’encourager à prendre parti. Il est important que les parents restent courtois entre eux pour que les enfants se sentent en sécurité dans leur relation avec leurs deux parents. Les parents doivent aussi respecter l’horaire établi, pour que les enfants puissent projeter des plans avec leurs pairs et planifier leurs activités sur une base régulière et cohérente.

Adolescence

Alors que l’identité émerge et se consolide à l’adolescence, les jeunes désirent à la fois appartenir à un groupe, être différents et être acceptés. Les pairs forment le groupe de référence pour les décisions et les activités quotidiennes, mais les parents gardent une grande influence sur les comportements qui touchent les études, le développement de relations saines et malsaines avec les pairs, les activités, l’utilisation du temps et les valeurs.

Les plans de parentage à ce stade fonctionnent le mieux lorsque les deux parents sont facilement accessibles pour l’enfant, particulièrement si l’un des parents a des problèmes de santé mentale ou qu’il n’arrive pas à assumer correctement son rôle disciplinaire. Les adolescents choisissent souvent de passer d’un foyer à l’autre de façon plus libre que les enfants plus jeunes,6 ce qui peut favoriser leur développement dans la mesure où il ne s’agit pas d’un stratagème pour éviter l’autorité et le contrôle parental.

Considérations parentales partagées

Au-delà des prises de décisions en commun et du temps passé avec l’enfant, d’autres composantes du coparentage fournissent des opportunités d’établir des plans de parentage sensibles au développement de l’enfant. Les composantes importantes incluent (a) la valorisation de l’importance de la contribution de l’autre parent à l’éducation de l’enfant; (b) la reconnaissance des différences de sexe qui amènent les parents à penser, ressentir et se comporter différemment lorsqu’il s’agit de l’éducation de l’enfant; et (c) la création d’une équipe de parents qui s’appuient mutuellement et présentent un front uni,7 par exemple devant les nouvelles expériences à l’adolescence. Le coparentage qui fonctionne ainsi comme une alliance peut contrer des pratiques parentales déficientes et améliorer la qualité des relations parent-enfant,8 supportant ainsi le sentiment de sécurité de l’enfant qui a été perturbé lors de la transition vers des ménages et unités familiales séparés.9

Les enfants dont la garde est conjointe, qu’elle soit définie comme le partage des décisions concernant l’enfant (garde conjointe légale) ou comme le partage du temps passé avec chaque parent (garde conjointe physique), tendent à être mieux adaptés après la séparation ou le divorce que leurs homologues dont la garde exclusive appartient à un seul parent. En effet, leurs parents rapportent moins de conflits.10 Il reste que le partage des responsabilités parentales et la séparation du temps dans deux foyers différents fonctionnent le mieux lorsque les parents coopèrent, particulièrement lorsque les enfants sont très jeunes ou d’âge scolaire.11,12

Implication des pères qui ne résident pas avec leurs enfants

Parce que les pères ont une contribution unique au développement sain de leur enfant12,13 et que leur implication tôt dans la vie de celui-ci favorise leur implication à long terme,14 les plans de parentage après la séparation ou le divorce devraient renforcer l’implication du père. L’implication du père auprès de ses enfants est souvent fonction de l’attitude et des attentes de la mère à propos du support qu’il apporte.15 Ainsi, l’évaluation de la mesure dans laquelle la mère restreint l’implication du père16,17,18,19 et des raisons pour lesquelles elle le fait conduisent à l’établissement de plans de parentage qui sont plus susceptibles de traverser le temps.

Lacunes de la recherche

C’est la qualité (et non la quantité) de temps passé avec l’enfant et des conduites parentales qui est le plus fortement liée à la proximité affective entre parent et enfant. Bien qu’une quantité minimale de temps soit nécessaire pour qu’il y ait suffisamment d’opportunités de créer et de maintenir la proximité, ce point minimal n’a pas été établi. De façon similaire, il n’a pas été établi qu’une garde partagée selon laquelle les enfants passent environ la moitié de leur temps avec chaque parent est favorable ou nuisible aux enfants en général; les considérations liées aux dynamiques familiales et individuelles sont plus importantes. La qualité des conduites parentales et la qualité des relations parent-enfant émergent dans toutes les études comme des facteurs centraux pour le développement de l’enfant, et jusqu’à maintenant les particularités des plans de parentage fournissent moins d’information utile que le contexte familial dans lequel le coparentage se déroule.

Conclusions

On devrait mettre plus d’accent sur l’établissement d’un plan qui permette aux deux parents de se sentir et d’agir de façon engagée et responsable envers leurs enfants que sur la quantité de temps comme telle consacrée à l’éducation de l’enfant. Lorsque les enfants sont jeunes, il faut privilégier la stabilité et la cohérence. Ces besoins deviennent plus flexibles lorsque l’enfant vieillit, mais ils dépendent aussi de son tempérament, de ses relations avec ses deux parents et d’autres facteurs. Les bénéfices de l’implication des deux parents sont réels tout au long du développement de l’enfant. Les nuits chez l’autre parent, les transitions fréquentes et le temps passé dans deux maisons différentes prennent une signification différente alors que les enfants se développent. La clé du succès est un plan de parentage qui nourrit le sentiment de sécurité de l’enfant sans pour autant sacrifier sa relation avec le parent qui ne réside pas avec lui (p. ex., le père). L’atteinte de cet équilibre passe par la mise en place de conditions de vie optimales pour les enfants mineurs, mais peut aussi mettre à l’épreuve notre conception de ces conditions optimales.

Implications

Des plans de parentage sont exigés dans la plupart des états. Ils contiennent des descriptions détaillées des modalités de garde partagée (où, quand), du processus de prise de décisions concernant l’éducation des enfants, leurs besoins médicaux, leurs activités et leur bien-être et des façons dont les conflits et les changements développementaux qui nécessitent des modifications au plan de parentage seront gérés dans le futur. Pour la plupart des jeunes enfants et pour les enfants plus âgés dont la mère assume le rôle parental primaire, il est plus facile de maintenir la relation mère-enfant après le divorce que la relation père-enfant. Les plans de parentage aident les pères et tous les parents qui ne résident pas avec leurs enfants à conserver une place importante dans leur vie.  

Plusieurs parents construisent leurs plans de parentage eux-mêmes, souvent avec les conseils de médiateurs familiaux ou d’autres professionnels formés pour les aider à négocier et s’entendre. Lorsque ce n’est pas possible, parce que le conflit entre les parents est élevé, que l’inquiétude quant à la capacité de l’autre parent à s’occuper adéquatement des enfants est grande ou que la présence de violence ou d’abus dans la famille rend les négociations injustes, déséquilibrées ou dangereuses, les tribunaux interviennent et déterminent les modalités finales par décret judiciaire. Dans ces cas, les parents ne devraient pas procéder à l’établissement d’un plan sans intervention professionnelle ou judiciaire. Lorsque les plans sont obtenus par médiation et non en cour, ils durent plus longtemps, facilitent l’adaptation de l’enfant et favorisent la proximité entre le père et l’enfant tout au long de la vie.20 Avec le temps, alors que les enfants gagnent en maturité et que leurs besoins changent, des modifications au plan sont nécessaires. Lorsque les problèmes surviennent, il est bénéfique, avant de chercher une intervention judiciaire, de consulter à nouveau un médiateur familial ou un coordonnateur parental21,22 qui puisse aider les parents à prendre leurs propres décisions quant aux changements à apporter au plan de parentage.

Le divorce entraîne une diminution des contacts avec l’enfant dont les parents, particulièrement les pères puisque ce sont souvent eux qui ne résident pas avec l’enfant, se désolent. Il reste que la transition vers un plan de parentage plus équilibré où les deux parents ont une place auprès de l’enfant peut prendre du temps. Si chaque parent a l’opportunité de prendre soin, d’éduquer, de jouer et de discipliner l’enfant et qu’il le connait intimement, la quantité exacte de temps passé avec chaque parent n’aura pas d’impact à long terme sur le développement de l’enfant. Finalement, c’est une erreur légale de penser que de bons plans de parentage peuvent et doivent rester permanents. Une telle idée ignore une règle de base du développement de l’enfant : les enfants vieillissent rapidement et de façon imprévisible, et chaque expérience compte.

Références

  1. Lamb ME, Lewis C. The development and significance of father-child relationships in two-parent families. In: Lamb, ME, ed. The role of the father in child development. 2nd ed. Hoboken, NJ: John Wiley & Sons; 2010: 94-153.
  2. Kline Pruett M. Applications of attachment theory and child development research to young children’s overnights in separated and divorced families. In: Kline Pruett M, ed. Overnights and young children: Essays from the Family Court Review. Madison, WI: Association of Family and Conciliation Courts; 2005: 5-12.
  3. Goldstein J, Solnit AJ, Goldstein S., Freud A. The best interests of the child: The least detrimental alternative. New York: Free Press; 1996.
  4. Kline Pruett MK, Cowan CP, Cowan PA, Diamond JS. Supporting father involvement in the context of separation and divorce. In: Kuehnle K, Drozd L, eds. Parenting plan evaluations: Applied research for the family court. Oxford, UK: Oxford University Press, in press. 
  5. McIntosh JE. Special considerations for infants and toddlers in separation/divorce: Developmental issues in the family law context. In: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Encyclopedia on Early Childhood Development [online]. Montreal, Quebec: Centre of Excellence for Early Childhood Development; 2011:1-6. Available at: http://www.child-encyclopedia.com/documents/McIntoshANGxp1.pdf. Accessed June 27, 2011.
  6. Buchanan CM, Maccoby EE, Dornbusch SM. Adolescents after divorce. Cambridge, MA: Harvard University Press; 1996.
  7. Pruett KD, Kline Pruett M. Partnership parenting. New York: De Capo; 2009.
  8. Feinberg ME, Kan ML. Establishing family foundations: Intervention effects on coparenting, parent/infant well-being, and parent-child relations. Journal of Family Psychology 2008; 22(2): 253-263.
  9. Nair H, Murray AD. Predictors of attachment security in preschool children from intact and divorced families. Journal of Genetic Psychology 2005; 166(3): 245-263.
  10. Bauserman R. Child adjustment in joint-custody versus sole-custody arrangements: A meta-analytic review. Journal of Family Psychology 2002; 16(1): 91–102.
  11. McIntosh JE, Wells YD, Smyth BM, Long CM. Child-focused and child-inclusive divorce mediation: Comparative outcomes from a prospective study of post-separation adjustment. Family Court Review 2008; 46(1): 105-124.
  12. Kline Pruett M, Barker R. Joint custody: A judicious choice for families – but how, when, and why? In: Galatzer-Levy RM, Kraus L, eds. The scientific basis of custody decisions. 2nd ed. New York: Wiley; 2009: 417-462.
  13. Pruett, KD. Fatherneed. New York: Free Press; 2000.
  14. McHale JP. Charting the bumpy road of coparenthood: Understanding the challenges of family life. Washington, DC: Zero to Three Press; 2007.
  15. Carlson MJ, McLanahan SS, Brooks-Gunn J. Coparenting and nonresident fathers’ involvement with young children after a nonmarital birth. Demography 2008; 45(2): 461-488.
  16. Allen SM, Hawkins AJ. Maternal gatekeeping: Mothers’ beliefs and behaviors that inhibit greater father involvement in family work. Journal of Marriage and the Family 1999; 61(1): 199-212.
  17. Fagan, J., & Barnett, M. The relationship between maternal gatekeeping, paternal competence, mothers’ attitudes about the father role, and father involvement. Journal of Family Issues 2003; 24(8): 1020-1043.
  18. Gaunt R. Maternal gatekeeping: Antecedents and consequences. Journal of Family Issues 2008; 29(3): 373-395.
  19. Pruett MK, Arthur LA, Ebling R. The hand that rocks the cradle: Maternal gatekeeping after divorce. Pace Law Review 2007; 27(4): 709-739.
  20. Emery RE. The truth about children and divorce. NY: Viking; 2004.
  21. Bacher N,  Fieldstone L, Jonasz J. The role of parenting coordination in the family law arena. Journal of American Family Law 2005; 19(2): 84-96.
  22. Sullivan M.J. Coparenting and the parenting coordination process. Journal of Child Custody 2008; 5 (1/2): 4-24.

Pour citer cet article :

Kline Pruett M. Plans de parentage suivant la séparation ou le divorce : considérations développementales. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Emery RE, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/divorce-et-separation/selon-experts/plans-de-parentage-suivant-la-separation-ou-le-divorce. Publié : Septembre 2011. Consulté le 10 décembre 2018.