Retour aux publications récentes

Incidences de l'emploi des parents et des congés parentaux sur la santé et sur le développement des enfants

Christopher J. Ruhm, Ph.D.

University of North Carolina at Greensboro et National Bureau for Economic Research, États-Unis

Mars 2007, 2e éd.

Introduction

Les premières années de la vie sont reconnues comme une période critique pour les enfants.1,2 Comme les jeunes enfants sont de plus en plus souvent élevés au sein de familles où la mère travaille, les parents sont susceptibles d’avoir moins de temps et d'énergie à consacrer à leurs enfants. Dans un tel contexte, le congé parental représente un moyen important d'aider les familles à trouver un meilleur équilibre entre les exigences du travail et du foyer. Depuis quelques années, on a consacré de nombreuses études aux incidences de l'emploi maternel pendant les premières années de la vie (l'emploi paternel a rarement été étudié). À l'inverse, alors qu'une certaine attention a été accordée aux effets des politiques relatives aux congés familiaux sur le marché du travail, on en sait beaucoup moins sur la relation entre les congés parentaux et la santé des enfants.

Objet

Entre 1980 et 1998, le taux de participation à la population active des mères américaines d'enfants de moins de 6 ans est passé de 47 % à 65 %.3 L'augmentation a été encore plus forte chez les mères de nourrissons, puisque ce taux est passé de 38 % à 59 % pendant la même période.4 Quand on y ajoute le phénomène de l’augmentation des ménages monoparentaux, ces changements indiquent que les parents ont moins de temps et d'énergie à investir dans leur progéniture. Puisqu'il est peu probable que la tendance à l'augmentation spectaculaire de la proportion des mères au travail ayant de très jeunes enfants s'inverse dans un proche avenir, on s'intéresse de plus en plus à l'adoption de politiques – telles que le congé parental – qui permettent de concilier famille et travail. Plus de 100 pays, y compris pratiquement toutes les nations industrialisées, ont adopté des politiques relatives aux congés parentaux.5 La plupart de ces pays accordent aux femmes au moins deux ou trois mois de congé payé pendant la période entourant l'accouchement. Par contre, les États-Unis n'ont obligé les entreprises à accorder des congés parentaux qu'en 1993, quand on a ordonné aux sociétés d'offrir aux personnes aux antécédents professionnels admissibles 12 semaines de congé sans solde, à la suite de la naissance d'un enfant ou pour divers problèmes de santé. Les défenseurs de ces droits estiment qu'ils améliorent la santé des enfants et la situation des femmes au travail et qu'ils doivent être reconnus par voie législative parce que le marché offre des congés de durée sous-optimale. Les critiques répliquent que les droits prescrits, en diminuant le rendement économique par les contraintes qu'ils imposent aux discussions ou aux échanges entre employeurs et employées, pourraient être particulièrement nuisibles aux possibilités d'emploi des femmes.

Problèmes

Il est difficile de mesurer l'effet sur les enfants de l'activité professionnelle de la mère ou du recours au congé parental. L'aspect le plus problématique tient aux différences qu'on observe entre les mères qui travaillent ou qui prennent congé quand leurs enfants sont jeunes et celles qui ne le font pas. Par exemple, selon Vandell et Ramanan,6 ce comportement est plus fréquent chez les femmes qui ont des niveaux d'instruction et d'aptitude cognitive élevés. En effet, si les mères qui travaillent sont hautement compétentes aussi bien au foyer que sur le marché du travail, le fait d'être employé risque d'être corrélé avec des conséquences positives pour les enfants, même s'il n'y a pas de lien causal à proprement parler. À l'inverse, une corrélation négative accidentelle pourrait exister lorsque les femmes qui retournent au travail après l'accouchement sont plus carriéristes et sont moins intéressées ou moins habiles pour ce qui est des tâches domestiques. Un des grands défis dans ce domaine de recherche consiste à réduire substantiellement sinon à éliminer totalement les biais dus aux contrôles inadéquats de ces sources d'hétérogénéité.

Contexte de la recherche

Les études récentes mettent l'accent sur les effets durables des influences environnementales précoces sur le développement du cerveau.7 Il y a de fortes chances que les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans la formation des aptitudes à apprendre, de l'estime de soi et de la sécurité affective. Par exemple, Heckman8 insiste sur l'importance des investissements en capital humain pendant la jeune enfance, et plus particulièrement sur le rôle des complémentarités dynamiques qui font en sorte que le développement précoce des aptitudes favorise les apprentissages ultérieurs. La documentation en psychologie et en sociologie attire l'attention sur l'existence d'autres voies, généralement complémentaires, par lesquelles les investissements parentaux peuvent influer sur les enfants. Belsky9 affirme que l'absence de la mère pendant la première année de la vie peut perturber l'attachement mère-enfant et priver l'enfant d'une stimulation qui favorise le développement cognitif. Selon Hoffman,10 le stress occasionné par le travail de la mère peut réduire la quantité et la qualité des interactions avec les enfants. Coleman11 s'inquiète du fait que les mères qui ont un emploi diminuent notre capital social, qui repose sur l'investissement affectif des femmes dans le développement de relations avec leurs enfants, à la maison. 

Questions clés pour la recherche

Parmi les questions importantes pour la recherche dans ce domaine, il y a lieu de se demander :

  1. si le fait que les parents travaillent pendant les premières années de la vie des enfants affecte le développement cognitif ou socio-affectif ou la santé des enfants à l'âge préscolaire et pendant les premières années de scolarité;
  2. si l'existence et l'utilisation des congés parentaux atténuent ou renforcent les effets du travail des parents sur le développement cognitif ou socio-affectif ou sur la santé des enfants; et
  3. si les conséquences de la prise de congés parentaux et du travail des parents varient en fonction de facteurs comme l’ethnie, le niveau d'instruction ou le statut matrimonial.

Résultats des études récentes

Les études sur les effets de l'emploi maternel sur le développement des enfants abondent (notamment en ce qui concerne le développement cognitif). Cependant, jusqu'à récemment, peu d'études ont apporté des correctifs pour tenir compte de la sélection non aléatoire en matière d'emploi ou d'heures de travail. D'après les meilleures analyses effectuées12-14 au début de la dernière décennie, l'emploi maternel pendant la petite enfance a des effets négatifs modérés, auxquels viennent s'opposer des bienfaits lorsque la mère travaille pendant la deuxième et la troisième année de la vie de l'enfant. Certaines analyses récentes, qui font appel à un plus grand nombre de contrôles et à des méthodes statistiques plus poussées de prise en compte de l'hétérogénéité,15-18 indiquent que les effets de l'emploi maternel pendant la petite enfance peuvent être plus nuisibles. Plus précisément, il semble que les effets négatifs du travail de la mère pendant la première année de la vie de l'enfant soient plus prononcés qu'on ne le pensait et que les bienfaits du travail maternel pendant les deux années suivantes soient, sinon inexistants, du moins moindres que semblaient indiquer les études antérieures. Bien que ces résultats laissent supposer que des politiques comme celles portant sur le congé parental pourraient être utiles, seules deux études ont cherché à déterminer si les congés familiaux sont associés à une meilleure santé chez les enfants. Les deux études ont trouvé des signes de bienfaits possibles. Winegarden et Bracy19 ont découvert que le droit au congé payé est en corrélation négative avec les taux de mortalité infantile. Cependant, les effets estimés étaient trop importants pour être plausibles, et ils étaient sensibles au traitement du remplacement du salaire pendant le congé. Une étude plus approfondie de Ruhm20 a confirmé que les congés payés étaient associés à des diminutions de taux de mortalité pendant la petite enfance et chez les jeunes enfants. Qui plus est, Ruhm a estimé que les congés payés risquent d'avoir un effet négatif beaucoup plus marqué sur la mortalité post-néonatale et sur les décès entre le premier et le cinquième anniversaire que sur la mortalité périnatale ou néonatale. Un tel phénomène serait prévisible s'il était démontré que les congés parentaux ont un effet causal.

Conclusions

La présence parentale pendant les premières années constitue un important investissement dans le développement de l'enfant. Les études récentes commencent à élucider le rôle joué par les parents, et insistent plus particulièrement sur l'importance de leur présence pendant la petite enfance. Par exemple, l'emploi maternel pendant la première année de la vie de l'enfant semble influer négativement sur les scores des enfants aux tests de quotient intellectuel, et il est associé à une plus grande fréquence de problèmes de comportement. Les résultats sont plus ambigus en ce qui a trait à l'emploi maternel pendant la deuxième et la troisième année, bien qu'on observe certaines conséquences négatives dans les cas où les mères travaillaient de longues heures. Ces résultats laissent supposer que le droit aux congés parentaux après la naissance des enfants comporte des bienfaits potentiels importants. Or, les études à ce sujet sont peu nombreuses. Par ailleurs, on sait assez peu de choses sur la variabilité des incidences de l'emploi maternel ou des congés parentaux en fonction de facteurs tels que le sexe de l'enfant, la structure du ménage, le niveau d'instruction des parents et la disponibilité de services de garde de qualité.

Implications

Nous devons faire très attention avant de nous inspirer des résultats de ce genre d'études pour élaborer des politiques. Certes, l'importance des investissements de la part des parents pendant la première année de la vie semble justifier les congés payés longs et généreux offerts dans de nombreux pays européens. Les congés aux États-Unis sont, quant à eux, limités dans le temps et sans solde. Cependant, le développement de l'enfant n'est qu'une considération (bien que fort importante) parmi d'autres, et nous sommes loin d'avoir cerné tous les avantages et tous les inconvénients possibles des diverses politiques. Par exemple, le droit à de nombreux mois de congé de maternité pourrait nuire aux chances de certaines femmes de garder ou de trouver un emploi. Il nous faut aussi une meilleure compréhension des mécanismes par lesquels les investissements parentaux conduisent à de meilleurs résultats chez les enfants. Quand on sait que l'emploi maternel est associé à une diminution de la fréquence et de la durée de l'allaitement21-24 et que la consommation de lait maternel est liée à une meilleure santé et probablement à un meilleur développement cognitif, on peut se demander s'il est souhaitable qu'une mère retourne au travail pendant la première année après la naissance de son enfance. Ceci dit, il est important de déterminer si les bienfaits des congés parentaux peuvent être obtenus à moindre coût en recourant à d'autres moyens tels que des politiques qui permettraient aux mères qui travaillent d'allaiter leurs enfants.

Références

  1. Carnegie Task Force on Meeting the Needs of Young Children. Starting Points: Meeting the Needs of Our Youngest Children: the report of the Carnegie Task Force on Meeting the Needs of Young Children. New York, NY: Carnegie Corporation of New York; 1994.
  2. Council of Economic Advisers. The First Three Years: Investments that Pay. Washington, DC: Council of Economic Advisers, Executive Office of the President; April 17, 1997.
  3. U.S. Census Bureau. Statistical Abstract of the United States: 1999 (119th ed.) Washington, DC: US Government Printing Office; 1999.
  4. Bachu A, O’Connell M. Current Population Report. Fertility of American Women: June 1998. Washington, DC: US Census Bureau; September 2000. P20-526.
  5. Kamerman SB. Child Care Policies and Programs: An International Overview. Journal of Social Issues 1991;47(2):179-196.
  6. Vandell DL, Ramanan J. Effects of Early and Recent Maternal Employment on Children from Low-Income Families. Child Development August 1992;63(4):938-949.
  7. Shore R. Rethinking the Brain: New Insights Into Early Development. New York: Families and Work Institute; 1997.
  8. Heckman JJ. Policies to Foster Human Capital. Research In Economics 2000;54(1):3-56.
  9. Belsky J. The ‘Effects’ of Infant Day Care Reconsidered. Early Childhood Research Quarterly 1988;3(3):235-272.
  10. Hoffman LW. The Effects of Maternal Employment on the Academic Attitudes and Performance of School-Aged Children. School Psychology Review 1980;9(4):319-335.
  11. Coleman JS. Social Capital and the Creation of Human Capital. American Journal of Sociology 1988;94(suppl):s95-s120.
  12. Desai S, Chase-Lansdale PL, Michael RT. Mother or Market? Effects of Maternal Employment on the Intellectual Ability of 4-Year Old Children. Demography 1989;26(4):545-561.
  13. Blau FD, Grossberg AJ. Maternal Labor Supply and Children’s Cognitive Development. Review of Economics and Statistics 1992;74(3):474-481.
  14. Parcel TL, Menaghan EG. Early Parental Work, Family Social Capital, and Early Childhood Outcomes. American Journal of Sociology 1994;99(4):972-1009.
  15. James-Burdumy, S. The Effect of Maternal Labor Force Participation on Child Educational Attainment. [mimeo] Princeton, New Jersey: Mathematica Policy Research, Inc.; 1999.
  16. Neidell, MJ. Early Parental Time Investments in Children’s Human Capital Development: Effects of Time in the First Year on Cognitive and Non-cognitive Outcomes. [mimeo] Los Angeles, CA: University of California at Los Angeles; 2000.
  17. Ruhm CJ. Parental Employment and Child Cognitive Development. National Bureau of Economic Research; 2000. Working Paper No. 7666.
  18. Waldfogel J, Wenjui H, Brooks-Gunn J. The Effects of Early Maternal Employment on Child Cognitive Development. Demography 2002;39(2):369-392.
  19. Winegarden CR, Bracy PM. Demographic Consequences of Maternal-Leave Programs in Industrialized Countries: Evidence from Fixed-Effect Models. Southern Economic Journal 1995;61(4):1020-1035.
  20. Ruhm CJ. Parental Leave and Child Health. Journal of Health Economics 2000;19(6):931‑960.
  21. Ryan AS, Martinez GA. Breast-feeding and the Working Mother: A Profile. Pediatrics 1989;83(4):524-531.
  22. Gielen AC, Fadden RR, O’Campo P, Brown CH, Paige DM. Maternal Employment During the Early Postpartum Period: Effects of Initiation and Continuation of Breast-feeding. Pediatrics 1991;87(3):298-305.
  23. Lindberg LD. Women’s Decisions About Breastfeeding and Maternal Employment. Journal of Marriage and the Family February 1996;58(1);239-251.

Pour citer cet article :

Ruhm CJ. Incidences de l'emploi des parents et des congés parentaux sur la santé et sur le développement des enfants. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/conges-parentaux/selon-experts/incidences-de-lemploi-des-parents-et-des-conges-parentaux-sur-la. Actualisé : Mars 2007. Consulté le 22 novembre 2017.