Retour aux publications récentes

Trouble de stress post-traumatique chez les jeunes enfants

Alexandra De Young, Ph.D., Justin Kenardy, Ph.D.

Centre of National Research on Disability and Rehabilitation Medicine, School of Medicine, University of Queensland, Australie

Mars 2013

Introduction

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est l’un des troubles mentaux les plus graves et débilitants qui puisse apparaître suite à un traumatisme. La recherche indique que le TSPT se manifeste typiquement, chez les jeunes enfants tout comme chez les enfants plus âgés et les adolescents, par ces trois classes caractéristiques de symptômes : reviviscence de l’événement (par ex. lors de cauchemars ou de jeux post-traumatiques), évitement des éléments qui rappellent l’événement et hyperéveil ou hypervigilance physiologique (par ex., irritabilité, perturbation du sommeil, tendance exagérée aux sursauts).1 Cependant, la recherche a montré que les critères diagnostiques du TSPT de la 4e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR)2 ne rendent pas compte des symptômes tels qu’ils se manifestent chez les nourrissons et les enfants d’âge préscolaire et que ces critères sous-estiment le nombre d’enfants souffrant de détresse et de limitations suite à un traumatisme.3 Depuis, un nombre croissant d’études a généré des résultats justifiant l’inclusion d’un sous-type de TSPT dans le DSM-V pour les enfants d’âge préscolaire.4,5 

Prévalence, trajectoire et conséquences des réactions aux traumatismes

Les études ayant employé des critères de TSPT adaptés au stade de développement ont rapporté que la prévalence des réactions de stress aigu dans le mois suivant un accident de la route (AR)6 ou une brûlure7 est de 6,5 à 29 % chez les jeunes enfants. Ces études rapportent aussi que le taux de TSPT varie de 14,3 à 25 % au cours des deux mois suivant diverses blessures (par ex., brûlures, coup de feu, AR, blessure sportive),8,9 qu’il est de 10 % six mois après un AR ou une brûlure6,8 et qu’il est de 13,2% en moyenne quinze mois après une brûlure.10 Suite à des actes de violence physique ou sexuelle, les taux de TSPT (diagnostiqué de manière adaptée au stade de développement) ayant été rapportés se situent entre 26 % et 60 %.1,3,11 Nos recherches ont également montré que les jeunes enfants peuvent développer une dépression, un trouble d’anxiété de séparation (TAS), un trouble d’opposition (TO) et des phobies spécifiques suite à une brûlure8 et que ces troubles sont fortement comorbides au TSPT.

La recherche menée auprès d’enfants de tous âges a montré qu’un TSPT non traité peut suivre une trajectoire chronique et débilitante.8,12,13 Ces résultats sont préoccupants, puisque les systèmes neurophysiologiques du jeune enfant, dont ceux de modulation du stress et de régulation émotionnelle, sont encore en cours de développement rapide.14 De plus, les traumatismes subis pendant l’enfance ont été associés à des dommages cérébraux structurels15 et fonctionnels16 permanents ainsi qu’à l’apparition de troubles psychiatriques,17 de comportements à risque pour la santé et de problèmes de santé physiques à l’âge adulte.18 En conséquence, les traumatismes qui surviennent pendant la petite enfance pourraient avoir un impact encore plus grand sur la trajectoire développementale que les traumatismes survenant à un stade ultérieur du développement.

Le rôle des parents

Lorsqu’on œuvre auprès d’enfants traumatisés, il est important de garder en tête que le traumatisme de l’enfant et sa réponse à ce traumatisme peuvent aussi être traumatiques pour les parents et entraîner un stress chronique chez ceux-ci. La recherche indique qu’environ

25 % des parents manifesteront un stress aigu de sévérité clinique, un TSPT, de l’anxiété, une dépression et du stress au cours des six mois suivant le traumatisme de leur enfant.19-21 Bien que la majorité des parents soient capables de résilience et voient leurs difficultés s’atténuer en deçà des seuils cliniques au fil du temps, il a été montré que la détresse parentale au cours de la phase aiguë suivant le traumatisme contribue au développement et au maintien de la symptomatologie du traumatisme chez les enfants blessés.19,20,22

Il est largement reconnu que la qualité de l’attachement parent-enfant, la santé mentale des parents et les comportements de parentage sont des facteurs cruciaux pour l’adaptation de l’enfant suite à un traumatisme.14,23,24 La relation parent-enfant est particulièrement importante pour les jeunes enfants, qui n’ont pas encore la capacité de réguler des émotions fortes et dépendent donc d’un parent sensible et disponible émotionnellement pour les aider à réguler leurs affects lors de moments de détresse.14,23 De plus, les jeunes enfants se fient énormément aux réactions de leurs parents lorsqu’ils façonnent leur propre interprétation ou réaction suite à un événement et ils peuvent en conséquence copier les réactions de peur ou les méthodes d’adaptation inappropriées de leurs parents.25 Les parents peuvent aussi influencer directement l’exposition de leur enfant à des rappels du traumatisme (par ex., en lui permettant d’éviter les conversations) et entraver ainsi son accoutumance à l’événement.25

La détresse parentale en elle-même et l’impact des réponses psychologiques inappropriées des parents sur la qualité de la relation parent-enfant et sur le développement de symptômes traumatiques chez l’enfant constituent des raisons importantes de répondre aussi aux besoins des parents, à la fois pour réduire leur détresse et favoriser leur capacité à aider leurs enfants. Les interventions qui ciblent la détresse de l’enfant, celle des parents et la relation parent-enfant sont donc susceptibles d’être bénéfiques pour réduire le développement subséquent de réactions de stress post-traumatiques chez les parents et les enfants. Cependant, seuls des résultats préliminaires supportent actuellement ce type d’intervention en phase aiguë et plus de recherches sur le sujet seront nécessaires.

Prévention et intervention précoces

Malheureusement, la majorité des enfants et des parents qui vivent des difficultés psychologiques après un traumatisme ne sont pas identifiés ou ne reçoivent pas le soutien approprié. Comme les traumatismes sont communs et que la petite enfance pourrait constituer une période vulnérable du développement cérébral, il existe un besoin urgent d’interventions efficaces pour décroître le risque que les enfants et les parents développent des réactions de stress post-traumatiques chroniques. Il existe un potentiel d’intervention considérable dans les milieux dits « à haut risque » (ex., hôpitaux), où le dépistage et des programmes de prévention ou d’intervention précoce appropriés pourraient réduire le risque ou prévenir l’apparition de réactions de stress post-traumatiques.26 L’identification et l’intervention précoces auprès des familles dites « à risque », offertes dès que les symptômes se manifestent, peuvent prévenir l’enracinement des problèmes ou au moins minimiser leur impact sur l’enfant, la famille ou la société. Cependant, un défi se pose : il faut savoir distinguer les individus qui vivent une détresse passagère de ceux qui sont à risque de développer un TSPT chronique,13 de façon à ne pas surcharger les ressources d’un système de santé déjà bien occupé. Or, aucune méthode de dépistage n’a été validée pour les très jeunes enfants; ceci constitue une lacune importante dans le domaine.

Jusqu’à présent, la majorité des recherches menées ont porté sur le traitement du TSPT chronique plutôt que sur l’intervention précoce pour ce trouble. Plusieurs questions restent sans réponse, tant dans la littérature sur les adultes que dans celle sur les enfants, quant à l’identification des individus qui devraient recevoir une intervention précoce et à l’optimisation du délai, du contenu et de la durée d’une telle intervention.27 À ce jour, les interventions les plus solidement appuyées par les revues systématiques de la littérature sur le sujet sont celles de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) à plusieurs sessions, axées sur le traumatisme, offertes aux individus « à risque » au cours des trois mois suivant l’exposition au traumatisme.27

La recherche menée auprès des enfants a montré qu’une intervention préventive fondée sur des informations validées, offerte au cours des deux semaines suivant une blessure accidentelle traumatique, était associée à une réduction des symptômes d’anxiété chez l’enfant un mois28 et six mois29 après la blessure. De plus, Landolt et coll. ont obtenu des résultats appuyant l’utilisation d’une intervention précoce à une seule session pour réduire les symptômes dépressifs et les problèmes comportementaux dans un sous échantillon d’enfants préadolescents (7-11 ans) impliqués dans un accident de la route.30 Berkowitz et coll.31 ont testé le seul programme de prévention pour les enfants de 7 à 17 ans s’étant montré efficace pour réduire les diagnostics et les symptômes de TSPT chez l’enfant suite à divers événements traumatiques. Ce programme destiné à l’enfant et à son parent/tuteur est offert sur quatre sessions, pendant lesquelles l’intervenant procède à une évaluation, offre de la psychoéducation et enseigne des habiletés d’adaptation. 

En revanche, il n’existe actuellement aucune étude publiée ayant examiné l’efficacité d’interventions psychologiques préventives chez les jeunes enfants de moins de six ans suite à un traumatisme. Cependant, Scheeringa a montré qu’une TCC de 12 sessions, suivant un protocole particulier pour le TSPT et menée auprès d’enfants de 3 à 6 ans exposés à une variété d’événements traumatiques, était faisable et efficace pour réduire les symptômes de stress post-traumatiques établis.32

Peu d’interventions étudiées ont inclus une composante qui cible aussi la détresse parentale suite à un traumatisme chez l’enfant. Kenardy et coll. ont montré que l’offre d’une séance de psychoéducation aux parents au cours des 72 heures suivant l’accident de leur enfant était efficace pour réduire les symptômes post-traumatiques parentaux mesurés lors d’un suivi après six mois.28 Melnyk et coll.33 ont quant à eux examiné l’efficacité d’un programme d’intervention précoce pour les parents d’enfants (2-7 ans) ayant été admis à une unité pédiatrique de soins intensifs. Ces chercheurs ont montré qu’une fois l’enfant sorti de l’hôpital, les parents ayant reçu l’intervention présentaient significativement moins de symptômes de stress, de dépression et de TSPT que ceux ne l’ayant pas reçu; leurs enfants manifestaient aussi moins de difficultés d’internalisation et d’externalisation.

Il faudra mener d’autres recherches avant de pouvoir poser des recommandations cliniques pour la prévention du TSPT chez les jeunes enfants qui soient solidement fondées empiriquement. Cependant, à la lumière des résultats d’une méta-analyse récente, Landolt et coll. ont recommandé que les interventions précoces ciblent les enfants identifiés comme étant particulièrement « à risque » et qu’elles incluent plusieurs sessions permettant d’aborder la psychoéducation, les habiletés d’adaptation individuelles, l’implication parentale et une forme d’exposition au traumatisme.34

Implications pour les parents, les services et les politiques

Le stress post-traumatique chez les jeunes enfants est sous-estimé et les services de santé doivent devenir mieux outillés pour le détecter. Ceci impliquera de la formation continue et post-professionnelle. Un dépistage systématique du stress post-traumatique pourrait être idéal mais, en raison des coûts impliqués, l’identification des enfants les plus fragiles au sein d’un sous-groupe « à haut risque » pourrait être préférable. Tout programme de dépistage devra aussi être lié à un service clinique ayant la capacité d’offrir un traitement approprié. De plus, bien que la détresse parentale soit un facteur qui contribue considérablement aux réactions post-traumatiques des enfants, cette détresse est susceptible d’être sous-estimée en milieu clinique, parce qu’elle n’atteint pas un niveau de sévérité clinique ou parce que l’attention est concentrée sur les besoins de l’enfant plutôt que sur ceux de la famille.22 Les services doivent être sensibilisés quant à l’impact plus large des traumatismes sur le système familial.

Références

  1. Scheeringa, M., et al., New findings on alternative criteria for PTSD in preschool children. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 2003. 42(5): p. 561-570.
  2. American Psychiatric Association, Diagnostic and statistical manual of mental disorders, (4th edition, Text Revision). 2000, Washington, DC: Author.
  3. Scheeringa, M.S., et al., Two approaches to the diagnosis of posttraumatic stress disorder in infancy and early childhood. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 1995. 34(2): p. 191-200.
  4. Scheeringa, M.S., C.H. Zeanah, and J.A. Cohen, PTSD in Children and Adolescents: Toward an Empirically Based Algorithm. Depression and Anxiety, 2011. 28(9): p. 770-782.
  5. De Young, A.C., J.A. Kenardy, and V.E. Cobham, Diagnosis of Posttraumatic Stress Disorder in Preschool Children. Journal of Clinical Child and Adolescent Psychology, 2011. 40(3): p. 375-384.
  6. Meiser-Stedman, R., et al., The posttraumatic stress disorder diagnosis in preschool- and elementary school-age children exposed to motor vehicle accidents. American Journal of Psychiatry, 2008. 165(10): p. 1326-1337.
  7. Stoddard, F.J., et al., Acute stress symptoms in young children with burns. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 2006. 45(1): p. 87-93.
  8. De Young, A.C., et al., Prevalence, comorbidity and course of trauma reactions in young burn-injured children. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 2012. 53(1): p. 56-63.
  9. Scheeringa, M.S., et al., Factors affecting the diagnosis and prediction of PTSD symptomatology in children and adolescents. American Journal of Psychiatry, 2006. 163(4): p. 644-651.
  10. Graf, A., C. Schiestl, and M.A. Landolt, Posttraumatic Stress and Behavior Problems in Infants and Toddlers With Burns. Journal of Pediatric Psychology, 2011. 36(8): p. 923-931.
  11. Levendosky, A.A., et al., Trauma symptoms in preschool-age children exposed to domestic violence. Journal of Interpersonal Violence, 2002. 17(2): p. 150-164.
  12. Scheeringa, M.S., et al., Predictive validity in a prospective follow-up of PTSD in preschool children. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 2005. 44(9): p. 899-906.
  13. Le Brocque, R.M., J. Hendrikz, and J.A. Kenardy, The Course of Posttraumatic Stress in Children: Examination of Recovery Trajectories Following Traumatic Injury. Journal of Pediatric Psychology, 2010. 35(6): p. 637-645.
  14. Carpenter, G.L. and A.M. Stacks, Developmental effects of exposure to Intimate Partner Violence in early childhood: A review of the literature. Children and Youth Services Review, 2009. 31(8): p. 831-839.
  15. Carrion, V.G., C.F. Weems, and A.L. Reiss, Stress predicts brain changes in children: A pilot longitudinal study on youth stress, posttraumatic stress disorder, and the hippocampus. Pediatrics, 2007. 119(3): p. 509-516.
  16. Perry, B.D., et al., Childhood trauma, the neurobiology of adaptation, and ''use-dependent'' development of the brain: How ''states'' become ''traits''. Infant Mental Health Journal, 1995. 16(4): p. 271-291.
  17. Green, J.G., et al., Childhood Adversities and Adult Psychiatric Disorders in the National Comorbidity Survey Replication I Associations With First Onset of DSM-IV Disorders. Archives of General Psychiatry, 2010. 67(2): p. 113-123.
  18. Felitti, V.J., et al., Relationship of childhood abuse and household dysfunction to many of the leading causes of death in adults - The adverse childhood experiences (ACE) study. American Journal of Preventive Medicine, 1998. 14(4): p. 245-258.
  19. De Young, A.C., Psychological impact of burn injury on young children and their parents: Implications for diagnosis, assessment and treatment (Unpublished Doctoral dissertation), 2011, School of Psychology, University of Queensland: Brisbane.
  20. Landolt, M.A., et al., The mutual prospective influence of child and parental post-traumatic stress symptoms in pediatric patients. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 2012. 53(7): p. 767-774.
  21. Hall, E., et al., Posttraumatic stress symptoms in parents of children with acute burns. Journal of Pediatric Psychology, 2006. 31(4): p. 403-412.
  22. Le Brocque, R.M., J. Hendrikz, and J.A. Kenardy, Parental response to child injury: Examination of parental posttraumatic stress symptom trajectories following child accidental injury. Journal of Pediatric Psychology, 2010. 35(6): p. 646-655.
  23. Lieberman, A.F., Traumatic stress and quality of attachment: Reality and internalization in disorders of infant mental health. Infant Mental Health Journal, 2004. 25(4): p. 336-351.
  24. Scheeringa, M.S. and C.H. Zeanah, A relational perspective on PTSD in early childhood. Journal of Traumatic Stress, 2001. 14(4): p. 799-815.
  25. Nugent, N.R., et al., Parental posttraumatic stress symptoms as a moderator of child's acute biological response and subsequent posttraumatic stress symptoms in pediatric injury patients. Journal of Pediatric Psychology, 2007. 32(3): p. 309-318.
  26. Kazak, A.E., et al., An integrative model of pediatric medical traumatic stress. Journal of Pediatric Psychology, 2006. 31(4): p. 343-355.
  27. Roberts, N.P., et al., Systematic Review and Meta-Analysis of Multiple-Session Early Interventions Following Traumatic Events. American Journal of Psychiatry, 2009. 166(3): p. 293-301.
  28. Kenardy, J., et al., Information-provision intervention for children and their parents following pediatric accidental injury. European Child & Adolescent Psychiatry, 2008. 17(5): p. 316-325.
  29. Cox, C.M., J.A. Kenardy, and J.K. Hendrikz, A Randomized Controlled Trial of a Web-Based Early Intervention for Children and their Parents Following Unintentional Injury. Journal of Pediatric Psychology, 2010. 35(6): p. 581-592.
  30. Zehnder, D., M. Meuli, and M.A. Landolt, Effectiveness of a single-session early psychological intervention for children after road traffic accidents: a randomised controlled trial. Child and adolescent psychiatry and mental health, 2010. 4: p. 7.
  31. Berkowitz, S.J., C.S. Stover, and S.R. Marans, The Child and Family Traumatic Stress Intervention: Secondary prevention for youth at risk of developing PTSD. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 2011. 52(6): p. 676-685.
  32. Scheeringa, M.S., et al., Trauma-focused cognitive-behavioral therapy for posttraumatic stress disorder in three-through six year-old children: a randomized clinical trial. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 2011. 52(8): p. 853-860.
  33. Melnyk, B.M., et al., Creating opportunities for parent empowerment: Program effects on the mental health/coping outcomes of critically ill young children and their mothers. Pediatrics, 2004. 113(6): p. E597-E607.
  34. Kramer, D.N. and M.A. Landolt, Characteristics and efficacy of early psychological interventions in children and adolescents after single trauma: a meta-analysis. European journal of psychotraumatology, 2011. 2.

Pour citer cet article :

De Young A, Kenardy J. Trouble de stress post-traumatique chez les jeunes enfants. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Rapee RM, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/anxiete-et-depression/selon-experts/trouble-de-stress-post-traumatique-chez-les-jeunes-enfants. Publié : Mars 2013. Consulté le 17 juin 2019.