Retour aux publications récentes

Interventions efficaces à la garderie ou à la maternelle pour prévenir l’agressivité chronique

John E. Lochman, Ph.D., ABPP, Caroline Boxmeyer, Ph.D., Nicole Powell, Ph.D., Alberto Jimenez-Camargo, Doctorant

Center for Prevention of Youth Behavior Problems, The University of Alabama, États-Unis

Janvier 2012

Introduction

Les préoccupations de la société à l’égard des comportements antisociaux des enfants et des adolescents ont augmenté au fil des années, en partie à cause des coûts élevés du crime juvénile.1 Parmi tous les problèmes de comportement chez les enfants, les problèmes de conduite (particulièrement chez les garçons) sont ceux qui font le plus fréquemment l’objet d’une référence à un professionnel de la santé mentale.2 Le comportement agressif et perturbateur est l’une des dysfonctions les plus persistantes chez les enfants et, s’il n’est pas traité, il entraîne fréquemment des coûts personnels et émotionnels élevés pour les enfants, leur famille et la société en général. Beaucoup de recherches ont été conduites pour investiguer les causes, les traitements et les moyens de prévention des problèmes de conduite.2 Ces travaux ont souvent utilisé comme cadre de travail pour la recherche et l’intervention des modèles qui mettent l’accent sur les facteurs de risque et de protection liés à la compétence sociale des enfants et aux variables familiales contextuelles.

Sujet

Les recherches longitudinales indiquent que les jeunes enfants qui développent des problèmes de comportements perturbateurs sont plus à risque de présenter éventuellement une foule de difficultés comme une agressivité chronique, des problèmes de conduite, un abus de substance, une faible régulation émotionnelle, des échecs scolaires, des problèmes avec les pairs et de la délinquance.4,5 Des comportements d’externalisation qui apparaissent tôt peuvent perturber les relations avec les parents et les pairs, initiant ainsi des processus qui peuvent maintenir ou exacerber les problèmes comportementaux des enfants.6 Ainsi, des interventions très précoces (par ex., à la garderie, en milieu préscolaire ou à la maternelle) peuvent être importantes pour interrompre le cheminement potentiel vers l’agressivité chronique chez les enfants qui manifestent de l’agressivité ou qui sont à risque de développer des comportements agressifs.

Les facteurs de risque d’agressivité chez les jeunes enfants incluent des facteurs propres à l’enfant, à la famille et à l’environnement. Chez l’enfant, des caractéristiques du tempérament évidentes dès le début de la vie, comme l’irritabilité, l’agitation, l’irrégularité du comportement, le manque de persistance et la faible adaptabilité accroissent le risque de problèmes de comportement,7,8,9 tout comme certains traits génétiques et neurobiologiques.10,11 Sur le plan familial, des pratiques parentales comme une discipline punitive, un manque de cohérence, une faible chaleur, une implication limitée et l’agressivité physique contribuent au développement des comportements agressifs chez le jeune enfant.12 Les enfants qui sont exposés à de hauts niveaux de discorde à la maison et dont les parents ont des problèmes de santé mentale et/ou d’abus de substance sont aussi plus à risque.13 D’autres importants corrélats de l’agressivité chez les enfants pouvant contribuer à l’agressivité chronique incluent des processus sociocognitifs biaisés et le rejet par les pairs.14

Problème

Les problèmes de comportements perturbateurs qui se manifestent tôt tendent à être hautement stables, peuvent perturber des processus développementaux importants et sont prédicteurs de problèmes à l’adolescence. Ainsi, il est nécessaire d’offrir aux très jeunes enfants des interventions efficaces ciblant les facteurs de risque d’agressivité qui sont modifiables.

Contexte de la recherche

Des interventions efficaces, offertes à la garderie ou à la maternelle et conçues pour prévenir l’agressivité chronique, sont essentielles au bien-être psychologique à long terme des enfants âgés entre 2 et 5 ans. Même si certaines recherches actuelles indiquent que les enfants tendent à abandonner ou réduire leurs comportements d’externalisation lorsqu’ils gagnent en maturité,15,16 d’autres travaux indiquent que certains enfants dont les comportements agressifs augmentent fortement entre l’âge de 2 et 3 ans tendent à présenter des niveaux stables d’agressivité lorsqu’ils vieillissent.17 La plupart des recherches qui ont démontré l’efficacité d’interventions offertes en milieu scolaire pour prévenir l’agressivité ont été conduites auprès d’enfants qui fréquentaient l’école primaire ou secondaire.18 Cependant, relativement peu de programmes d’intervention pour prévenir l’agressivité conçus pour les enfants de 0 à 5 ans ont été rigoureusement évalués et signalés comme étant efficaces. 

Questions clés pour la recherche

Une question clé consiste à déterminer si les interventions psychosociales en milieu scolaire dont on a démontré l’efficacité auprès d’enfants plus âgés peuvent être adaptées et utilisées auprès d’enfants plus jeunes. De plus, la recherche doit déterminer si les interventions psychosociales peuvent être suffisamment puissantes pour protéger contre les nombreux facteurs de risque dont on a montré l’influence sur l’agressivité dans la petite enfance, comme le faible statut socio-économique, les difficultés dans l’attachement parental, les pratiques parentales négatives, le tempérament de l’enfant et les facteurs génétiques.19,20 Il faut aussi évaluer si les effets des interventions sont médiatisés par des changements dans les pratiques parentales et dans les habiletés d’autorégulation émergentes des enfants. En effet, des enfants de 36 mois ont déjà la capacité d’utiliser des stratégies métacognitives pour calmer leurs états d’excitation négative. Alors qu’ils continuent à se développer pendant la période préscolaire, leurs stratégies de régulation deviennent plus sophistiquées.21,22 Ainsi, l’utilisation d’interventions psychosociales pendant cette période de la vie semble prometteuse.

Résultats de recherche récents

Au cours des toutes premières années de la vie, on a montré l’efficacité d’interventions comme des visites d’infirmières à domicile pour réduire la vulnérabilité émotionnelle précoce des enfants23 et réduire ultérieurement les comportements criminels et de consommation de substances dans les groupes à haut risque,24 bien que les facteurs de risque maternels spécifiques qui étaient considérés aient varié entre les études. Dans les années suivantes, les milieux d’éducation de la petite enfance (par ex., les garderies, le milieu préscolaire, la maternelle) fournissent l’opportunité d’identifier les jeunes à risque et d’offrir des programmes de prévention et d’intervention précoce. Au cours de la dernière décennie, plusieurs interventions visant à prévenir l’agressivité chronique ont été développées et testées dans les milieux de la petite enfance.25

Les programmes de prévention universels visent à prévenir les problèmes de comportement en enseignant à tous les élèves d’une classe des compétences sociales et émotionnelles de base. Le programme Promoting Alternative Thinking Strategies (PATHS) offre des leçons hebdomadaires en classe et des activités de vulgarisation pour sensibiliser les enfants d’âge préscolaire et améliorer leurs comportements sociaux et émotionnels. Dans un essai aléatoire impliquant 246 enfants provenant de 20 classes Head Start, les enfants exposés au programme PATHS avaient des connaissances émotionnelles plus grandes et ils étaient plus compétents et moins retirés socialement à la fin de l’année scolaire.26 Dans une autre étude, au cours de laquelle PATHS a été implanté conjointement avec un programme de développement du langage et d’alphabétisation dans 44 classes Head Start, une réduction significative des comportements agressifs des enfants a aussi été observée.27

Les programmes de prévention ciblés ou recommandés visent à identifier les enfants qui présentent un risque plus élevé de comportements agressifs et à modifier leur trajectoire développementale en ciblant des facteurs de risque modifiables. Le programme de formation Incredible Years (IY)28 est une intervention qui a été originalement développée pour les parents d’enfants ayant un diagnostic clinique de trouble oppositionnel avec provocation ou de trouble des conduites. Des programmes d’intervention similaires, qui ont combiné des ateliers pour les parents, un programme de formation pour les enfants de 2 à 5 ans à haut risque et leur fratrie et une période d’activité commune pour les parents et les enfants ont entraîné une réduction des comportements oppositionnels des enfants, une diminution des punitions sévères des parents et des améliorations dans l’efficacité de la discipline parentale.29 Le programme IY a subséquemment été élargi pour inclure des composantes propres à l’enfant et à l’enseignant et il a été évalué comme outil de prévention. On a obtenu une réduction de la désobéissance et des comportements négatifs de l’enfant et une amélioration de la compétence parentale et des comportements prosociaux de l’enfant28 dans plusieurs essais aléatoires au cours desquels le programme IY était offert à des enseignants et des parents liés au programme Head Start.30

Le Parent-Child Interaction Therapy (PCIT) est une autre forme d’intervention précoce pour les enfants d’âge préscolaire manifestant des comportements agressifs. Le PCIT et les interventions qui y sont liées31 interviennent directement auprès de la dyade parent-enfant.32 Bien que de nombreuses études universitaires aient montré que le PCIT entraîne des améliorations durables du comportement de l’enfant et de sa fratrie à la maison et à l’école, de même que des améliorations dans les pratiques parentales et une augmentation du bien-être des parents, ce programme a été adapté pour être utilisé dans les classes préscolaires et d’autres milieux communautaires.32 

Lacunes de la recherche

Malgré l’émergence d’un certain nombre d’interventions préventives ciblant les comportements agressifs dans les milieux de la petite enfance, certaines lacunes importantes demeurent dans la recherche à ce sujet. Premièrement, des études de suivi à plus long terme sont nécessaires pour mieux déterminer si les programmes de prévention offerts dans les milieux de la petite enfance entraînent des réductions durables des comportements agressifs des enfants. Boisjoli et coll.33 ont montré, lors d’un suivi effectué à l’âge de 15 ans, que les garçons agressifs qui avaient participé à une intervention préventive multimodale à la maternelle avaient de meilleurs taux de graduation au secondaire et moins de casiers judiciaires que des garçons d’un groupe témoin. Ces résultats très prometteurs suggèrent que des études additionnelles sont nécessaires pour documenter davantage la gamme d’effets à long terme des interventions préventives précoces et identifier les processus médiateurs propres à l’enfant et aux parents qui sous-tendent les réductions à long terme des comportements agressifs. Deuxièmement, la formation des parents est une caractéristique critique de la plupart des interventions préventives ciblant l’agressivité de l’enfant. Cependant, l’implication des parents de jeunes à risque dans de telles interventions peut présenter un défi important. Des recherches additionnelles portant sur les stratégies pour impliquer les familles à haut risque et adapter les interventions pour qu’elles conviennent à leurs besoins, comme celles qui sont conduites avec le Family Check-Up,34 sont donc justifiées. Troisièmement, des études seront nécessaires pour examiner les aspects du processus de formation et du système d’accueil qui affectent la capacité des milieux de la petite enfance à offrir de façon soutenue et efficace des interventions préventives ciblant l’agressivité de l’enfant. 

Conclusions

Des interventions efficaces à la garderie ou à la maternelle doivent être axées sur les facteurs de risque actifs connus qui contribuent au maintien des comportements agressifs, en ciblant particulièrement les comportements d’autorégulation des enfants et les comportements des parents. Au cours de la dernière décennie, les programmes de prévention universels et ciblés pour les jeunes enfants ont continué à se développer dans le cadre de recherches effectuées en classe. Les programmes de prévention universels en milieu préscolaire et à la maternelle ont permis de démontrer que les enseignants peuvent être formés pour appuyer le développement des compétences sociales chez les enfants. Pendant les années préscolaires, les interventions psychosociales destinées aux parents et axées sur l’amélioration des pratiques parentales ont des effets immédiats, à la fois sur les comportements des parents et sur les comportements agressifs et désobéissants des enfants. Plusieurs modèles d’enseignement de pratiques parentales efficaces ont été testés auprès de parents d’enfants de ce groupe d’âge, dont les ateliers de formation, les rencontres de groupe et l’encadrement pendant les interactions avec les enfants. Ce dernier type de programme parent-enfant impliquant un encadrement a été plus utilisé en contexte clinique ou lors d’interventions qui ciblaient les familles à haut risque que dans les services de prévention à grande échelle. De tels programmes ont été combinés avec des programmes en classe axés sur le développement socio-émotionnel. 

Implications

Plusieurs implications clés sont évidentes pour les parents, les services et les politiques. Premièrement, les milieux d’éducation préscolaires ne devraient pas seulement chercher à inculquer des compétences socio-émotionnelles aux enfants; ils devraient aussi inclure dans leur cursus des composantes de psychoéducation et de résolution collaborative de problèmes destinées aux parents. Deuxièmement, en accord avec les tendances émergentes et novatrices observées dans la recherche et les interventions auprès d’enfants agressifs plus âgés, les interventions auprès des enfants agressifs d’âge préscolaire devraient devenir flexibles et adaptables, dans la mesure où leur implantation conserve tout de même la fidélité requise. Les interventions basées sur la recherche dans les années à venir seront plus susceptibles d’être guidées par l’identification des facteurs de risques spécifiques à chaque famille. Cette identification mènera à son tour à des versions adaptées des interventions n’en contenant que les éléments pertinents pour cibler les facteurs de risque spécifiques à une famille et un enfant en particulier. On permettra ainsi aux cliniciens et au personnel préscolaire et scolaire d’adapter facilement les interventions et ceci sera probablement particulièrement évident pour celles qui sont destinées aux parents. Troisièmement, les programmes destinés aux parents ne devraient pas seulement offrir une formation comportementale ayant pour but d’améliorer les antécédents des parents, leur sentiment de récompense et, en conséquence, leur contrôle sur les comportements de l’enfant. Ils devraient également, de façon plus large et collaborative, aborder les attentes développementales des parents envers leurs enfants et enseigner aux parents comment renforcer l’autorégulation émergente des enfants, leur connaissance des émotions et leurs habiletés de résolution de problèmes, façonnées par les composantes des interventions qui sont centrées sur l’enfant. Les parents (et les enseignants) jouent un rôle clé dans le modelage et le renforcement des stratégies d’autorégulation. Quatrièmement, les milieux préscolaires devraient reconnaître que l’implication des parents dans des interventions préventives requiert une planification proactive et, souvent, des stratégies spécialisées. Cinquièmement, l’introduction d’interventions basées sur la recherche dans les milieux préscolaires typiques exige de porter une attention particulière à l’intensité de la formation requise pour le personnel de l’école et aux caractéristiques du milieu et du personnel qui stimulent une implantation de qualité des programmes. Finalement, sur le plan des politiques sociales, il y a maintenant suffisamment de résultats disponibles pour encourager le développement de programmes de formation comportementale largement répandus pour les parents d’enfants d’âge préscolaire.

Références

  1. Foster EM, Jones D, Conduct problems prevention research group. The high costs of aggression: Public expenditures resulting from conduct disorder. American Journal of Public Health 2005;95(10):1767-1772.
  2. Matthys W, Lochman JE. Oppositional defiant disorder and conduct disorder in childhood. Oxford, England: Wiley-Blackwell; 2010.
  3. Lochman JE, Wells KC. Contextual social-cognitive mediators and child outcome: A test of the theoretical model in the Coping Power Program. Development and Psychopathology 2002;14(4):971-993.
  4. Campbell SB, Spieker S, Vandergrift N, Belsky J, Burchinal M. Predictors and sequelae of trajectories of physical aggression in school-age boys and girls. Development and Psychopathology 2010;22(1):133-150.
  5. Shaw D, Gilliom M, Ingoldsby E, Nagin D. Trajectories leading to school-age conduct problems. Developmental Psychology. 2003;39(2):189-200.
  6. Patterson GR, Reid JB, Dishion TJ. A social learning approach. IV. Antisocial boys. Eugene, OR: Castalia; 1992.
  7. Bates JE, Pettit GS, Dodge KA, Ridge B. Interaction of temperamental resistance to control and restrictive parenting in the development of externalizing behavior. Developmental Psychology 1998;34(5):982-995.
  8. Rubin KH, Burgess KB, Hastings PD, Dwyer KM. Predicting preschoolers’ externalizing behaviors from toddler temperament, conflict, and maternal negativity. Developmental Psychology 2003;39(1):164-176. 
  9. Shaw DS, Owens EB, Giovannelli J, Winslow EB. Infant and toddler pathways leading to early externalizing disorders. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry 2001;40(1):36-43. 
  10. Arseneault L, Moffitt TE, Caspi A, Taylor A, Rijsdijk FV, Jaffee SR, Ablow JC, Measelle JR. Strong genetic effects on cross-situational antisocial behaviour among 5-year-old children according to mothers, teachers, examiner-observers, and twins' self-reports. Journal of Child Psychology and Psychiatry 2003;44(6):832-848.
  11. Kim-Cohen J, Caspi A, Taylor A, et al. MAOA, maltreatment, and gene-environment interaction predicting children’s mental health: New evidence and a meta-analysis. Molecular Psychiatry 2006;11(10):903-913.
  12. Stormshak EA, Bierman KL, McMahon RJ, Lengua LJ, the Conduct Problems Prevention Research Group. Parenting practices and child disruptive behavior problems in early elementary school. Journal of Clinical Child Psychology 2000;29(1):17-29.
  13. Tiet QQ, Bird HR, Hoven CW, et al. Relationship between specific adverse life events and psychiatric disorders. Journal of Abnormal Child Psychology 2001;29(2):153-164. 
  14. Zelli A, Dodge KA, Lochman JE, Laird RD, the Conduct Problems Prevention Research Group. The distinction between beliefs legitimizing aggression and deviant processing of social cues: Testing measurement validity and the hypothesis that biased processing mediates the effects of beliefs on aggression. Journal of Personality and Social Psychology 1999;77(1):150-166
  15. Campbell S. Behavior problems in preschool children: Clinical and developmental issues. 2nd ed. New York, NY: Guilford Press; 2002.
  16. Hill A, Degnan K, Calkins S, Keane S. Profiles of externalizing behavior problems for boys and girls across preschool: The roles of emotion regulation and inattention. Developmental Psychology 2006;42(5):913-928.
  17. Alink L, Mesman J, van IJzendoorn M, et al. The early childhood aggression curve: Development of physical aggression in 10- to 50-month-old children. Child Development 2006;77(4):954-966.
  18. Leff S, Power T, Manz P, Costigan T, Nabors L. School-based aggression prevention programs for young children: Current status and implications for violence prevention. School Psychology Review 2001;30(3):344-362.
  19. Hastings P, De I. Parasympathetic regulation and parental socialization of emotion: Biopsychosocial processes of adjustment in preschoolers. Social Development 2008;17(2):211-238.
  20. Kidwell S, Barnett D. Adaptive emotion regulation among low-income African American children. Merrill-Palmer Quarterly: Journal of Developmental Psychology 2007;53(2):155-183.
  21. Cole P, Dennis T, Smith-Simon K, Cohen L. Preschoolers' emotion regulation strategy understanding: Relations with emotion socialization and child self-regulation. Social Development 2009;18(2):324-352.
  22. Davis E, Levine L, Lench H, Quas J. Metacognitive emotion regulation: Children's awareness that changing thoughts and goals can alleviate negative emotions. Emotion 2010;10(4):498-510.
  23. Olds DL, Robinson J, O’Brien R, et al. Home visiting by paraprofessionals and by nurses: A randomized, controlled trial. Pediatrics 2002;110(3):486-496.
  24. Olds D, Henderson CR Jr, Cole R, et al. Long-term effects of nurse home visitation on children’s criminal and antisocial behavior: 15-year follow-up of a randomized controlled trial. JAMA 1998;280(14):1238-1244.
  25. Ştefan C, Miclea M. Prevention programmes targeting emotional and social development in preschoolers: Current status and future directions. Early Child Development and Care 2010;180(8):1103-1128.
  26. Domitrovich C, Cortes R, Greenberg M. Improving young children's social and emotional competence: A randomized trial of the preschool 'PATHS' curriculum. The Journal of Primary Prevention 2007;28(2):67-91.
  27. Bierman K, Domitrovich C, Gill S, et al. Promoting academic and social-emotional school readiness: The Head Start REDI program. Child Development 2008;79(6):1802-1817.
  28. Webster-Stratton C, Reid JM. The Incredible Years Parents, Teachers and Child Training Series: A multifaceted treatment approach for young children with conduct problems. In: Weisz JR, Kazdin AE, eds. Evidence-based psychotherapies for children and adolescents. 2nd ed. New York: Guilford Press; 2010:194-210.
  29. Miller-Heyl J, MacPhee D, Fritz J. DARE to be You: A family-support, early prevention program. Journal of Primary Prevention 1998:18, 257–285.
  30. Webster-Stratton C. Preventing conduct problems in head start children: strengthening parenting competencies. Journal of Consulting and Clinical Psychology 1998;66(5):715-730.
  31. Strayhorn JM, Weidman CS. Follow-up one year after parent-child interaction training: effect on behavior of preschool children. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry 1991;30(1):138-143.
  32. Zisser A, Eyberg S. Parent-child interaction therapy and the treatment of disruptive behavior disorders. In: Weisz JR, Kazdin AE, eds. Evidence-based psychotherapies for children and adolescents. 2nd ed. New York: Guilford Press; 2010:179-193.
  33. Boisjoli R, Vitaro F, Lacourse É, Barker E, Tremblay R. Impact and clinical significance of a preventive intervention for disruptive boys: 15-year follow-up. British Journal of Psychiatry 2007;191(5):415-419
  34. Dishion T, Shaw D, Connell A, Gardner F, Weaver C, Wilson M. The Family Check-Up with high-risk indigent families: Preventing problem behavior by increasing parents' positive behavior support in early childhood. Child Development 2008;79(5):1395-1414.

Pour citer cet article :

Lochman JE, Boxmeyer C, Powell N, Jimenez-Camargo A. Interventions efficaces à la garderie ou à la maternelle pour prévenir l’agressivité chronique. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Tremblay RE, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/agressivite-agression/selon-experts/interventions-efficaces-la-garderie-ou-la-maternelle-pour. Publié : Janvier 2012. Consulté le 24 avril 2019.